Interview

Xavier Marchese, CEO de Dood, « Notre ambition est de tisser une toile entre les restaurateurs et les consommateurs »

Isabel Soubelet

Sujets relatifs :

, ,
Xavier Marchese, CEO de Dood, « Notre ambition est de tisser une toile entre les restaurateurs et les consommateurs »

Xavier Marchese

Depuis sa création en 2018, DOOD accélère la digitalisation du Foodservice en proposant des solutions aux grands comptes et aux indépendants, et enregistre plus de 2000 points de vente équipés. Xavier Marchese, un des quatre fondateurs de l’entreprise (avec Antoine Rabin, Xavier Debasch, Eric Guichard, ndlr) et son CEO, analyse les évolutions en cours. 

Depuis les débuts de DOOD, comment évolue le marché du Foodservice en termes de digitalisation, et plus spécifiquement de commande en ligne ?  
Au départ, nous avons monté notre projet sur le click and collect qui était à l’époque une simple tendance. Avec la crise sanitaire, le marché a vu arriver de nombreuses solutions, pars forcément abouties, et il est devenu très concurrentiel. Aujourd’hui, il est en train de se structurer et les leaders émergent dont DOOD. La crise sanitaire a transformé une tendance en un marché. Cela a accéléré les choses car l’usage consommateur est installé que ce soit sur la livraison, le click and collect ou la commande à table. Mais d’un autre côté, nous avons toujours trop peu de restaurateurs digitalisés. Seuls 13 % des restaurants ont intégré un système de click and collect, et 30 % des restaurants proposent un menu digital. 
Quelles solutions proposez-vous ?
Notre défi et notre ambition est de tisser une toile entre les restaurateurs et les consommateurs. Il faut que les restaurateurs aient la main pour étendre cette toile, c’est-à-dire augmenter la valeur client et atteindre un niveau de performance meilleure grâce à de la donnée (data) et du marketing. Nous faisons de la marketplace en marque blanche. Notre spécificité, c’est vraiment de faire de la commande en ligne sur place ou hors du site. Cela signifie pour le on site, les commandes et le paiement à table, la gestion de food court ou de marketplace en live, la consultation du menu via un QR code sur smartphone. Et pour le off site, cela concerne le click and collect, la livraison, l’expédition et la réservation en ligne. À côté de cela nous disposons de modules additionnels pour gérer de la data, de la fidélisation, du marketing automatisé…Notre métier est d’amener une solution All In One (gestion de toutes les problématiques sur le même outil) et ensuite de nous intégrer aux solutions en place (caisses, modes de paiement…). Notre cible est de traiter toutes les problématiques digitales d’un restaurant indépendant ou d’un grand compte en dehors de la partie purement gestion, de type caisse. Nous sommes focalisés sur l’analyse business transactionnel et la data clients.  
Pour quelle clientèle ? 
Aujourd’hui, notre marché est structuré en trois grands blocs. Le premier, ce sont les commerces de proximité, à savoir les boulangeries, les pâtisseries, les commerces de bouche et les cavistes. Le second, c’est la restauration avec les bars, les cafés, les halles (Grenoble), les chaînes (Vapiano), les foodcourts (Food Society à Lyon et Paris Gaîté), les dark kitchen… Nous abordons depuis peu la restauration collective. Et le troisième, c’est l’événementiel avec les salons professionnels, les campings, les parcs d’attraction. Nous venons d’ailleurs de signer avec le Club Med. Depuis, 1,5 ans, nous avons axé notre démarche sur le middle market et les grands comptes. C’est un choix stratégique, pour des raisons d’effectifs de la société (25 personnes chez DOOD) mais aussi parce que nous allons automatiser la vente de nos solutions aux petits établissements. Au cours du 1er trimestre 2023, un restaurant indépendant pourra se connecter de manière simple à notre site web et activer sur une homepage, aussi bien un menu digital, que de la livraison ou du click and collect.
Que peut apporter aux restaurateurs la nouvelle solution que vous venez de sortir, notamment dans le contexte de pénurie de personnel ? 
Nous venons de lancer un module fonctionnel et additionnel qui vient s’intégrer à la plateforme et l’infrastructure DOOD. C’est une offre de réservation en ligne pour les restaurateurs qui souhaitent optimiser leur remplissage de salle. Cette solution digitale permet d’augmenter la rotation des tables, de diminuer le no show et son impact sur le chiffre d’affaires, d’anticiper les stocks et les plannings d’équipe, d’obtenir une meilleure connaissance et fidélisation des clients. Avec la commande et le paiement à table, nous avons pu constater que sur certains comptes le panier moyen augmentait de 30 à 35 %. Ce nouveau module va nous permettre de toucher les indépendants très peu digitalisés. L’objectif est vraiment d’amener les restaurateurs éloignés de la digitalisation grâce à une solution simple, intuitive et facile à mettre en œuvre en moins de 24 heures.
Avez-vous des ambitions sur d’autres secteurs que la restauration ? 
Notre plateforme peut être verticalisée sur d’autres secteurs d’activités comme le retail, les pharmacies, les fleuristes… mais pour le moment notre volonté est de performer sur le foodservice. En revanche, le développement à l’international est un véritable sujet d’accélération pour l’entreprise. Nous sommes déjà présents en Belgique, en Suisse, au Maroc, et nous sommes en cours d’installation en Espagne.
Propos recueillis en novembre 2022

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
05
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2022

Fidélité, ancrage territorial, expérience…quelles redéfinitions de l’écosystème de la RHD

05
dé - Paris
IN-NEO AWARDS

Primer les acteurs qui participent a l’évolution de la RHD

Nous vous recommandons

Pazzi, le robot pizzaïolo, c’est fini

Pazzi, le robot pizzaïolo, c’est fini

La start-up de la foodtech a été placée en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Meaux. Ses deux restaurants sont fermés et ses 35 collaborateurs licenciés.Cela faisait près de dix ans qu’elle intriguait gourmands et...

20/10/2022 | ConceptsPizza
Pour Simon Ferniot, CEO de Seafood Reboot, « Nos modèles alimentaires sont à une croisée des chemins »

Pour Simon Ferniot, CEO de Seafood Reboot, « Nos modèles alimentaires sont à une croisée des chemins »

Seafood Reboot lève 3,2 millions d’euros pour préparer ses substituts aux produits de la mer

Seafood Reboot lève 3,2 millions d’euros pour préparer ses substituts aux produits de la mer

Foodles, de Paris à Londres, des partenaires-traiteurs aux laboratoires de production

Interview

Foodles, de Paris à Londres, des partenaires-traiteurs aux laboratoires de production

Plus d'articles