Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

X,Y,Z COMME GENERATIONS XYZ

AGNÈS DELCOURT

Sujets relatifs :

X,Y,Z COMME GENERATIONS XYZ

© PA/GETTYIMAGES

Les confinements se suivent et ne se ressemblent pas. Par contre, les habitudes prises durant ces périodes inédites révèlent des mutations amorcées avant la pandémie, et qui accélèrent. Notamment sur le rapport à l’alimentation, et donc à la restauration. « En grossissant le trait, le premier confinement a vu les seniors se tourner vers des solutions modernes, drive et livraison à domicile, tandis que les jeunes ont retrouvé une certaine tradition et se sont (re)mis à cuisiner », lance Rémy Oudghiri, directeur général de Sociovision.

Le drive a largement progressé, nécessité oblige, dans les régions rurales encore peu converties à ces modes de consommation. En parallèle, le « manger autrement et mieux » corrélé au « manger local » s’est fortement développé. « En situation de crise, comme nous avons pu l’observer en 2008, les Français se tournent en priorité et quasiment par réflexe vers les produits locaux, poursuit le sociologue. C’est une forme de sauvegarde collective. » Plus en détail, les millennials, qui avaient pris l’habitude de rogner leurs dépenses d’alimentation pour consacrer leur budget aux voyages, loisirs et biens de consommation liés à la téléphonie mobile et au digital, revoient leur copie. Le « bien-manger » regagne du terrain. « Tout comme la génération X (née entre 1965 et 1980, Ndlr), ils sont devenus des adeptes de l’application Yuka qui recense tous les ingrédients d’un plat et leur traçabilité, indique le dirigeant de Sociovision. Même si le plaisir reste primordial, les restaurateurs ne peuvent plus ignorer cette donnée. Les réseaux sociaux sont là pour le rappeler. La génération Y (née entre 1980 et 2000, Ndlr) a grandi avec eux et se nourrit largement des avis partagés. » Pour les plus jeunes, nés après 2000, une autre tendance semble s’affirmer autour de la réduction de la consommation de viande.

« La génération Z est particulièrement sensible au bien-être animal, à la protection de la nature et à sa propre santé, rappelle Rémy Oudghiri. Elle est née avec les premiers programmes sanitaires émis par le gouvernement autour des notions “manger et bouger”. Ainsi, ces “flexitariens” mangent moins de viande que leurs aînés. C’est une vraie tendance de fond et non un réflexe bobo, comme nous avons pu le percevoir au début de l’émergence du phénomène. » Là encore, les restaurateurs ne peuvent ignorer cette nouvelle donne. Au moins un plat sans viande, c’est le minimum à présenter sur une carte. L’exception culturelle française a de beaux jours devant elle, selon Rémy Oudghiri.

« Les Français aiment manger, se retrouver autour d’une table en famille ou entre amis. À la sortie du premier confinement, les restaurants et bars se sont immédiatement remplis. Cette crise ne remettra pas en cause l’amour des consommateurs pour la cuisine, le partage et la convivialité. » Agnès

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Etude de la FEB sur les Français et le pain : quelle consommation, quelle perception, quelles attentes ?

Etude de la FEB sur les Français et le pain : quelle consommation, quelle perception, quelles attentes ?

La FEB a fait réaliser une étude sur le pain et les Français. Qui montre que ces grands consommateurs de pain, notamment de baguette, sont sensibles à la qualité et à l’origine des produits comme[…]

14/04/2021 | Boulangerie
Lancement par BËNNIE du menu 100% BIO au CBD

Lancement par BËNNIE du menu 100% BIO au CBD

 UMIH et UPSE : ensemble pour défendre leurs intérêts communs

UMIH et UPSE : ensemble pour défendre leurs intérêts communs

Food Service Vision : La crise s’étire, le marché s’adapte

Food Service Vision : La crise s’étire, le marché s’adapte

Plus d'articles