Vesto fait prendre aux matériels de restauration le chemin de l’économie circulaire

YANNICK NODIN
Vesto fait prendre aux matériels de restauration le chemin de l’économie circulaire

La donnée à de quoi faire réfléchir : chaque année, ce ne sont pas moins de 30 000 tonnes de matériel de restauration, raccordé au gaz ou à l’électricité (lave-vaisselle, armoire froide, four…), qui sont jetés. Des déchets qui sont aussi des ressources : Bastien Rambaud, Anne-Laurène Harmel et Wilfrid Dumas, les fondateurs de Vesto, estiment qu’au moins la moitié de ces matériels serait reconditionnable. Et c’est tout l’objectif de la start-up, créée en juin 2020, que de mettre en face de cette estimation des capacités industrielles. Avec une étape importante franchie, inaugurant hier son premier centre de reconditionnement, à Romainville, sur quelque 2000m², en même temps que l’annonce d’une levée de fonds de 1,1 million d’euros auprès de Makesense Seed1, Caméléon Invest, la région Ile de France et de Business Angels. Elle permettra à la start-up, créée en 2020, de s’inscrire comme acteur de l’économie circulaire en développant la première filière industrielle de réemploi exclusivement à destination des restaurateurs, avec un objectif de 10 tonnes de matériel reconditionné par mois d’ici mi-2022, soit 45 tonnes de CO2 économisées par mois.

Pour inciter les professionnels à ne plus mettre à la benne leur matériel, Vesto prend en charge chaque étape de la collecte de matériel usagé (depuis son démontage sur place jusqu’à son arrivée en atelier), et valorise financièrement le matériel repris auprès des usagers. Une fois reconditionné, le matériel est revendu sur le site internet de Vesto (vesto.fr) ou au travers d’installateurs experts de la grande cuisine, pour permettre aux professionnels d’économiser entre 30 et 70% par rapport au matériel neuf. Depuis son lancement, l’entreprise a déjà collaboré avec plus de 130 restaurateurs, et compte des clients aussi variés que des cantines scolaires ou des chefs étoilés.

Pour son développement, Vesto compte s’appuyer aussi bien sur une poussée de l’intérêt pour l’économie circulaire que sur une évolution de la législation (loi AGEC) qui favorisera à partir de 2023 l’achat de matériel reconditionné par les administrations publiques, en instaurant des objectifs d’achat de matériel de seconde main allant jusqu’à 20%. Et n’a pas oublié de doubler son initiative à impact d’un projet social intéressant, avec notamment un parcours d’insertion professionnelle menant au métier de technicien grande cuisine, en forte tension, en cours de création au sein de Vesto, avec le soutien de structures engagées dans l’insertion comme LemonTri, Label Gamelle, AssoD2L et la mairie de Paris. A terme, si la moitié des matériels de restauration jetés sont effectivement reconditionnés par Vesto, ce ne sont pas moins d’une centaine de centres de reconditionnement comme celui de Romainville qui pourrait émerger.


Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Interdiction des dénominations carnées pour les produits à base de protéines végétales : le décret est paru

Interdiction des dénominations carnées pour les produits à base de protéines végétales : le décret est paru

Fini les mots steaks, filets, saucisses pour désigner des produits à base de protéines végétales… Le décret d’application qui interdit l’utilisation de ces dénominations animales pour promouvoir ou commercialiser des protéines...

30/06/2022 | VégétalRéglementation
Traiteur de Paris lance sa Tatin aux pommes

Traiteur de Paris lance sa Tatin aux pommes

Boucles de réemploi : Eternity Systems et PSE s’associent

Boucles de réemploi : Eternity Systems et PSE s’associent

« Nous espérons amener une centaine de clients réguliers sur notre offre BtoB », explique Sylvain Greiner, d’Eataly Paris

« Nous espérons amener une centaine de clients réguliers sur notre offre BtoB », explique Sylvain Greiner, d’Eataly Paris

Plus d'articles