Une bataille acharnée sur les promotions

Une bataille acharnée sur les promotions

© KFC

Sur ce point, la chaîne a travaillé en 2015 à rendre son offre plus lisible et plus accessible.

Au côté de son produit phare, le bucket à partager, c'est toute une palette de sandwichs et d'offres sandwichs et boissons, placées sous les 8 E, qui est venue compléter le menuboard. « Les opérateurs sont nombreux à avoir augmenté leurs prix au cours des dernières années, il faut faire attention à ce que la perception de notre offre ne dérape pas, et incite au report vers des alternatives, comme celles de la GMS. » Pour remettre les pendules à l'heure, l'enseigne a frappé fort début 2015, avec son Méga Menu, 5 produits à 5 E, une offre promotionnelle très agressive, suscitant des réactions en chaîne dans les rangs de la concurrence...

Car, si la bataille des prix n'a pas eu lieu en 2015, celle des promotions a été acharnée, et pas que sur les marchés du mass-market. 1 521 opérations lancées par 46 enseignes ont été repérées par la société Labor Action, soit une augmentation de 12 % par rapport à 2014. Le rythme des offres aussi s'est intensifié, avec un taux de renouvellement de 52 %, soit 4 points de plus qu'en 2014. « Pour les chaînes, elles sont un relais pour capter la fréquentation, 30 % de ces opérations d'ailleurs ont porté sur le prix, précise Isabelle Guimard.Comme tout le monde se bat sur ces offres, l'enjeu, c'est de créer du lien par des opérations à destination des enfants, qui ont doublé en 2015 ; par des jeux-concours aussi, qui ne sont plus seulement l'apanage des grandes chaînes. Courtepaille, Flunch, ou encore Buffalo Grill s'y sont mises. »

Pour capter de nouvelles clientèles, les promotions sont un moyen parmi d'autres. « L'année 2015 a été une année très réflexive : les enseignes se sont posées pas mal de questions sur leur concept, son adéquation aux modes et aux codes de consommation actuels, estime Laurent Kruch, avec à la clé un nombre important de rénovations. » Tels Campanile, et ses nouveaux espaces communs, Le Comptoir, une vingtaine de lobbies convertis en pièce à vivre proposant une petite restauration en continu ; Ikea, remodelant la moitié de ses immenses restaurants (500 à 800 places) autour d'un principe de segmentation des espaces, dans une ambiance toujours plus scandinave ; Tablapizza, Courtepaille...

Nous vous recommandons

Laurent Bassi, fondateur de Basilic & co : « C’est quand tout va bien qu’il faut avoir le courage de changer »

Interview

Laurent Bassi, fondateur de Basilic & co : « C’est quand tout va bien qu’il faut avoir le courage de changer »

L’enseigne de pizzas de terroir a beaucoup investi en 2022, pour rester en phase avec sa clientèle et anticiper sa croissance.Comment avez-vous vécu cette année 2022 ?C’était, bien sûr, le dégel de la crise. Mais pour nous ça...

Sacha Abergel, Foodies consulting: "Il faut désormais être bon sur tous les fronts"

Interview

Sacha Abergel, Foodies consulting: "Il faut désormais être bon sur tous les fronts"

Deliverect : Levée de fonds de 55 millions d’euros pour devenir le leader européen de la foodtech

Deliverect : Levée de fonds de 55 millions d’euros pour devenir le leader européen de la foodtech

Les nouveautés/innovations produits à retenir de 2020 en restauration commerciale selon Labor Action

Les nouveautés/innovations produits à retenir de 2020 en restauration commerciale selon Labor Action

Plus d'articles