Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Un travail en profondeur

Yannick Nodin
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Un travail en profondeur

Le restaurant BRAS à LAGUIOLE

© Sylvie Humbert

Car si l'aménagement s'inscrit dans la continuité des origines de l'établissement ; si, comme le note Véronique Bras, « nos clients fidèles ont le sentiment que quelque chose a changé, mais ne savent pas dire quoi », c'est bien un travail en profondeur qui a été mené ici.

Du sol au plafond, transformé, avec une toile tendue et des flux lumineux, en une « gigantesque lampe », visible la nuit depuis Laguiole. « C'est simple : à part les verres à vin et les verres à eau, tout a été redessiné dans l'accueil et le restaurant », précise Brice Genre. Paravents, vases et soliflores, fauteuils, dessertes, lampes, mise de table... L'atelier A + B a travaillé sur 27 typologies d'objets pour ces travaux menés sur onze mois, pour une enveloppe globale de 1,5 million d'euros.

 

L'originalité de cet agencement : chacun de ses éléments a été conçu avec et pour les Bras. « Il est très rare qu'un restaurateur fasse concevoir autant d'objets pour lui, appuie Brice Genre. Sept pièces ont été fabriquées chez Bernardaud : ils n'avaient jamais vu ça ! Ce n'est pas anecdotique. Pour moi, cela fait sens avec la démarche et l'univers des Bras. » À l'instar du couteau, compagnon du repas, et rappel contemporain des capuchadous des paysans aveyronnais ; ou de certaines assiettes, répondant à des dressages spécifiques et évoquant, par leurs bords ourlés, un voile tombant dans l'herbe... « Il y a tout le temps, dans le dessin, un jeu entre la technique, la poésie et la fonctionnalité. »

 

Sur ce point, l'expertise des Bras, celle aussi de leur équipe, a été mise à contribution. Serveurs, cuisiniers, chefs de rang... Nombreux sont ceux à avoir été consultés, pour créer des objets élégants et robustes. Dont Sergio Calderon, vingt-six ans de maison, sommelier et directeur de salle : « Il y a des contraintes particulières à l'activité : des matériaux solides, faciles à nettoyer... Mais il y aussi la spécificité du Suquet. Exister ici, cela implique certaines règles : des tarifs qui ne soient pas dissuasifs, pas de personnel en excès, des compromis aussi dans l'aménagement intérieur. C'est un prolongement de ce qui est fait en cuisine, où l'on n'utilise pas seulement le coeur du légume, mais aussi ses fanes. »

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
01 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

02 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Édition 2021

Nous vous recommandons

Consommation d’alcool : le point avant de retrouver bars et restaurants

Consommation d’alcool : le point avant de retrouver bars et restaurants

Malgré le couvre-feu instauré depuis maintenant 5 mois et de nouvelles contraintes de déplacements pendant le mois d’avril, le rayon alcools affiche, depuis plusieurs semaines, les taux de croissance les plus forts de[…]

DOUZE, la nouvelle définition du garde-manger

DOUZE, la nouvelle définition du garde-manger

Cantines, CHR, établissements de santé : du pain français et équitable pour tous

Cantines, CHR, établissements de santé : du pain français et équitable pour tous

Brasseurs de France et MiiMOSA lancent une opération de soutien pour les brasseurs

Brasseurs de France et MiiMOSA lancent une opération de soutien pour les brasseurs

Plus d'articles