Un pacte de 16 propositions pour défendre le modèle alimentaire français et la souveraineté du pays

ENCARNA BRAVO
Un pacte de 16 propositions pour défendre le modèle alimentaire français et la souveraineté du pays


PME, PMI ET ETI alimentaires Françaises sont en danger, Adepale lance un pacte pour mobiliser les énergies autour de l’alimentation et préserver les savoir-faire des entreprises alimentaires françaises, héritières d’une longue tradition culinaire.

Alimentation et origine française sont deux sujets auxquels les Français sont particulièrement attachés, comme le confirment deux enquêtes récemment publiées.
En effet, 8 Français sur 10 se disent intéressés par les questions liées à l’alimentation[1], tandis que les 2/3 (66 %) considèrent que l’importation de produits alimentaires est une mauvaise chose, en raison de leur impact social, environnemental, économique et sanitaire trop important[2].

Pourtant, le dynamisme des entreprises alimentaires françaises est aujourd’hui mis à mal par de nombreuses turbulences à la fois structurelles et conjoncturelles, notamment liées au manque de valorisation de leurs produits ; un phénomène qui s’est largement accentué depuis la crise. D’après le Baromètre de l’ADEPALE, si les entreprises étaient près de 7 sur 10 (69 %) à se dire confiantes pour la suite de leur activité et leur santé fin 2021, elles étaient également 86 % à déclarer éprouver des difficultés en matière d’approvisionnements, contre seulement 31 % en mars 2021. La survenue soudaine et inédite de la hausse des coûts généralisée et du manque de disponibilité de marchandises, comme les matières premières agricoles ou certains emballages, pèsent en effet lourdement sur leurs activités.

Dans ce contexte d’urgence, l’ADEPALE a décidé de lancer un Pacte pour mobiliser les énergies autour de l’alimentation et préserver les savoir-faire des entreprises alimentaires françaises, héritières d’une longue tradition culinaire.

Le Pacte pour l’avenir de l’alimentation et des territoires : 16 propositions en réponse à 4 enjeux majeurs
L’ADEPALE, qui regroupe plus de 50 000 collaborateurs, 400 établissements principalement des TPE, PME et ETI, s’est appuyée sur une étude prospective menée par le Cabinet Asterès et une enquête de la Junior Entreprise de Sciences Po Paris pour élaborer cette stratégie d’avenir. Il s’agit de répondre aux défis qui attendent la filière d’ici 2030. En effet, si les industries de l’alimentation disposent d’atouts réels aux yeux des jeunes générations, elles souffrent d’un déficit d’attractivité lié, pour beaucoup, à leur faible rentabilité. Ainsi, fin 2021, elles étaient près de 9 sur 10 (87 %) à éprouver des difficultés de recrutement, contre seulement 59 % en mars[3]. De plus, si rien ne changeait, elles seraient dans l’incapacité de s’engager dans les indispensables transitions énergétiques, écologiques et numériques.

L’ADEPALE invite donc les candidats à l’élection présidentielle à s’inspirer de ce Pacte pour leurs futures politiques. L’Association a défini 16 leviers d’action concrets pour répondre aux 4 enjeux majeurs qu’elle a identifié suite aux travaux de prospective qu’elle a initiés :

1.    Restaurer la compétitivité des entreprises afin de renforcer la souveraineté alimentaire française au cœur de l’Europe

2.    Adapter les outils de productions aux transitions énergétiques, environnementales et digitales

3.    Attirer et développer les compétences dans nos territoires

4.    Affirmer les valeurs du modèle alimentaire français


Jérôme Foucault, Président de l’ADEPALE souligne : "Depuis le début de la crise sanitaire, les Français et les pouvoirs publics ont pris conscience de la nécessité de renforcer la souveraineté alimentaire et industrielle de la France. Pour autant, presque rien n’a été fait pour répondre aux menaces qui mettent en péril l’industrie agroalimentaire, faite de petites et moyennes entreprises. Il est aujourd’hui plus qu’urgent de restaurer la valeur de notre alimentation et du travail associé, financer les transitions, développer l’attractivité des métiers, mais surtout, nourrir toutes les populations avec des produits gustatifs, sains et sûrs.
La conjoncture actuelle et les perspectives économiques à moyen terme ne nous permettront pas d’y parvenir sans le soutien de l’État et de l’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire. Si rien n’est fait pour corriger la trajectoire, c’est l’une des dernières industries de France, lieu d’excellence de notre pays, qui risque de disparaître, mais surtout, c’est une part de notre identité et de notre culture que nous perdrons. Il n’est pas trop tard pour agir. C’est tout l’objet du Pacte que nous proposons". 



[1] Sondage IFOP pour l’Association des territoires pour des solutions solidaires- publiée en janvier 2022.
[2] Sondage OpinionWay pour Calif – février 2022
[3] Baromètre ADEPALE – décembre 2021

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02
dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

05
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2022

Fidélité, ancrage territorial, expérience…quelles redéfinitions de l’écosystème de la RHD

Nous vous recommandons

Zenchef lève 50 M€ auprès de PSG Equity pour renforcer ses positions en Europe

Zenchef lève 50 M€ auprès de PSG Equity pour renforcer ses positions en Europe

Alors qu’elle s’apprête à sortir son app grand public, la scale-up bénéficie d’un investissement de 50 M€ de PSG Equity. Il va lui permettre d’enrichir son offre de solutions digitales et d’accélérer sa croissance en...

20/09/2022 | AppliLa restauration
Yoobic rachète la plateforme Heystan

Yoobic rachète la plateforme Heystan

« Ces Français qui ne veulent plus travailler » sont surtout des métiers terrains pour lesquels nous devons innover – Olivier Severyns, CEO de Snapshift

Tribune

« Ces Français qui ne veulent plus travailler » sont surtout des métiers terrains pour lesquels nous devons innover – Olivier Severyns, CEO de Snapshift

Vers une régulation des dark stores et des dark kitchen ?

Vers une régulation des dark stores et des dark kitchen ?

Plus d'articles