TVA à taux réduit : trois candidats se prononcent

Paul Fedele

Sujets relatifs :

Suite à l'envoi, début mars, d'un courrier commun signé par l'ensemble des organisations professionnelles (*), interpellant les candidats à la présidentielle sur la réduction du taux de TVA en restauration, Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal et Philippe de V
Philippe de Villiers, rappelle dans son courrier que « La restauration est une activité économiquement essentielle et culturellement vitale. Elle ne saurait être soumise aux règles de la commission de Bruxelles sur la concurrence ». Et de confirmer que s'il était élu, il baisserait de manière unilatérale la TVA sur la restauration pour la porter à 5,5 %.
Pour Ségolène Royale, la mise en œuvre d'un taux réduit de TVA ne peut être envisagée de manière unilatérale. La candidate prône la discussion avec les partenaires européens et défend une harmonisation fiscale qui reste pour elle l'une des priorités de ce qu'elle appelle "l'Europe par la preuve". Elle répond que la baisse de la taxe serait « envisageable et souhaitable » dans la mesure où des garanties sont données que la baisse profite aux consommateurs et aux salariés.
Si le courrier de Nicolas Sarkozy est coiffé de son slogan « Ensemble tout devient possible », les professionnels n'auront  sans doute pas oublié les promesses de l'ex- ministre de l'Intérieur-candidat, qui s'est dit proche de la profession lors du congrès du syndicat à Marseille en décembre dernier. D'ailleurs dans son courrier, il a rappelé ces engagements et qu'il réclamait l'application du principe de subsidiarité en matière de TVA, dès lors que cette imposition doit s'appliquer à des activités sans préjudice pour les échanges intracommunautaires. C'est pourquoi, s'il était élu, il agirait en ce sens. Il en attend trois résultats : une modération forte des prix de vente pour les consommateurs, une amélioration des niveaux de rémunération des salariés du secteur et des créations nombreuses d'emplois. Nicolas Sarkozy parle d'un pacte de confiance, d'un accord gagnant-gagnant qui serait passé en ce sens avec la profession en terminant son courrier "Chacun - j'insiste sur ce point - devra tenir ses engagements, dans l'intérêt des Français".
(*) lire néorestauration.com du 26 janvier et Néorestauration n° 440 de mars.


Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Tribune de Fréderic Leclef, directeur général délégué de Lyf - Comment faire revenir les clients au restaurant ?

Tribune

Tribune de Fréderic Leclef, directeur général délégué de Lyf - Comment faire revenir les clients au restaurant ?

Évalué à 35,6 milliards d'euros en 2020, le chiffre d'affaires de la restauration a subi une baisse vertigineuse en seulement quelques mois (-38 % par rapport à 2019). Le secteur a vu chuter la fréquentation de ses établissements de 35...

Olivier Béguier Président d’Eurochef jusqu’en 2025

Olivier Béguier Président d’Eurochef jusqu’en 2025

Plus d’une centaine de restaurants associés au Refugee Food Festival

Plus d’une centaine de restaurants associés au Refugee Food Festival

France Boissons lance la première Journée des Terrasses, le 18 mai prochain

France Boissons lance la première Journée des Terrasses, le 18 mai prochain

Plus d'articles