Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Tri et compost à l'école, un modèle à suivre

FLORENCE JACQUEMOUD

Sujets relatifs :

, ,
Tri et compost à l'école, un modèle à suivre

À la fin du repas, les élèves doivent séparer leurs déchets et jeter dans une poubelle jaune les restes de fruits et légumes. Un réflexe qu'ils peuvent ensuite reproduire chez eux.

© DR

Depuis septembre, les demi-pensionnaires des deux écoles primaires de Montech (Tarn-et-Garonne) trient les déchets de leur plateau au restaurant scolaire pour faire du compost. Une opération éducative positive pour tous.


Sur les murs des cantines des écoles Larramet et Sarragnac, à Montech (82), des affichettes indiquent aux élèves la nouvelle marche à suivre. « Dans le composteur, je mets les restes de fruits et légumes : épluchures, trognon de pomme, tomates, carottes... Je prépare mon compost à la cantine. » À Larramet, chaque élève fait lui-même le tri lorsqu'il dépose son plateau. À Sarragnac, un enfant est désigné à chaque table pour trier, à tour de rôle, les déchets des repas de ses camarades. Les restes de fruits et légumes sont jetés dans un petit seau jaune.

UNE ÉCONOMIE D'ENGRAIS

Les animateurs de la Ligue de l'Éducation 31, responsables de l'accueil, encadrent les enfants et les aident en cas de besoin. Ce sont aussi eux qui, à la fin du service, vident les déchets dans le composteur, au fond de la cour. Une fine couche de copeaux de bois est ensuite ajoutée pour accélérer la décomposition. Les deux établissements possèdent leur propre composteur en plastique. Installés par la mairie, ils ont une capacité de 600 litres.

« Nous veillons à ce que les enfants fassent bien la différence entre déchets organiques et non organiques, mais aussi à ce qu'ils ne jettent pas dans le seau jaune des restes de viande, de fromage ou de féculents, qui mettraient trop de temps à se décomposer », explique Nathalie Martin, ambassadeur du tri de la communauté de commune Garonne et Canal, dont fait partie le village de Montech. C'est elle qui a mis en place l'opération compost. Dès le printemps prochain, l'amendement ainsi obtenu servira à fertiliser les jardins des écoles, cultivés par les enfants, ou les plates-bandes de la commune, si les quantités le permettent.

La mise en place de cette opération n'a été ni très coûteuse ni très compliquée. Pour les cantines, il a suffi de deux composteurs, deux seaux, quelques affiches « faites maison » et une réunion d'information avec les responsables de l'accueil de loisir, chargés à leur tour de former leurs animateurs. « À Montech, cela s'est fait facilement, car nous avons une cuisine centrale, un self et des animateurs, poursuit Nathalie Martin. Dans les autres villages de la communauté de communes, ce sera moins simple. Certaines écoles fonctionnent juste avec deux employés de restaurant et un ATSEM(1), ou n'ont pas de self, mais un service à table. Il faudra adapter l'organisation. L'opération sera, dans un premier temps, lancée dans les deux écoles, publique et privée, de Finhan. Nous attendons encore les réponses des autres communes(2). »

« UNE QUESTION DE VOLONTÉ POLITIQUE »

Pour le village de Montech, cette opération, doublée d'animations dans les classes sur le tri des déchets, est bénéfique à plusieurs titres : à la maison, les enfants poussent leurs parents à trier et à composter. La somme de poubelles à ramasser est donc moins importante et tout le monde fait des économies d'engrais, ce qui, en zone rurale, n'est pas négligeable.

Très sensibilisée à la question du tri et du recyclage des déchets, la commune propose chaque année à ses administrés de s'équiper personnellement de composteurs. « C'est une question de volonté politique, explique Valérie Rabassa, maire et présidente de la communauté de communes. À Montech, tout se collecte et se recycle : textiles, piles, déchets électriques et électroniques... Pendant la Semaine du développement durable (du 1er au 7 avril), nous proposons aux habitants de participer à un grand ramassage des ordures dans la forêt et au bord du canal du Midi. Nous réunissons, à chaque fois, plusieurs tonnes de détritus. »

(1) ATSEM : agent territorial spécialisé d'école maternelle.
(2) La Communauté de communes Garonne et Canal compte six communes : Escatalens, Finhan, Lacourt-Saint-Pierre, Monbéqui, Montbartier et Montech.

La mise en place de cette opération n'a été ni très coûteuse ni très compliquée... Il a suffi de deux composteurs, deux seaux et des affiches...

Cap sur le bio et la qualité

La mairie de Montech, qui possède une cuisine centrale sur le site de Larramet, envisage cette année de mettre en place une « démarche bio » dans les écoles. Valérie Rabassa, maire et présidente de la communauté de communes, souhaite travailler le plus de produits agricoles bruts possible et présenter aux enfants, à l'occasion de la Semaine du goût, en octobre, des produits de la ferme et des animaux vivants, en relation avec les plats qui leur sont servis.

400

LE NOMBRE D'ENFANTS DE MONTECH CONCERNÉS PAR L'OPÉRATION 720 ENFANTS POTENTIELLEMENT CONCERNÉS DANS LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES 41,40 EUROS TTC LE COÛT D'UN COMPOSTEUR POUR LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

LES OBJECTIFS

Réduire la quantité de déchets dans les poubelles des cantines scolaires Sensibiliser les enfants aux questions de tri sélectif et, par leur biais, les parents Disposer d'un amendement gratuit pour les jardins des écoles Les points faibles L'absence d'animateur dans certaines petites communes pour encadrer "l'opération compost" L'incapacité à prévoir le besoin en composteur La méconnaissance de la quantité de compost qui sera produite

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

[TABLE RONDE] La nécessaire prise en compte des biodéchets

Dossier

[TABLE RONDE] La nécessaire prise en compte des biodéchets

Pour trier et valoriser les déchets, des solutions se mettent en place, des filières se développent. Mieux vaut traiter ce problème aujourd'hui... Car dès le 1er janvier 2016, le seuil sera réduit[…]

13/11/2015 | Les solutionsDébat
Unilever Food Solutions Le gaspillage en question

Unilever Food Solutions Le gaspillage en question

Tartiner sans effort

Tartiner sans effort

Ouvrir le vin avec élégance

Ouvrir le vin avec élégance

Plus d'articles