SNRTC et Snarr montent également au créneau contre l'article 56 du projet de Loi de Finances pour 2008

La rédaction de Néorestauration

Sujets relatifs :

Tout comme l'Umih et le Synhorcat, le SNRTC et le Snarr s'inquiètent du projet de limiter des aides à l'emploi de 2004.

« 1 point de décroissance avec les dents ! ... La douche est froide ...»
: commente le SNRTC (Syndicat national de la restauration thématique des chaînes) qui rappelle qu'en 2004, le gouvernement a mis en place des aides spécifiques au secteur des hôtels-cafés-restaurants pour permettre de valoriser les métiers du secteur de la restauration, notamment dans le domaine social.

Fortes de ces aides, les entreprises du SNRTC n'ont eu de cesse depuis, de revaloriser les salaires, de réduire le temps de travail, d'améliorer les conditions de travail, et d'offrir à leurs salariés d'importantes opportunités de formation pour les aider individuellement à progresser, rappelle le syndicat dans un communiqué. Alors qu'elles ont le sentiment d'avoir véritablement joué le jeu et d'avoir respecté les engagements demandés par les pouvoirs publics, elles sont donc stupéfaites de constater que l'Etat pourrait renier ses propres engagements, en faisant disparaître subrepticement les aides qui les accompagnaient, puisque ces aides ne s'appliqueraient désormais que pour les seuls 30 premiers salariés, soit en réalité leur disparition pour des entreprises dont les effectifs se comptent par centaines. Cette modification, dans les conditions d'exploitation des opérateurs qui sont les plus innovants, les plus dynamiques et donc les plus créateurs d'emplois, ne peut qu'entraîner un ralentissement du développement de ces entreprises et donc, par voie de conséquence, de la création d'emplois. « Les entreprises du SNRTC attendent que le projet de Loi de Finances pour 2008 respecte les engagements pris, afin que les efforts engagés depuis plusieurs années avec succès ne soient pas remis en cause », conclut le communiqué.

Le Snarr (Syndicat national de l'alimentation et de la restauration rapide) comme les autres syndicats professionnels du secteur des hôtels cafés restaurants (lire neorestauration.com du 4 octobre, s'élève aussi contre l'article 56 du projet de Loi de Finances pour 2008  « Des distorsions de concurrence entre petites et grandes entreprises de la restauration rapide et une pénalisation forte des entreprises qui ont choisi le développent en propre : l'article 56 du projet de Loi de finances est inacceptable en l'état », s'insurge ainsi le Snarr dans un communiqué.
En effet, les dispositions de l'article 56, limitant les aides à l'emploi aux seuls 30 premiers salariés des entreprises, si elles sont votées en l'état, entraîneront des différences de traitement parmi les entreprises adhérentes du Snarr et parfois même au sein de la même entreprise. Ces dispositions, établies sans concertation avec les organisations professionnelles, sont fondées sur des critères qui ne prennent pas en compte les réalités économiques du secteur, estime le syndicat.

Dans les faits, cet article 56 pénalise les entreprises qui ont su regrouper leurs forces dans des réseaux de succursales (restaurants gérés en direct) qui sont les investisseurs les plus importants du secteur, ceux qui créent le plus d'emplois et forment le plus leur personne, alerte le syndicat qui conclut : "Cette situation, particulièrement inéquitable est inacceptable car elle conduira inéluctablement à un renchérissement des prix consommateur au moment où déjà il y a une très forte augmentation du prix des matières premières. Le Snarr s'associe aux démarches de l'Umih, du Synhorcat et du SNRTC et demande au Président de la République et au Gouvernement de tenir leurs engagements pour le secteur des Hôtels, Cafés, Restaurants."

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02
dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

05
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2022

Fidélité, ancrage territorial, expérience…quelles redéfinitions de l’écosystème de la RHD

Nous vous recommandons

Marie-Odile Fondeur, directrice de la Fondation pour la cuisine durable by Olivier Ginon

Interview

Marie-Odile Fondeur, directrice de la Fondation pour la cuisine durable by Olivier Ginon

Quels sont les objectifs de la Fondation pour la cuisine durable by Olivier Ginon ?Le premier objectif est de travailler pour l'intérêt général. Elle n'a pas de but lucratif, le financement de nos actions étant assuré...

Sondage - Quel est l'impact pour vous de la hausse des prix de l'énergie ?

Sondage

Sondage - Quel est l'impact pour vous de la hausse des prix de l'énergie ?

« Ces Français qui ne veulent plus travailler » sont surtout des métiers terrains pour lesquels nous devons innover – Olivier Severyns, CEO de Snapshift

Tribune

« Ces Français qui ne veulent plus travailler » sont surtout des métiers terrains pour lesquels nous devons innover – Olivier Severyns, CEO de Snapshift

Top départ pour la troisième édition de Cuisinons pour Demain

Top départ pour la troisième édition de Cuisinons pour Demain

Plus d'articles