Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

abonné

Slow Food, des gastronomes responsables

Isabel Soubelet

Sujets relatifs :

, ,
Slow Food, des gastronomes responsables

Le Salon du goût et des saveurs d'origine à Montpellier a accueilli les adeptes de Slow Food pour des animations autour des produits du terroir du monde et des dégustations de plus de 800 vins.

© DR

Partager les plaisirs de la table, échanger avec les producteurs et respecter la biodiversité sont les valeurs des adeptes de Slow Food. Des épicuriens responsables.

Bon, propre et juste. C'est l'alliance de ces trois critères qui, selon Carlo Petrini, définit la qualité d'un produit alimentaire. Au-delà des préoccupations du « manger bien, manger mieux », le fondateur du mouvement international Slow Food présente, dans son dernier ouvrage (1), une éthique de la gastronomie et un plaidoyer pour la souveraineté alimentaire. Une nouvelle définition de la qualité du produit qui implique un comportement responsable de la part de tous les acteurs, producteurs et consommateurs. Démarche marketing, souvent méconnue et qualifiée d'intégriste voire de secte, Slow Food est régulièrement confrontée, surtout en France, à des jugements critiques et inexacts.

Fondé en 1986 en Italie, le mouvement a vu le jour en réaction à la vague d'homologation du fast-food et à la frénésie de la « fast-life ». Avec pour emblème l'escargot. Devenu en 1989 une organisation internationale à but non lucratif, il compte plus de 80 000 membres et mène de multiples actions sur le terrain. Pour preuve, l'affluence durant quatre jours lors du 3e Salon du goût et des saveurs d'origine, co-organisé avec les Coteaux du Languedoc, qui s'est tenu à Montpellier en avril dernier. En effet, 9 000 visiteurs ont participé à cette fête des terroirs du monde et plus de 15 000 verres ont été servis dans l'espace OEnothèque qui proposait en dégustation 800 vins. Bien loin des discours de façade, chacun y est venu pour partager, découvrir et échanger sur le patrimoine culinaire.

La convivialité comme vecteur

« Nos réunions sont fondées sur la rencontre, la convivialité, la découverte des produits et des producteurs », souligne Didier Chabrol, vice-président de Slow Food France. La notion de plaisir est au coeur du mouvement. Sur le terrain, les citoyens sont curieux, sensibilisés et militants bien sûr. Dans la démarche, la pluralité occupe une grande place et l'ouverture aux autres se veut une réalité. « Nos réunions reposent sur les échanges culinaires, sur des transmissions de pratiques alimentaires et de préparations de recettes », précise Lucia Mastroberti, responsable du convivium de Strasbourg, créé en janvier. Si, au départ, on trouvait parmi les adhérents davantage de quinquas militants que de jeunes amateurs, depuis que Slow Food est plus connu (même si des progrès restent à faire), le public des 33 conviviums présents en France évolue. Désormais, professionnels et amateurs, jeunes et moins jeunes se côtoient dans un même but : partager leur amour du produit, bon, propre et juste, pour reprendre la définition de Carlo Petrini. C'est ce mélange qui crée un bon équilibre. Pas d'étiquette, pas de dogmatisme, pas d'exclusivité, le fil conducteur se nomme le goût. Comme la démarche est bénévole, chacun s'investit en fonction de ses disponibilités et de ses convictions. Henri-Bernard Lapeyre, à l'origine avec deux autres personnes du convivium Pays basque Bizi Ona, estime que Slow Food est « une nécessité, une passion et un état d'esprit ». Très investi, il organise avec les adhérents de nombreuses manifestations et animations, dans une région privilégiée au niveau de la production de produits de qualité. Bixente Marichular,[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
26 sep - Paris
La RHD à l’heure du Healthy

Quels leviers pour relever les défis du mieux-manger ?

05 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quelles solutions mettre en place pour la consommation de demain ?

Nous vous recommandons

Le groupe de restauration italienne SO2R s’installe sur les lieux de transit

Le groupe de restauration italienne SO2R s’installe sur les lieux de transit

  Né en 2007 de la rencontre entre Pierre de Wulf et Hervé Musset, le groupe SO2R a créé six concepts innovants reposant sur des produits rigoureusement sélectionnés, italiens, et issus de[…]

 Magret de canard séché long affinage signé Rougié

Magret de canard séché long affinage signé Rougié

L'engouement pour les cuisines du monde: Italie, Asie et Tex-mex

L'engouement pour les cuisines du monde: Italie, Asie et Tex-mex

 Un crumble, prêt à l’emploi signé la Cigale

Un crumble, prêt à l’emploi signé la Cigale

Plus d'articles