Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Sheraton Paris Airport décolle dans les plateaux-repas

La rédaction de Néorestauration
L'hôtel démarre avec sept plateaux et trois paniers, et une livraison assurée dans un rayon de 15 km. Une expérience unique dans l'hôtellerie.

Avec un taux de progression de plus de 10 % l’an (voir Néorestauration n° 396), la restauration livrée connaît une progression soutenue. Il s’est vendu plus de 1,2 million de plateaux en 2002 et les opérateurs laissent entendre qu’en 2003 on devrait tutoyer les 1,5 million d’unités. Le marché est juteux et à fort potentiel. Et ce ne sont pas les spécialistes du secteur qui diront le contraire puisqu’ils ont vu débarquer sur leur terrain, depuis deux ans, de nouveaux opérateurs comme des groupes de restauration collective à l’image de Sogeres via sa filiale l’Affiche, ou encore, récemment Compass, mais aussi les cafétérias, à l’instar de Casino. Bref, il semble que tout le monde veuille une part du gâteau. Pourquoi donc pas l’hôtellerie. Sa restauration a généralement bonne image et, souvent bien notée par les guides, elle dispose de l’outil et des équipes.

Toujours est-il que le gisement n’a pas échappé au Sheraton Airport, ce 4 étoiles situé à l’intérieur du Terminal 2 de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle et à son directeur de restauration, Pascal Groël, qui vient de lancer une offre complète de plateaux et de paniers à livrer non seulement dans ses propres salles de séminaires mais, surtout, dans un périmètre de 15 km autour de l’hôtel . Une première que ne manque pas d'être soulignée ! Après les traiteurs, la restauration collective, c'est donc à l'hôtellerie de s’attaquer à ce marché très convoité. Le chef, Jean-Michel Kirche, a mis au point 7 formules de plateaux froids et 3 paniers avec sandwichs et desserts fabriqués dans les cuisines et la pâtisserie de l’hôtel, un gage de qualité pour des tarifs qui s’établissent à 13 euros pour les paniers et s’échelonnent de 16 à 25 euros pour les plateaux.

Le principe est très proche des propositions existantes aujourd’hui : un plateau élégant dans un packaging en papier Kraft recyclé, une vaisselle jetable, des couverts en Inox, un petit pain, des ménages. Fausse note peut-être pour le verre en plastique. Mais le directeur de la restauration assure que le produit va évoluer puisque, déjà, des prestations plus haut de gamme leur sont réclamées. Des commandes passées au moins vingt-quatre heures avant la date de livraison pour les plateaux, et la veille avant 17 heures pour les sandwichs. La livraison est assurée pour un minimum de six formules. Originalité supplémentaire, parmi les dix références proposées de vins en bouteille, deux vins sont bio.

Cette expérience, lancée depuis deux mois, devrait à n’en pas douter faire germer des idées chez les responsables de restauration d’hôtel toujours en quête de relais de chiffre d’affaires. Voilà aussi un moyen supplémentaire de mettre en avant leur savoir-faire auprès des entreprises locales. Reste que la restauration livrée est un métier avec des contraintes particulièrement drastiques en termes de logistique et de respect des délais de livraison. Mais le pari est jouable à qui y mettra les moyens. pfedele@neorestauration.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Flunch emporte le Trophée de l’économie responsable dans la catégorie Restauration

Flunch emporte le Trophée de l’économie responsable dans la catégorie Restauration

Créés en 1994 par le réseau Alliances, les Trophées de l’économie responsable récompensent chaque année les entreprises et organisations innovantes, engagées dans[…]

Pour Jocelyn Olive, Président CEO chez Buffalo Grill et Courtepaille, « Nous allons réactiver ce qui lie Courtepaille aux consommateurs »

Pour Jocelyn Olive, Président CEO chez Buffalo Grill et Courtepaille, « Nous allons réactiver ce qui lie Courtepaille aux consommateurs »

Près d’1 poulet sur 2 importé en France : quel poulet pour les consommateurs demain ?

Près d’1 poulet sur 2 importé en France : quel poulet pour les consommateurs demain ?

TheFork met en avant les tables éco-responsables

TheFork met en avant les tables éco-responsables

Plus d'articles