Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Sessibon, la "cafet" nouvelle génération

Marie Luginsland, à Berne
Sessibon, la

©

Le nouveau concept du groupe suisse Migros, entre cafétéria, libre-service et vente à emporter, répond à la fois aux aspirations de rapidité des nouveaux consommateurs et à leurs exigences de qualité.

Un décor épuré mais convivial, des étagères qui rappellent la chaleur d'une salle à manger, une table d'emballage en guise d'invitation à emporter chez soi la carte généreuse de cette cafétéria revue et corrigée : en créant le concept Sessibon, Migros cherche à s'éloigner de ses « selfs » traditionnels. Née en mai dernier dans le quartier de Wankdorf, rue Winkelriedstrasse, à Berne, l'enseigne combine rapidité et qualité, et permet à sa clientèle d'opter à la dernière minute pour une consommation sur place ou la vente à emporter.

Une conversion progressive

Le rôti et les pâtes peuvent aussi bien être empaquetés que les pizzas ou les sandwichs. Car à savourer sur place ou en libre-service, les produits sont les mêmes : thé glacé maison, jus de fruits pressés, salade, café et dessert, sans oublier la carte des pizzas, des pâtes et les deux menus du jour.

Migros, qui dispose de 231 restaurants à travers la confédération, devrait convertir une vingtaine de ses sites (de 30 à 150 places chacun) à la formule Sessibon dans les cinq ans à venir. Cette transformation vise davantage les quartiers périphériques que les zones à haute fréquentation. « Nous recherchons un bon mélange entre des consommateurs restant sur place et les autres, plus pressés le midi, comme les collégiens ou les salariés qui emporteront leur repas », explique André Hüsler, responsable du secteur Gastronomie de Migros Aare.

André Hüsler Responsable du secteur Gastronomie de Migros Aare

« Les nouveaux comportements alimentaires de la population soumettent les restaurants classiques à une pression de plus en plus forte. Les clients aspirent à du "good food fast". Si plus personne ne trouve le temps de savourer au quotidien un vrai repas, tout le monde aspire néanmoins à se nourrir sainement. Notre concept allie les deux composantes. Nous souhaitons augmenter notre part de ventes à emporter, de 30% aujourd'hui, à 40% ».

Tendances

La vente à emporter ne s'adresse plus seulement aux zones très fréquentées. Les barrières entre vente à emporter et consommation sur place s'estompent.

Le principe

Communiquer aux clients la possibilité de vente à emporter par le design, la signalétique et la présence d'une grande table au centre du restaurant où les convives peuvent emballer eux-mêmes leur repas. Faire rimer vente à emporter avec qualité. S'implanter dans des zones périphériques - bureaux, écoles... - là où la demande hybride est importante.

Les chiffres

1 M FS d'investissement (619 M €) 120 places en salle, 30 en terrasse 10,50 FS à 14 FS de ticket moyen pour le menu du jour (6 à 8 €) 8 salariés 30% de part de vente à emporter

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Parution du livre : « L’entreprise vraiment responsable »

Parution du livre : « L’entreprise vraiment responsable »

L’entreprise vraiment responsable propose une vision pragmatique de la responsabilité des entreprises, mêlant l’approche de l’économiste Patrick Lenain et celle de l’entrepreneur Jean-Noël Felli,[…]

Résultats du sondage : à quand la réouverture des restaus et le retour à la vie normale...

Sondage

Résultats du sondage : à quand la réouverture des restaus et le retour à la vie normale...

Exki se place en redressement judiciaire

Exki se place en redressement judiciaire

La mise au point de Foodinnov sur le documentaire sur l’industrie agroalimentaire diffusé sur Arte

La mise au point de Foodinnov sur le documentaire sur l’industrie agroalimentaire diffusé sur Arte

Plus d'articles