Sécurité alimentaire : la réglementation de l'UE expliquée

La rédaction de Néorestauration

Sujets relatifs :

La Direction générale de l'alimentation (DGAL) vient d'exposer les grandes orientations de la réforme de la réglementation communautaire.

Le voile se lève peu à peu sur la future réglementation européenne en matière de sécurité alimentaire, en cours de refonte et d'adoption. Et le travail d'explication qu'entament les pouvoirs publics devrait permettre de sensibiliser et de mobiliser les professionnels, mais aussi de les rassurer.

Lors d'un séminaire sur l'HACCP organisé à l'Ecole nationale vétérinaire d'Alfort (Enva) par le Centre européen de prévention des risques (CEPR) et l'association HACCP Experts, Emmanuelle Soubeyran, docteur vétérinaire, chef de bureau des établissements de restauration et de distribution à la DGAL (ministère de l'Agriculture), a décrit les objectifs de cette réglementation, son architecture, son calendrier ainsi que les principales dispositions intéressant ces secteurs d'activité.

Cette réforme poursuit quatre objectifs : séparer les instances d'évaluation et de gestion des risques, intégrer toute la filière alimentaire dans la réglementation (de la production primaire jusqu'au consommateur) ; poser la responsabilité des exploitants; et simplifier les textes.

S'agissant de la simplification, Emmanuelle Soubeyran a rappelé qu'il existe aujourd'hui 17 directives communautaires sectorielles transcrites en droit national ainsi qu'une directive horizontale, la « 93/43 ». Demain, la réglementation communautaire reposera tout d'abord sur un règlement dit « Food Law » 178/2002, adopté en janvier 2002. Viendront ensuite se greffer à ce règlement trois grands textes s'appliquant aux professionnels, à l'état encore de propositions mais qui pourraient être adoptés dans les prochaines semaines, avant l'élargissement de l'Union. Ces textes concernent l'alimentation animale, l'hygiène des denrées alimentaires (dit texte « H 1 »), et les denrées d'origine animale (« H2 »). Deux autres textes s'adressent aux services de contrôle.

Responsabilité, traçabilité, retrait

Le réglement 178/2002 fixe quatre grands principes de transparence, de justification (avec l'obligation de recourir à l'analyse des risques), d'inaucuité et de précaution. Il prévoit par ailleurs la création de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (basée à Parme en Italie) et celle du réseau d'alerte rapide communautaire. Ce même règlement définit la responsabilité des professionnels, et celle des autorités compétentes, fixe l'obligation de traçabilité, une obligation de retrait du marché d'un produit susceptible de présenter un risque et une obligation d'information des services de contrôle.

Concernant la traçabilité, celle-ci doit être établie à toutes les étapes. Et les professionnels mettent en oeuvre des procédures leur permettant d'identifier leurs fournisseurs (traçabilité amont), d'identifier les entreprises clientes (traçabilité avale), de retirer ou rappeler leurs produits.

Emmanuelle Soubeyran a rappelé que la plupart des dispositions de ce règlement entreront en application en janvier 2005 (traçabilité, information des services de contrôle). Tout en précisant que certains de ses principes figurent déjà dans la réglementation européenne et dans certains arrêtés nationaux. Reste toutefois en suspens la question de l'harmonisation communautaire des modalités d'application.

Méthode HACCP et guide des bonnes pratiques

Emmanuelle Soubeyran a examiné ensuite les points forts des futurs autres textes communautaires, et en particulier le « H 1 ». Ce règlement pose le principe du respect de la chaîne du froid, demande d'appliquer des procédures permanentes (et sans doute plus formalisées que par le passé), fondées sur les principes de l'HACCP (hormis pour la production primaire et les activités connexes). De même, le texte souligne aussi la place centrale des guides de bonnes pratiques d'hygiène et d'application de l'HACCP. Il réaffirme par ailleurs  la nécessité d'une formation du personnel, et rappelle l'obligation de déclaration et d'enregistrement des établissements.

jfvuillerme@neorestauration.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02
dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

05
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2022

Fidélité, ancrage territorial, expérience…quelles redéfinitions de l’écosystème de la RHD

Nous vous recommandons

Marie-Odile Fondeur, directrice de la Fondation pour la cuisine durable by Olivier Ginon

Interview

Marie-Odile Fondeur, directrice de la Fondation pour la cuisine durable by Olivier Ginon

Quels sont les objectifs de la Fondation pour la cuisine durable by Olivier Ginon ?Le premier objectif est de travailler pour l'intérêt général. Elle n'a pas de but lucratif, le financement de nos actions étant assuré...

Sondage - Quel est l'impact pour vous de la hausse des prix de l'énergie ?

Sondage

Sondage - Quel est l'impact pour vous de la hausse des prix de l'énergie ?

« Ces Français qui ne veulent plus travailler » sont surtout des métiers terrains pour lesquels nous devons innover – Olivier Severyns, CEO de Snapshift

Tribune

« Ces Français qui ne veulent plus travailler » sont surtout des métiers terrains pour lesquels nous devons innover – Olivier Severyns, CEO de Snapshift

Top départ pour la troisième édition de Cuisinons pour Demain

Top départ pour la troisième édition de Cuisinons pour Demain

Plus d'articles