informations et solutions pour restauration collective commerciale et snacking

espace

abonné

Sans-papiers, les politiques s'emparent du sujet

Publié le par

Alors que le président de l'Umih, André Daguin vient d'interpeler les pouvoirs publics en les incitant à aller « plus vite » dans le processus de régularisation des sans-papiers dont plusieurs centaines sont en grève en Ile-de-France, un à un les politiques commencent à prendre position sur le sujet.

Il faut dire qu'à droite comme à gauche de l'échiquier politique, des voix s'élèvent pour réclamer une clarification, voire une révision des critères de régularisation des travailleurs sans papiers. Et la position du ministre de l'Immigration Brice Hortefeux : « pas de régularisation massive mais seulement du cas par cas », qu'il a d'ailleurs rappelée aujourd'hui même, est battue en brèche au sein-même de sa majorité.

Pour le député UMP Etienne Pinte qui s'exprimait dans Le Parisien, les déclarations gouvernementales expliquant que les dossiers seront examinés au « cas par cas » sont une posture pour éviter d'être accusé de vouloir régulariser en nombre. Il lui parait évident que la plupart de ces gens (NDLR les grévistes) seront régularisés. Pour le député PS Jean-Louis Bianco, c'est une position en trompe l'œil : « au lieu de faire du chiffre, il faut au contraire afficher des critères précis : un travail régulier, un logement, une ancienneté et une bonne intégration », a-t-il souligné dans Le Parisien.

François Hollande s'est dit quant à lui favorable à la régularisation des salariés sans papiers travaillant dans l'hôtellerie et la restauration mais pas de manière massive en ironisant tout de même : « Que le patronat maintenant vienne pour demander les régularisations en dit long sur les pratiques depuis plusieurs année de ce même patronat ».

André Daguin a laissé entendre qu'il sentait que la crise était sur le point de se dénouer dans les prochaines semaines : « il faut que ce soit au cas par cas, avec quelques dizaines de cas à la fois », a-t-il souligné. L'Umih, comme le Synhorcat d'ailleurs, s'est prononcée la semaine passée en faveur de la régularisation des salariés sans papiers embauchés avant juillet 2007 et déclarés par leur employeur.



Donnez votre avis

 

Vos événements et formations

02 avril 2019

Restauration & Santé

Paris

Tous les événements et formations

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus