informations et solutions pour restauration collective commerciale et snacking

espace

abonné

Saison estivale 2018 : le Grand Paris cartonne, la province étonne

Publié le

| |

Saison estivale 2018 : le Grand Paris cartonne, la province étonne

© Saison estivale

Les premières tendances observées pour la saison estivale font état au niveau national de résultats en amélioration par rapport à l’an dernier (cette analyse porte sur un échantillon représentant plus de 40% du parc de chambres d’hôtels et de résidences en France). En effet, la fréquentation progresse de 1,8 point sur les deux mois de l’été.

Dans le détail, la fréquentation a progressé de 1,6 point en juillet, alors qu’en août, on estime qu’elle progressera de 2 points. Si les établissements franciliens arrivent à tirer leur épingle du jeu (Paris Intra-Muros en hausse de 6,6 points et Ile-de-France hors Paris en hausse de 4,5 points), la Province enregistre de son côté une fréquentation stable par rapport à l’an dernier (-0,2 point).

Plus l’on monte en gamme et plus les évolutions de fréquentation sont importantes ce qui s’explique notamment par le retour d’une clientèle internationale fréquentant essentiellement l’hôtellerie 4/5*.


Des performances hétérogènes sur le littoral français

Les hôtels situés sur le littoral français n’ont pas tous bénéficié d’une activité en hausse. En effet, les établissements ayant enregistré les plus fortes évolutions de fréquentation se trouvent dans la partie nord du pays (Manche en hausse de 4,1 points et Bretagne en hausse de 1,2 point), alors que ceux situés dans la partie sud ont enregistré une fréquentation stable par rapport à l’été 2017 (Façade Atlantique 0,2 point et Côte d’Azur / Languedoc -0,1 point). Toutefois, ces hôtels continuent d’afficher les taux d’occupation les plus élevés avec près de 87% pour la façade Atlantique et près de 84% pour ceux situés sur la Côte d’Azur / Languedoc. Dans la partie nord, les hôtels enregistrent un taux d’occupation inférieur à 82%. Les résultats peuvent être contrastés en fonction des destinations à l’intérieur de ses régions.

Le plus bel été des dix dernières années

Il faut remonter à l’été 2007 pour voir une fréquentation hôtelière aussi élevée sur le marché français (75,2% en 2007 contre 74,6% en 2018) et l’hôtellerie parisienne a grandement aidé à obtenir ce bon résultat grâce entre autres au retour des clientèles étrangères dans la capitale mais également à la tenue des Gay Games qui, du 4 au 12 août, ont permis aux hôteliers parisiens d’accroître nettement leurs performances. Le niveau de fréquentation atteint permet également à la  France de se repositionner sur l’échiquier méditerranéen des destinations touristiques les plus attractives. Elle se trouve
désormais en compagnie de l’Italie juste derrière le peloton des pays ayant un taux d’occupation supérieur à 80% en été (Grèce, Croatie, Portugal et Espagne).Ces performances sont dans la lignée de celles enregistrées depuis le début de l’année et devrait se confirmer sur les 4 derniers mois. Est-ce qu’on se dirige vers une année record ?

Réagissez à cet article

*Informations obligatoires

Donnez votre avis

 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus