Risques de défaillances dans l'agroalimentaire

ENCARNA BRAVO
Risques de défaillances dans l'agroalimentaire

Les entreprises de l’agroalimentaire appellent les distributeurs à prendre conscience de la gravité de la situation.

Face à la hausse vertigineuse des matières premières agricoles, des matériaux  d’emballage, de l’énergie et des transports, l’ADEPALE lance un appel à la distribution et  à la restauration afin que les négociations à venir soient l’occasion d’une collaboration renforcée pour préserver les entreprises, acteurs indispensables de la transformation des produits agricoles et de l’alimentation des Français.
Les entreprises de l’ADEPALE – PME/ETI pour l’essentiel d’entre-elles – ont un besoin  vital de répercuter ces hausses généralisées. Toutes les matières premières entrant dans l’élaboration des produits alimentaires sont  concernées par ces hausses de prix historiques.

Explosion du prix des matières premières agricoles

Les coûts des matières premières alimentaires ont progressé de 5% à plus de 50% en 1 an,  parmi elles :
  • + 44,60 % de hausse pour le blé tendre et + 74,07% pour le blé dur
  • + 80 à 100 % sur les lentilles
  • + 34 % pour les fruits
  • + 50 % pour les œufs prix industrie
  • + 58,2 % pour les l’huiles dont le colza
  • + 30% sur les matières premières valorisées en alimentation animale
Tous les emballages sont concernés par les hausses de prix
  • + 20% pour les emballages en matières plastiques depuis un an en cumul (données INSEE)
L’acier européen est à un niveau historique et connaît la hausse la plus importante  du XXIe siècle :
  • + 47% pour le prix des tôles et autres produits plats en aciers non-alliés de qualité,  de décembre 2020 à juin 2021 (données INSEE)
  • + 24% pour l’aluminium depuis le début 2021 (source LME)
  • + 18% pour le cours du carton d’emballage sur un an
Cette liste est loin d’être exhaustive et la tendance concerne également le coût moyen du  fret maritime, multiplié par 5 à 10 en 18 mois, et ceux des différentes énergies utilisées  par les entreprises : gaz, carburants, électricité, dont le coût du mégawattheure a  également plus que doublé depuis le début 2021. (Source : Boursorama)
Pour Jérôme Foucault, Président de l’ADEPALE, « La situation est dramatique, à l’heure  de la mise en œuvre de la loi visant à protéger la rémunération des agriculteurs. A court  terme la répercussion de la totalité de ces hausses est un impératif pour pérenniser les  savoir-faire et les entreprises, et à long terme pour continuer à investir dans la  constitution de filières agricoles et répondre aux attentes sociétales et  environnementales dans les territoires. »

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Interdiction des dénominations carnées pour les produits à base de protéines végétales : le décret est paru

Interdiction des dénominations carnées pour les produits à base de protéines végétales : le décret est paru

Fini les mots steaks, filets, saucisses pour désigner des produits à base de protéines végétales… Le décret d’application qui interdit l’utilisation de ces dénominations animales pour promouvoir ou commercialiser des protéines...

30/06/2022 | VégétalRéglementation
Traiteur de Paris lance sa Tatin aux pommes

Traiteur de Paris lance sa Tatin aux pommes

Boucles de réemploi : Eternity Systems et PSE s’associent

Boucles de réemploi : Eternity Systems et PSE s’associent

« Nous espérons amener une centaine de clients réguliers sur notre offre BtoB », explique Sylvain Greiner, d’Eataly Paris

« Nous espérons amener une centaine de clients réguliers sur notre offre BtoB », explique Sylvain Greiner, d’Eataly Paris

Plus d'articles