Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

RHD: quelle place pour le bio en région PACA

La rédaction de Néorestauration
Une étude confirme les contraintes de ce secteur sur les questions de prix et les aspects logistiques.

La filière bio de la région PACA a émis le souhait de mieux connaître le paysage de la restauration collective et son fonctionnement. Avec pour objectifs de mesurer la motivation des établissements à mettre en place des repas biologiques, analyser l’offre et les besoins de la restauration collective et proposer une stratégie pour développer le marché de la RHD bio. Même si un potentiel existe, de nombreux freins persistent à l’introduction de ces produits. Par exemple, si les menus sont établis relativement longtemps à l’avance, les commandes sont en revanche passées au dernier moment. Par conséquent, la filière bio ne semble pas capable de réagir aussi vite. D’autre part, les établissements ne stockent pas de marchandises, les fournisseurs doivent donc assurer une logistique adaptée aux contraintes quotidiennes. Parmi les autres facteurs recensés : le méconnaissance de ces produits, l'inadéquation de l’offre bio avec des conditionnements non adaptés et les blocages sur le plan des l’approvisionnement…

Un contexte favorable... mais des difficultés

Une chose est sûre, le contexte actuel est en théorie très favorable aux produits AB. En pratique, les difficultés sont importantes par manque de moyens pour augmenter les coûts matières premières et la qualification des équipes. Cela étant, différents indicateurs témoignent de nombreuses initiatives comme la multiplication des opérations repas bio. La région est-elle en mesure d’approvisionner ses restaurants ? Globalement, il apparaît que les productions animales sont largement déficitaires. Quant aux besoins en produits végétaux, ils sont minimes au vu de la production. L’étude montre également qu’il est important de développer les liens directs producteurs/collectivités, regrouper une offre régionale de producteurs, planifier les productions et appuyer le développement sur les outils logistiques présents régionalement… Et à ceux qui mettent en avant le barrage du prix, des pistes sont proposées pour maîtriser le surcoût lié au bio: privilégier les produits de saison, structurer l’offre, accompagner les gestionnaires dans l’élaboration des menus ou chiffrer le surcoût sur le budget annuel sachant qu’un repas bio par mois génère 1% d’augmentation annuelle en primaire. Pour l’heure, l’étude confirme les contraintes de ce secteur sur les questions de prix et les aspects logistiques. Pour progresser, la Fédération de l’agriculture biologique devra sans nul doute s’associer aux opérateurs de l’aval tels que les transformateurs et grossistes.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
26 sep - Paris
La RHD à l’heure du Healthy

Quels leviers pour relever les défis du mieux-manger ?

05 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quelles solutions mettre en place pour la consommation de demain ?

Nous vous recommandons

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Lors du 57e congrès annuel des MOF, qui se déroulait à Rennes entre le 25 et le 27 juin, Louis Le Duff a invité les meilleurs ouvriers de France chez Bridor.  Selon Louis Le Duff : «  Meilleur Ouvrier de France, MOF, trois lettres pour[…]

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

Les revenus des salariés

Les revenus des salariés

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Plus d'articles