Retour au bureau : Un nouveau menu pour la restauration collective ?

ENCARNA BRAVO
Retour au bureau : Un nouveau menu pour la restauration collective ?

A l’occasion du salon Restau'co, qui se tiendra aujourd’hui mercredi 8 septembre, l’équipe Agriate Conseil, filiale du groupe EPSA, dévoile les grandes tendances en matière de restauration collective. En effet, le secteur, contraint par un nouveau cadre réglementaire (Loi Egalim et Loi Climat & Résilience notamment) a connu de nombreux bouleversements durant la crise du COVID-19 (télétravail, distanciation sociale, …) et doit désormais s’adapter (développement de l’offre à emporter, accélération de la digitalisation, …). En effet, les nouveaux besoins qui ont émergé ces derniers mois poussent le secteur à se réinventer. En pleine rentrée et alors que le nouveau protocole sanitaire marque la fin du télétravail obligatoire dans le privé, quel est le nouveau menu de la restauration collective ?

De nouvelles attentes qui émergent...

48 % des convives déjeunent entre 12h30 et 13h.

39% déclarent s’accorder 30 à 45 min pour déjeuner et 32,60 % plus de 45 min.

22% déclarent un temps dédié au déjeuner modifié post-covid soit plus long afin de cuisiner pour eux-mêmes, soit moins long qu’auparavant.

-  Au travail, 1 personne sur 2 déjeune en apportant sa lunch box dans l’espace dédié aux repas.

29,5 % déclarent ne pas se restaurer dans l’espace dédié aux repas sur site :  56 % d’entre-eux déjeunent à l’extérieur et 44% rentrent chez eux.

-  Des convives qui dépensent 8,60€ par repas en moyenne et 1/3 qui dépense entre 8 et 12€ pour leur déjeuner.

-   34% déclarent bénéficier de titres restaurant, 27% ont un accès à un restaurant et 4% perçoivent une indemnité repas.

-   Des répondants en demande de titres restaurant (72%) et de partenariat avec des commerces de proximité (30%)

-    1/3 des répondants sont très attentifs à la qualité des repas sans pour autant envisager une augmentation des prix.

La crise Covid-19 a transformé globalement notre manière de consommer, cette transformation impacte également les attentes vis-à-vis de la restauration collective. En effet, nous sommes plus attachés à la qualité de notre alimentation avec des menus plus variés, des ingrédients de qualité, de saison et de proximité mais sans pour autant envisager de payer plus. Ainsi les attentes se portent de plus en plus sur le FAST-GOOD, c’est-à-dire manger rapidement mais sainement. La digitalisation s’est également accélérée avec la généralisation d’applications permettant le paiement, la commande, la lecture des menus ou encore le développement de partenariats avec des spécialistes de la livraison afin de proposer un choix plus large et un service efficace. » commente Annie Pinquier, Directrice Générale d’Agriate conseil, filiale du groupe Epsa.


Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Barometre D-VINE 2021: les vins de Bourgogne sont les plus consommes dans les bars et restaurants

Barometre D-VINE 2021: les vins de Bourgogne sont les plus consommes dans les bars et restaurants

D-Vine, la Wine-Tech nantaise spécialiste du vin au verre, dévoile son baromètre annuel sur la consommation de vin en France pour l’année 2021. Tout comme 2020, l’année 2021 a été profondément marquée par la pandémie. Elle a...

04/05/2022 | Vin
La silver food, une mine d’or sous-exploitée dans le foodservice aussi!

La silver food, une mine d’or sous-exploitée dans le foodservice aussi!

Les fournisseurs de la restauration entrevoient le bout du tunnel

Les fournisseurs de la restauration entrevoient le bout du tunnel

La tendance veggie ne connaît pas la crise

La tendance veggie ne connaît pas la crise

Plus d'articles