informations et solutions pour restauration collective commerciale et snacking

espace

abonné

Résultats France

Publié le par

Les Internautes français consomment du vin plus fréquemment que les Français en général, mais de façon surtout occasionnelle. Ils ont du vin une image plus favorable que les Français en général. Cette image est celle d'un produit sain, festif, actuel, mai

La plupart des Internautes français sont consommateurs de vin

51% des Internautes français interrogés (population de 15 ans et plus) consomment du vin au moins une fois par semaine, 42% plus rarement. Seuls 8% n'en consomment jamais. La comparaison avec la population nationale (enquête ONIVINS de mars-avril 2000) montre que les Internautes sont plutôt plus consommateurs de vin que les autres (voir ci-après). 

Ils ont une image favorable du vin? 

83% des Internautes disent aimer le goût du vin, contre 60% seulement de l'ensemble de la population française. Seuls 7% des Internautes considèrent que le vin est un produit "ringard", contre 10% de la population totale.
Comme la consommation plus fréquente, cette perception plus favorable parmi les Internautes s'explique par une proportion d'hommes plus importante que dans la population nationale et par un pouvoir d'achat plus élevé. 

Il faut noter que ces singularités tendront à se résorber au fur et à mesure de la diffusion d'Internet dans la société. Notamment, l'équipement croissant des personnes plus âgées (seniors) pourrait constituer un potentiel important d'acheteurs. 

... notamment à cause de ses effets jugés positifs sur la santé 

Le vin a auprès des Internautes l'image d'un produit bon pour la santé : 70% contre 64% de la population nationale. Seuls 11% des Internautes estiment en outre que le vin leur est déconseillé par leur médecin.
Une raison de l'écart avec la population nationale concernant l'image santé peut s?expliquer par l'attachement supérieur des catégories les plus aisées, plus représentées chez les Internautes, aux dimensions nutritionnelles, voire thérapeutiques, des aliments et des boissons. 

Plus de la moitié préfèrent cependant d'autres boissons... 

58% des Internautes expriment une préférence pour les boissons alternatives au vin (bière, eau minérale, sodas, colas, thé...). Cette préférence est surtout sensible chez les jeunes et les femmes. Elle s'explique par une fréquence de consommation du vin en diminution. Enfin, le vin n'est considéré comme une boisson désaltérante que par 12% seulement des Internautes, en comparaison sans doute des autres boissons consommées, en particulier en dehors des repas. 

... et réservent le vin à des usages exceptionnels et festifs, ... 

Seuls la moitié des Internautes consomment du vin au moins une fois par semaine et près d'un sur cinq en consomme moins d'une fois par mois. Le vin est donc surtout consommé de façon occasionnelle.
Parmi les moments de consommation, les repas à caractère festif arrivent largement en tête (90% des consommateurs), devant les repas quotidiens (29%) et l'apéritif (28%). 63% des Internautes avouent ainsi réserver leur consommation aux grandes occasions. Enfin, seuls 26% disent associer le vin aux repas quotidiens.
Outre l'image santé, c'est donc la motivation de plaisir qui explique la consommation du vin et son image. Ce plaisir a d'ailleurs au moins deux dimensions : celle, individuelle, du goût qui est largement plébiscité; celle, collective, de la convivialité, favorisée par la consommation de vin dans un cadre festif. 

... ce qui donne au vin une image de produit cher... 

Comparé aux autres boissons, davantage consommées pendant les repas ou même en dehors pour se désaltérer, le vin a un statut différent, beaucoup plus "haut de gamme". On peut d'ailleurs le vérifier en observant l'évolution de la part des vins d'appellation contrôlée dans la consommation totale de vin : 10% en 1960; 20% en 1980; 50% en 2000 (ONIVINS). C'est pourquoi le vin est perçu comme un produit coûteux. 

... et difficile à choisir 

La diversité des vins (plus grande que celle des boissons concurrentes, y compris la bière et le thé) rend le choix d'un vin difficile pour une très forte proportion d'Internautes (76%). Elle est accrue par l'usage festif et convivial qui est fait du vin. Celui-ci est en effet alors un cadeau, offert à ceux que l'on invite pour leur faire plaisir, ou par ceux qui sont invités pour remercier leurs hôtes ; or, le choix d?un cadeau est toujours difficile.
Cette difficulté est également accrue par les produits eux-mêmes, souvent peu "décodables" pour ceux qui ne disposent pas de l'expérience et de l'apprentissage nécessaires. Enfin, une autre explication tient à ce que le vin est surtout acheté dans des grandes surfaces (51% des achats), dans lesquelles les informations et les conseils sont moins présents que dans les magasins spécialisés (23%) ou chez les producteurs (23%). 

Les achats sur Internet sont encore peu fréquents, mais un potentiel important existe... 

Seuls 5% des personnes ou foyers connectés à Internet ont acheté au moins une fois du vin sur Internet, dont la majorité une seule fois. Mais un tiers (32%) envisage de le faire à l'avenir. Ceci représente un marché potentiel d'autant plus important pour les professionnels que les déclarations d'intention sont souvent minimisées en ce qui concerne l'utilisation des nouvelles technologies. Ainsi, les intentions d'équipement en téléphones portables en 1998 ne permettaient pas de prévoir l'explosion de la diffusion qui a eu lieu. Il en est de même aujourd'hui des intentions d'achat de lecteurs de DVD ou de connexion à Internet. 

... à condition d'adapter l'offre actuelle 

Tous les facteurs susceptibles de favoriser l'achat de vin sur Internet intéressent les Internautes. Les deux plus importants à leurs yeux sont l'existence d'informations (65%) et la diversité des produits (61%). Viennent ensuite d'autres moyens susceptibles de favoriser l'achat comme la comparaison des offres des sites et la livraison à domicile. L'attractivité des prix par rapport aux autres formes de commerce n'est citée que par 40% des Internautes, devant la possibilité d'échanger des informations avec d'autres Internautes intéressés par le vin (30%). 

On retrouve donc l'importance attachée à la difficulté de choisir le vin, évoquée précédemment. C'est sans conteste dans ce domaine que des efforts devront être faits. Ils apparaissent d'autant plus nécessaires qu'Internet est un canal de commercialisation à vocation planétaire et que les clients potentiels étrangers sont sans doute encore plus démunis devant la complexité de cet univers que les habitants des pays à forte tradition viticole comme la France.
Dans ce dernier cas, les deux tiers des Français (67%) disaient au début 2000 ne pas être concernés pour les prochaines années. On peut cependant estimer que les améliorations technologiques (généralisation des hauts débits, accès à Internet sur de nouveaux supports, amélioration de l'ergonomie des sites, sécurisation des paiements...) ainsi que les baisses de prix des communications (actuellement jugés trop élevés par les Français) viendront à bout d'un certain nombre de réticences.

Donnez votre avis

 

Vos événements et formations

02 avril 2019

Restauration & Santé

Paris

Tous les événements et formations

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus