Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Renaud Dutreil souhaite revaloriser les métiers de bouche

La rédaction de Néorestauration

Sujets relatifs :

,

Un titre de « Maître Restaurateur» devrait être créé, de même qu’un référentiel «Restauration française de qualité ».

A l’occasion de la Semaine du goût, Renaud Dutreil, secrétaire d'Etat aux PME, au Commerce, à l'Artisannat, aux Profession libérales et à la Consommation, a présenté, mardi 14 octobre, un certain nombre d’actions visant à revaloriser les métiers de bouche en France, rappelant au passage que ce secteur représente 241 600 entreprises et 1,132 million d’actifs dont 85 000 postes restent non pourvus...
Pour les restaurateurs traditionnels, il s’agit d’une démarche de qualité structurée, tenant compte de la nature des produits et de leur élaboration, et permettant aux consommateurs de distinguer entre les différentes formes de restauration qui leur sont offertes. Un titre de « Maître Restaurateur» devrait ainsi être créé, de même qu’un référentiel de qualité garantissant une bonne qualité pour la restauration traditionnelle : « Restauration française de qualité ».

Renaud Dutreil souhaite aussi améliorer l’environnement des entreprises, grâce à la loi Initiative économique (mesures en faveur de la sécurité de l’entrepreneur, mesures de  financement et de simplification administrative, baisse significative de la fiscalité sur les transmissions), à la réforme de l’apprentissage (qui va être prochainement présentée et qui intéressera au premier chef les métiers de bouche) et au Fisac (Fonds d'intervention pour la sauvegarde de l'artisannat et du commerce) dont l’action est élargie, pour aider particulièrement les commerces de bouche dans les zones urbaines.
Enfin, le secrétaire d'Etat envisage la création, en 2004, de l’Institut des hautes études du goût et de la gastronomie, dont l'objectif sera « d’étudier - par une approche pluridisciplinaire, historique, sociologique, scientifique et économique - l’alimentation, son environnement, la production et les transformations artisanales et industrielles des produits ». L’institut pourra accueillir des professionnels des divers métiers liés au goût, qui croiseront leurs expériences et leurs savoirs. L’enseignement concernera les domaines comme l’œnologie, l’histoire de l’alimentation et de la cuisine, l’économie et la sociologie des consommations. Il s’attachera également à des domaines comme le tourisme gastronomique et la communication. Un diplôme de l’Université sanctionnera le cycle d’études.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a affirmé mardi sur RMC que le taux réduit de TVA en restauration demeurerait inchangé, en dépit de l'abandon de certaines niches fiscales. Selon Christine Lagarde, ce[…]

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les revenus des salariés

Les revenus des salariés

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Plus d'articles