Relais & Châteaux souffle ses 50 bougies

La rédaction de Néorestauration
En congrès à Paris cette semaine, la chaîne de restaurants et d'hôtels a fêté ses 50 ans et présenté son guide 2004. Bilan d'hier et d'aujourd'hui avec son président, Régis Bulot.

Néohebdo : Pouvez-vous nous citer quatre grandes dates clés qui selon vous ont marqué la vie de cette prestigieuse chaîne volontaire ?

Régis Bulot : Relais & Châteaux est née en 1954 de l’initiative d’un homme, Serge Tilloy, qui pour l’anecdote, a souhaité regrouper huit établissements sur l’axe Paris-Nice pour financer à l’époque une page de publicité. Naissaient les « Relais de Campagne ». Vous voyez où nous en sommes 50 ans après, un réseau qui compte 450 établissements sur les cinq continents. Parmi les dates clés, je citerai donc bien sûr : 1954. Ensuite 1974 avec la fusion des Relais de Campagne, des Relais Gourmands et de Château-Hôtels qui donnera naissance à Relais & Châteaux – Relais Gourmands. Puis 1995 avec le lancement de la Centrale de réservations et du site Internet. Enfin 2000 avec la création de Luxury Alliance, un partenariat entre Relais & Châteaux et The Leading Hotels of the World.

L’année a été particulièrement difficile pour l’hôtellerie-restauration, de quelle manière la chaîne termine-t-elle 2003, et comment s’est comportée la restauration ?

R. B : Pour tout vous dire, beaucoup mieux que nous l’avions prévu, avec un chiffre d’affaires de 1,329 millards d’euros, en recul de seulement près d'1 %. Les 141 établissements français s’en sortent il est vrai, moins bien, touchés par la canicule, les grèves, l’annulation des festivals, la pollution du Prestige ou encore la désaffection des clientèles américaine et allemande. Mais le CA n’a reculé que de 5 % en moyenne, je m’attendais à bien pire aux alentours de – 10 % .  Mais certaines régions ont été particulièrement touchées comme la Côte d’Azur qui a essuyé des baisses jusqu’à – 25 %. Pour la restauration qui représente 56 % du CA de notre chaîne, l’activité n’a fléchi que de 0,9 %

Comment voyez vous 2004 et quels sont vos axes de développement ?

L’année prochaine devrait être encore très tendue, c’est pourquoi je me garderai de tout pronostic. Pour la reprise, je miserai plutôt sur 2005 avec le retour très probable de la clientèle américaine pour laquelle les différends sur le conflit en Irak se seront estompés. En ce qui concerne le développement de la chaîne, nous poursuivons notre politique de recrutement basée sur une approche qualitative plutôt que quantitative avec 22 membres qui nous ont rejoints cette année pour 33 départs. Nos efforts vont se poursuivre vers un rajeunissement de la clientèle ce que nous constatons déjà grâce à notre site Internet  très visité ou encore nos nouvelles offres thématiques comme le golf, le spa…

pfedele@neorestauration.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02
dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

05
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2022

Fidélité, ancrage territorial, expérience…quelles redéfinitions de l’écosystème de la RHD