Quinze femmes issues de la diversité, en formation dans le Groupe Alain Ducasse

Isabel Soubelet

Sujets relatifs :

Quinze femmes issues de la diversité, en formation dans le Groupe Alain Ducasse

© Adeline Monnier

 « Quinze femmes en avenir », c’est le nom du projet soutenu par Alain Ducasse Entreprise qui va permettre à 15 femmes issues de la diversité âgées de 24 à 43 ans de préparer un CAP de cuisine. Cette initiative est menée en partenariat avec l’Etat, le département du Val d’Oise, la ville de Sarcelles, l’Institut des métiers et de l’artisanat de Villiers le Bel (Chambre des métiers et d’artisanat du Val d’Oise) et la Fondation Aéroports de Paris.

Les jeunes femmes recrutées sont en formation CAP cuisine dans les établissements* du groupe Alain Ducasse selon leur tempérament et leurs affinités. Leur emploi du temps se partage entre les restaurants et la formation qui se déroule au CFA de Villiers le Bel. Alain Ducasse s’est beaucoup investi dans ce projet. « Il n’y a rien d’exceptionnel à avoir un regard sur les autres. Nous avons tous la possibilité de ne rien faire ou d’être acteur. Ce projet est un bel exemple d’action », a-t-il précisé lors du lancement l’opération qui s’est déroulée à son école de cuisine à  Paris (16 ème) en présence de Fadela Amara, secrétaire d’Etat chargée de la politique de la ville.

Ces jeunes femmes, confrontées à des difficultés sociales et personnelles ont été repérées par les associations de quartier. Leur dossier a été examiné en fonction de leur motivation et de leur volonté d’apprendre la cuisine et de se lancer dans ce nouveau défi. Sur les 100 femmes présentes au départ, 15 ont été retenues. Mais les autres ne « seront pas laissées sur le côté ». D'autres parcours de formation sont à l'étude et d'autres possibilités aussi notamment grâce à la Fondation Aéroports de Paris. A la question : que peuvent-elles apporter dans les cuisines ? Alain Ducasse répond : « Ces femmes ont une envie énorme, une véritable rage de s’en sortir. Elles ont déjà franchi de nombreuses étapes et obstacles pour arriver à leur place. Aujourd’hui, le pire c’est de n’avoir aucune formation. Elles vont rester un an, ensuite elles pourront poursuivre, dans mes établissements ou ailleurs, c'est ce qui compte". 

Nous vous recommandons

Menu prestige veut mettre en lien grands restaurants et clients potentiels

Menu prestige veut mettre en lien grands restaurants et clients potentiels

Le consultant en marketing digital et spécialiste de la restauration Pascal Lanot lance une plateforme qui propose des menus exclusifs tout compris dans des établissements de renom.Dissiper les craintes de ceux qui n’osent pas sauter le...

Delphine Tusseau, Memphis: « Nous sommes en train d’assainir et de stabiliser le réseau »

Interview

Delphine Tusseau, Memphis: « Nous sommes en train d’assainir et de stabiliser le réseau »

Laurent Delafontaine: "2022 aura été très contrastée, entre very healthy et ultra-protéiné"

Interview

Laurent Delafontaine: "2022 aura été très contrastée, entre very healthy et ultra-protéiné"

Bioburger, à l’écoute du terrain

Interview

Bioburger, à l’écoute du terrain

Plus d'articles