Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Quick, dénouement proche

La rédaction de Néorestauration
L'avenir de la chaîne de restauration rapide devrait se jouer prochainement suite à mise en liquidation de sa maison mère GIB.
 

Depuis deux ans, le groupe belge de distribution GIB n'en finissait pas de céder une à une ses participations. La dernière en date est sa filiale de bricolage, Brico Belgium SA vendue au Néerlandais Vendex il y a un mois, après ses supermarchés et hypermarchés GB cédés à Carrefour en 2000, ses grands magasins Inno à Kaufhof en 2001 et sa société immobilière GIB Immo à Redevco en 2001. Plusieurs observateurs entrevoyaient à travers ces cessions successives d'actifs, les signes d' un désengagement prochain du groupe GIB de Quick. L' échéance semble être imminente. En effet, le conseil d' administration va proposer à ses actionnaires de décider la dissolution et la mise en liquidation de la société. Une assemblée générale extraordinaire des actionnaires va être convoquée le 19 juin prochain pour en décider et proposer la distribution des résultats de cette liquidation aux actionnaires. A ce jour, GIB détient encore des participations dans Quick (57,8 %), Lunch Garden/Crock in (100 %), Gecotec (Service aux entreprises 100 %), Disport (50 %) et Exki (Alimentation 79,4 %). En ce qui concerne la chaîne de fast food, déjà côtée en bourse, GIB a précisé dans un communiqué « qu' il poursuivra son développement propre ». 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Maxime Buhler, donner du sens aux frigos pleins

Maxime Buhler, donner du sens aux frigos pleins

C’est en livrant des sushis et des salades le soir, dans l’agglomération lilloise, que Maxime Buhler, 27 ans, et Samuel Carré, alors colocataires et futurs associés, ont eu l’idée de créer[…]

20/05/2020 | PortraitsLes hommes
Stéphane Manigold, au secours de ses établissements, et des indépendants

Stéphane Manigold, au secours de ses établissements, et des indépendants

Charles-Edouard Barbier, 300 repas chaque jour, tout seul

Charles-Edouard Barbier, 300 repas chaque jour, tout seul

1800 repas hebdomadaires à Lyon, au soutien du personnel soignant, et des restaurateurs

1800 repas hebdomadaires à Lyon, au soutien du personnel soignant, et des restaurateurs

Plus d'articles