Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Table Ronde

Quel est le problème ?

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Quel est le problème ?

LES BIODECHETS

© Sylvie Humbert

Olivier Robin Si avec les filières C3, on a encore des problèmes de couverture optimale du territoire, pour les filières C2, c'est encore pire, et le coût de leur process est plus onéreux. Vous n'avez aucun intérêt à voir évoluer votre C3 en C2, ni en termes financiers ni en termes sanitaires. Ce volet sanitaire est très peu connu des restaurateurs, notamment cette notion de SPA...

 

Philippe Gal Qui conduit à l'interdiction des broyeurs. Et à la remise en cause de l'intérêt des déshydrateurs, qui permettent de séparer les parties solide et liquide. Mais les deux restent des SPA3 !

 

Olivier Robin Nous avons eu une réunion avec la DGAL (Direction générale de l'alimentation) et le ministère de l'Environnement, les choses ont été clarifiées : il est interdit de rejeter les effluents liquides SPA3 à l'égout et d'utiliser la partie déshydratée en compost. Le CH de Beauvais a annulé l'attribution d'offres à un des sécheurs qui utilisait le séchat comme compost.

 

Philippe Gal Parce qu'il reste un déchet SPA3.

 

Olivier Robin En revanche, certaines catégories de sécheurs montent en température : la partie liquide s'évapore, passe à l'état gazeux dans des proportions faibles. Elle ne crée donc pas de risque sanitaire, et le séchat est moins volumineux... Mais il reste un SPA3.

 

Geoffroy Verzeaux Et le séchat n'a pas le même pouvoir méthagène qu'une matière brute ; un méthaniseur, généralement, ne l'accepte pas tel quel. Vous devez le transporter dans une filière spécifique, avec les coûts de logistique induits.

 

Olivier Robin Nous avons fait des études comparatives, entre une gestion de poubelle et un sécheur. Vous arrivez quasiment au même résultat. Indépendamment de l'investissement (25 000 E pour 900 couverts), le sécheur vous permet de réduire considérablement les frais de collecte, mais il a tendance à augmenter la main-d'oeuvre, la maintenance de l'appareil, la consommation électrique (de 1 kWh/kilo de biodéchet)... Alors qu'un kilo de biodéchet méthanisé en cogénération donne 0,7 kWh..., donc vous dépensez plus d'énergie que vous n'en produisez.

 

Carine Prud'Homme Nous avons mené une expérimentation sur une machine avec des bactéries. On s'est aperçu qu'elles ne faisaient pas le travail, c'était uniquement la montée en température qui jouait.

 

Olivier Robin Tous ces équipements viennent de Corée, où la réglementation n'a rien à voir avec la réglementation européenne.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
26 sep - Paris
La RHD à l’heure du Healthy

Quels leviers pour relever les défis du mieux-manger ?

05 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quelles solutions mettre en place pour la consommation de demain ?

Nous vous recommandons

Équilibre nutritionnel et snacking, une alliance possible

Interviews

Équilibre nutritionnel et snacking, une alliance possible

La généralisation du déjeuner sur le pouce a fait naître une grande attente du consommateur pour des propositions de snacking sain et équilibré, ce qui n'est pas nécessairement antinomique.[…]

27/06/2016 | SnackingDébat
[DEBAT] Le surgelé monte en gamme

Table Ronde

[DEBAT] Le surgelé monte en gamme

« Il faut être volontariste si l'on veut permettre aux filières d'alimentation durable de se développer »

Interviews

« Il faut être volontariste si l'on veut permettre aux filières d'alimentation durable de se développer »

« Les procédures de marchés publics sont un frein à l'achat de produits locaux »

Interviews

« Les procédures de marchés publics sont un frein à l'achat de produits locaux »

Plus d'articles