Pour sa 1ère ouverture, Place to Eat prend le contrepied du péri-urbain

YANNICK NODIN

Sujets relatifs :

, ,
Pour sa 1ère ouverture, Place to Eat prend le contrepied du péri-urbain

Le food-court, format d’avenir pour les zones d’activités ? Il faut bien le reconnaître, si ces espaces multi-offre se sont développés dans l’Hexagone ces dernières années, c’est d’abord et avant tout en adressant des flux piétons, qu’ils soient en centre-ville ou  centre commercial. De là à en saisir le potentiel au bord de la RD306, entre Vert-Saint-Denis et Melun (Seine-et-Marne)… Il y avait un sacré pas, franchi par Place to Eat, installé depuis fin avril en pleine zone d’activité. « Tous nos clients viennent ici en voiture, c’était un vrai test pour le modèle, reconnaît Fodil Korichi, directeur des opérations. Nous avons pris cet emplacement sur une opportunité, précisée par une analyse géo-marketing de la zone, menée par Stategeo, qui a fait apparaître une offre pas très dense, et un vrai potentiel de clientèle. »

Aux habitants à proximité, dans une intercommunalité qui en compte plus de 130 000, s’ajoute sur le midi un potentiel évalué à quelque 22 500 salariés issus des zones de bureaux et parcs d’activités alentours. Les atouts d’un territoire mixte dont Place to Eat tire d’ores et déjà parti, sur un ticket moyen autour de 14 euros, en attirant le soir un public de jeunes et de familles, mais en réalisant aussi après quelques semaines 40% de son activité le midi. Sur place comme via la livraison, qui génère un peu plus de 15% des ventes, tous moments confondus : « C’est quand même une surprise, au sens où le site, périurbain, n’est pas facile d’accès pour les livreurs, mais la proposition de nos enseignes partenaires, orientée street-food, a rapidement trouvé sa place sur les plateformes. »

Pour capter les flux, sur place comme en ligne, c’est sur six thèmes de restauration que le lieu s’appuie, avec une enseigne bien identifiée sur sa catégorie, New School Tacos, 26 restaurants et 13 projets en cours d’ouverture, des smash burgers opérés par Smash Smash, au portefeuille de GK Invest, mais aussi de nouvelles enseignes, Pokithaya, au croisement de la cuisine thaïe et du poke bowl, Gürme, sur le kebab premium, Daily Poulet (poulet braisé) ou encore Indian Factory (indien)… Des marques preneuses d’espace sur Place to Eat, qui sur 700m² leur apporte boxes de production et comptoirs ouverts sur la salle, l’espace et les services (bornes, jeux pour enfants) dédiés à la consommation sur place, comme une présence supplémentaire sur les plateformes via sa propre marque, multi-enseignes. Un modèle intéressant, et dans l’air du temps, imaginé par Romain Scuotto et Ramzi Laib, également aux rênes du salon Street-Food & Franchise…et du système de caisse Splash360, utilisé par les six premiers preneurs d’espace de Place to Eat.

Fluidité de parcours

Pas tout à fait un détail, tant la fluidité de la commande, des bornes aux bons de production, est un élément important, et potentiellement irritant, dans des food-courts interfaçant le plus souvent des systèmes différents. « Nous avons la possibilité bien sûr d’intégrer des opérateurs utilisant d’autres systèmes que Splash360, mais déployer ce format sur une architecture commune, des bornes à l’entrée, devant chaque cuisine, aux écrans de production, apporte indéniablement un plus sur la fluidité des parcours. » Manifestement, les clients de Place to Eat partagent cet avis, et le mix choisi pour monter l'offre food, avec une note de 4,5/5 sur Google, et une fréquentation au rendez-vous, 60 à 80% des objectifs de chiffre d’affaires à plein régime pour les preneurs d'espace, et après deux mois d’ouverture.

De bon augure pour la V2 de Place to Eat, qui, affinée sur les aménagements, mais aussi les parcours, avec des commandes multi-marques via bornes, demandées par la clientèle du soir, va se déployer sur 7 projets, d’ores et déjà dans le pipe, dont 3 projets dans la région, plus près de la capitale, mais aussi à Nantes, Renne, et Montpellier. Un développement prometteur, en succursale, mais aussi en franchise, Place to Eat, immergé dans l’écosystème street-food, disposant d’un portefeuille d’une vingtaine d’enseignes intéressées par un développement via ce format. Prochaines ouvertures avant la fin de l'année, et pas uniquement en zone d’activités.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

« Nous apportons au marché un concept différenciant, et intéressant », dit Fred Vibert, cofondateur de Slimfreddy’s

Interview

« Nous apportons au marché un concept différenciant, et intéressant », dit Fred Vibert, cofondateur de Slimfreddy’s

Top départ pour Slimfreddy’s. Après avoir plus qu’attiré l’attention sur son deuxième point de vente, un corner en VAE et en franchise à Bordeaux fin 2020, le concept de mini-burgers prend ses aises, ouvrant depuis la fin juin...

21/07/2022 | Restauration rapide
Jour teste l’afterwork dans 11 restaurants

Jour teste l’afterwork dans 11 restaurants

Poke House vise les 50 restaurants d’ici 2024 en France, en partie en franchise

Poke House vise les 50 restaurants d’ici 2024 en France, en partie en franchise

Ouverture omnicanale pour Jour à la Part-Dieu

Ouverture omnicanale pour Jour à la Part-Dieu

Plus d'articles