Pour Rachid El Kansouli, directeur général France de Deliverect, « le futur de l’alimentation passera par le digital »

Pour Rachid El Kansouli, directeur général France de Deliverect, « le futur de l’alimentation passera par le digital »

Rachid El Kansouli, directeur général France de Deliverect.

Deliverect, foodtech spécialisé dans la gestion de la commande, a annoncé aujourd'hui avoir levé en série D plus de 150 millions de dollars (130 millions d'euros)*. Retour sur les ressorts de ce tour de table, et la feuille de route de Deliverect, avec  Rachid El Kansouli, son directeur général France.

Avec ce tour de table, la valorisation de Deliverect, créée en 2018, atteint 1,4 milliard de dollars… Une forme d’aboutissement ?

Ce financement vient confirmer l’intérêt  à notre solution de gestion de la commande en ligne. Il va nous permettre de faire mieux ce que l’on est parvenus jusqu’ici à faire bien. Nous avons passé en 2021 le seuil des 100 millions de commandes enregistrées depuis la création de la plateforme, via nos 20 000 restaurants partenaires, dans 30 pays, avec un triplement des volumes traités en 2021. En France, marché stratégique pour Deliverect, notre plateforme est utilisée par plus de 1000 restaurants, avec un rythme d’acquisition qui devrait s’accélérer en 2022, en doublant le nombre de nouveaux établissements que nous amènerons par trimestre.

Avec un effet d’aspiration lié à l’essor de la livraison ?

La livraison connaissait déjà une belle dynamique avant mars 2020, mais la crise sanitaire l’a effectivement amplifiée. De nombreux restaurants ont dû répondre à des volumes importants de commandes, et c’est là où notre principe d’un point unique regroupant les demandes de livraison, pour les reporter vers les systèmes de caisse et en cuisine, leur a permis de gagner en agilité. Nous sommes convaincus que notre valeur ajoutée repose à la fois sur la solution technologique déployée et sur l’écosystème de services digitaux auxquels elle est intégrée. En France, Deliverect est intégré avec tous les acteurs principaux acteurs des systèmes de caisse, mais nous souhaitons aller plus loin dans cette adaptation aux besoins des points de vente, avec notre App Store.

En quoi consiste cette App Store ?

Deliverect App Store va nous permettre d’apporter des solutions sur-mesure aux établissements. Les professionnels ont tous conscience que pour adresser la commande en ligne, il faut s’équiper, mais tous ne savent pas précisément quels outils déployer. Avec l’App Store, ils vont avoir accès à un écosystème de partenaires, tous intégrés avec Deliverect, qui vont leur apporter des solutions sur la commande en ligne, la gestion de bornes, les plateformes de livraison, les outils prédictifs, etc. L’utilisateur peut on-boarder les services digitaux, et les utiliser, en un temps record. C’est un outil auquel nous croyons beaucoup, qui va améliorer encore l’accessibilité des services digitaux. Il va être déployé très prochainement sur certains de nos marchés, avant d’arriver dans un second temps en France.

Comment Deliverect entend utiliser ce financement ?

Nous allons intensifier notre présence sur tous nos marchés avec de nouvelles ouvertures dont l’Allemagne et d’autres à venir. Pour y arriver, ce sont d’abord nos équipes qui vont continuer à grandir : 150 postes actuellement créés dans le Monde, et 5 en France. La priorité est également d’améliorer, et de façon continue, nos produits, via l’App Store, mais aussi par d’autres fonctionnalités que nous allons bientôt proposer à nos partenaires. Il s’agit également d’ouvrir notre modèle à d’autres marchés que celui de la restauration. Les consommateurs veulent aujourd’hui pouvoir retrouver leurs produits préférés, partout où ils se trouvent, le développement des dark stores est d’ailleurs là pour en témoigner. Notre solution a un potentiel important sur ces marchés, et nous allons la mettre en avant auprès des épiceries et commerces de proximité.

Les levées de fonds record se succèdent dans  la foodtech… De quoi craindre la formation d’une bulle sur ce marché ?

Je crois surtout que dans ce qui est en train de se passer, il y a une montée en charge du marché qui n’est pas que technologique, et financière, mais dont le ressort est aussi générationnel. Notre métier existe parce qu’il répond aux besoins de consommateurs, particulièrement Millennials et issus de la génération Z, qui ont positionné leurs habitudes d’achats sur des points de contact différents des générations qui les ont précédés. Le futur de l’alimentation passera par le digital. Ce mouvement crée des besoins de financement, parce qu’il faut développer des solutions technologiques, mais aussi les déployer simultanément sur différents marchés.
Propos recueillis par Yannick Nodin

*Ce financement, mené par Coatue Management LLC et Alkeon Capital Management, ainsi que par les investisseurs existants OMERS Ventures, DST Global, Redpoint Ventures, Newion et Smartfin, porte à 240 millions de dollars la somme levée à ce jour par Deliverect. Ce tour de table porte la valorisation de la société à plus de 1,4 milliard de dollars.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02
dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

05
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2022

Fidélité, ancrage territorial, expérience…quelles redéfinitions de l’écosystème de la RHD

Nous vous recommandons

Pour Simon Ferniot, CEO de Seafood Reboot, « Nos modèles alimentaires sont à une croisée des chemins »

Pour Simon Ferniot, CEO de Seafood Reboot, « Nos modèles alimentaires sont à une croisée des chemins »

Sur un marché des substituts végétaux qui s’est peuplé ces dernières années à vitesse grand V, Seafood Reboot tranche, concentrée sur l’élaboration d’alternatives aux produits de la mer. Retour avec Simon Ferniot, CEO de la...

Seafood Reboot lève 3,2 millions d’euros pour préparer ses substituts aux produits de la mer

Seafood Reboot lève 3,2 millions d’euros pour préparer ses substituts aux produits de la mer

Foodles, de Paris à Londres, des partenaires-traiteurs aux laboratoires de production

Interview

Foodles, de Paris à Londres, des partenaires-traiteurs aux laboratoires de production

Pour Martin Habfast, cofondateur d’Umiami, « Nous apportons une proposition nouvelle sur les viandes végétales »

Interview

Pour Martin Habfast, cofondateur d’Umiami, « Nous apportons une proposition nouvelle sur les viandes végétales »

Plus d'articles