abonné

Pour mieux guider les t out-petits

Jean-François Vuillerme
Pour mieux guider les t out-petits

© G. Liberge / Mairie d'Allonnes

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement Néorestauration - édition Abonnés

S'appuyant sur des chartes de qualité et sur la future norme Afnor de service, les communes s'activent pour améliorer l'accompagnement éducatif des enfants de maternelle pendant le temps du repas.

Elles négligent la question de l'encadrement, elles se concentrent surtout sur l'hygiène, l'assiette, les salles à manger. » Ce reproche, fait parfois aux communes, paraît injuste aujourd'hui au vu des multiples initiatives locales engagées sur ce thème au cours des trois dernières années. Couronnées de surcroît par une initiative nationale qui fera date : la création par l'Afnor et les adhérents de l'ANDRM d'une norme de service en restauration scolaire municipale. Un projet fédérateur qui, à n'en pas douter, structurera l'action des villes dans le futur. « Chacun travaillait dans son coin, ce qui pouvait être gênant. Nous allons maintenant partager une bible commune, c'est une garantie pour nos consommateurs et pour notre bon fonctionnement interne », se réjouit par exemple Christine Domet, responsable des affaires scolaires et de la petite enfance à Tarnos (10 300 habitants), dans les Landes.

alimentation et éducation étroitement imbriquées

L'un des grands mérites de cette norme est de se concentrer sur ce maillon présumé faible, le service aux enfants, en définissant les critères de qualité qui permettent de faire du temps du repas « un moment pour l'éveil alimentaire et l'éducation nutritionnelle ». Chez les élèves de maternelle, ces deux fonctions alimentation-éducation sont totalement imbriquées. Chacun de leur repas est une opportunité de découverte et d'apprentissage. À condition de l'envisager ainsi et de lui consacrer des ressources humaines. La clef d'un bon encadrement des enfants réside là : dans un personnel suffisant, compétent, formé, motivé et stable.

Aussi de nombreuses municipalités ont-elles décidé de confier cette responsabilité, non plus à leurs agents de service, mais aux Atsem (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) désormais recrutés sur concours et titulaires du CAP petite enfance et, donc, plus qualifiés pour l'assumer. Tel est le cas d'Allonnes, dans la Sarthe (12 000 habitants). « Notre commune avait déjà signé en 2000 la charte de qualité de l'ANDRM, les élus ont aussi donné leur accord pour participer à l'expérimentation de la future norme, indique Joël Georges, directeur de la restauration municipale et membre du conseil d'administration de l'ANDRM. Et en 2003, la décision a été prise de confier l'encadrement de la pause méridienne[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
04
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2023

20ème Edition

04
dé - Paris
IN-NEO AWARDS

Célébrez les acteurs qui participent à l’évolution de la RHD