Poke House vise les 50 restaurants d’ici 2024 en France, en partie en franchise

YANNICK NODIN
Poke House vise les 50 restaurants d’ici 2024 en France, en partie en franchise

Avec l’ouverture du Poke House rue d’Aboukir, à Paris, l'enseigne confirme son appétit pour le marché français. Et ce faisant, le leader européen du poké bowls, cap des 100 restaurants passé en mai dernier via sa présence, aussi, en Italie, Grande-Bretagne, Espagne, Portugal, et dernièrement en Roumanie, diversifie ses typologies. Depuis sa première ouverture hexagonale en juin 2021, aux 4 Temps à La Défense, on avait principalement vu l’enseigne fondée par Matteo Pichi et Vittoria Zanetti en centre-commercial, à Parly 2, Belle-Épine, et So Ouest en région parisienne, comme à Prado Shopping (Marseille). Elle prend position ici en hyper-centre, en plein quartier du Sentier, au cœur d’un tissu d’entreprises et d'une zone prisée des start-ups, avec un restaurant de 120m², et une vingtaine de places assises, bientôt complétées en terrasse par 15 places supplémentaires. Avec un accueil encourageant semble-t-il : « Chaque semaine est un nouveau record en termes de chiffre d’affaires, qu’il soit réalisé sur place ou sur les plateformes, avec notamment des performances très intéressantes le midi », se félicite Maya Hamadi, directrice France de Poke House.

Qui dans la feuille de route de l’enseigne dans l'Hexagone compte bien transformer ce ballon d’essai, prévoyant d’ores et déjà deux ouvertures ces prochains mois dans Paris intra-muros, rue Mouffetard (5ème arrondissement) et avenue Trudaine (9ème ), pour commencer. « Nous allons chercher plus de centre-ville dans notre développement, que ce soit à Paris, mais aussi dans les principales agglomérations françaises, dont Marseille, où nous cherchons des locaux supplémentaires, Grenoble, Lille et Bordeaux, où des projets sont en cours, et Lyon, où nous souhaitons nous implanter. » Au total, Poke House ne vise pas moins de 50 unités en France d’ici fin 2024, avec cette particularité d’avoir avancé jusqu’ici principalement en succursale, forte de deux levées de fonds réalisées depuis sa création, dont 20 millions d’euros en série B en avril 2021. Et si l’enseigne, en Europe, ne compte qu’une poignée de restaurants franchisés, elle pourrait en France faire reposer une partie plus importante de son développement, 30% environ, sur de nouveaux partenaires franchisés. « Nous ne sommes pas officiellement ouverts à la franchise, mais savons aussi que ce modèle et ce marché y sont très matures. Même si nous attachons une grande importance au contrôle de nos opérations, nous sommes conscients qu’il y a ici des partenaires qui feront rayonner la marque, et accélérer son développement. »

Un développement qui va pouvoir s’appuyer sur un marché du poké bowl où la pédagogie du produit est faite, tout en conservant un fort potentiel de pénétration. Mais qui devra composer aussi avec des marques solidement implantées, et qui en captent une grande partie des volumes, à commencer par Pokawa, 88 restaurants et en pleine séquence d’ouverture, mais aussi sur les plateformes Pokai, déployé dans 70 Sushi Shop en France. Pour émerger et prendre des positions, c’est sur les aspérités de son concept que Poke House veut capitaliser, un rapport quantité-qualité et prix qu’elle estime offensif, des restaurants aux surfaces généreuses (154m² aux 4-Temps, pour des surfaces moyennes plus proches des 120m²) et tournées vers la consommation sur place, avec des ambiances « lifestyle » et végétales, dans une dominante de rose, hommage à la « golden hour » californienne. « Il y a une dimension immersive dans nos restaurants qui passe par ces décors, mais aussi par nos équipes, qui composent leur poke bowls avec nos clients, et non via des bornes, ajoute Maya Hamadi. L’idée est aussi d’apporter quelque chose de spécifique à chacun des marchés où nous sommes déployés. En France, nous mettons l’accent sur les falafels, les boissons d’artisans françaises, comme les bières craft, ou encore les infusions bio, tous très appréciés. » A suivre.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

« Nous apportons au marché un concept différenciant, et intéressant », dit Fred Vibert, cofondateur de Slimfreddy’s

Interview

« Nous apportons au marché un concept différenciant, et intéressant », dit Fred Vibert, cofondateur de Slimfreddy’s

Top départ pour Slimfreddy’s. Après avoir plus qu’attiré l’attention sur son deuxième point de vente, un corner en VAE et en franchise à Bordeaux fin 2020, le concept de mini-burgers prend ses aises, ouvrant depuis la fin juin...

21/07/2022 | Restauration rapide
Jour teste l’afterwork dans 11 restaurants

Jour teste l’afterwork dans 11 restaurants

Pour sa 1ère ouverture, Place to Eat prend le contrepied du péri-urbain

Pour sa 1ère ouverture, Place to Eat prend le contrepied du péri-urbain

Ouverture omnicanale pour Jour à la Part-Dieu

Ouverture omnicanale pour Jour à la Part-Dieu

Plus d'articles