Plus inquiétant que la guerre ?

La rédaction de Néorestauration
Tous les hôteliers-restaurateurs ne sont pas touchés de la même façon par la guerre en Irak. D'autres phénomènes inquiètent certains d'entre eux…

Certes, il y a la conjoncture, la guerre en Irak et les inquiétudes qu'elle suscite quant à l'absence de la clientèle américaine et japonaise dans l'Hexagone. Les hôteliers-restaurateurs le ressentent déjà et s'en soucient pour l'été prochain. Mais ce n'était pas ce qui semblait préoccuper le plus certains hôteliers-restaurateurs de l'UMIH, mardi après-midi, en marge des Etats généraux de la sécurité alimentaire. L'un d'eux confiait ainsi redouter beaucoup plus les longs week-ends du mois de mai et les grèves qui se profilent. « Les gens ont appris à compter et prennent conscience de la réalité de l'euro : ils dépensent moins ! », se lamentait un autre.
Les congés payés, les 35 heures, les mouvements sociaux et le changement de devise plus effrayants que les bombes ? Le plus dur reste alors à venir…
jcschamberger@neorestauration.com