Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Dossier Pizza Pino repris par le fondateur associé à l'homme d'affaires Lucien Urano

Paul Fedele
Suite et fin du feuilleton Pizza Pino. Astorg vient de vendre le petit groupe de pizzerias à l'homme d'affaires Lucien Urano associé à André Sfez

Fin septembre 2007, Astorg Partners lançait la cession de Pizza Pino dont il possédait 76 % du capital. L'affaire était presque conclue avec un projet solide associant le management autour de Jean-Michel Texier et le Groupe Bertrand qui avait reçu l'aval du comité d'entreprise. C'était sans compter la perspicacité des fondateurs de l'enseigne qui possédaient un droit de préemption et qui l'ont fait valoir le jeudi 10 janvier sur le bloc d'actions contrôlé par Astorg. Et la vente a été finalement conclue avec le binôme André Sfez (qui possédait 7,5 % du capital et a récupéré en plus les  7 % des héritiers) et l'homme d'affaires Lucien Urano, propriétaire d'un petit empire textile (Fabio Lucci, Tati...) qui en reprenant le solde, devient l'actionnaire majoritaire.

Un groupe valorisé à 32 M€
Le groupe racheté 34 M€ dettes comprises (22 M€ en cash et 12 M€ de reprises de dettes) pour 7 établissements, a été valorisé 32 M€ à fin 2006 sur la base d'un EBE à 4,5 M€ (soit un multiple de huit). «Spécialiste du développement, Lucien Urano a fait savoir qu'il comptait ouvrir très rapidement entre 30 et 40 établissements au nom de l'enseigne », explique à Néorestauration André Sfez, créateur dans les années soixante de Pizza Pino aux côtés de son frère aujourd'hui disparu. Et d'expliquer "que le groupe est racheté avec des finances saines". La petite chaîne qui a réalisé un CA de près de 34 M€ de CA est donc devenue propriété de Lucien Urano et d'André Sfez qui comptent confier la poursuite des opérations à un spécialiste de la restauration. Affaire à suivre.

Olivier Bertrand vers d'autres projets
Olivier Bertrand, très impliqué dans ce dossier regrette cette décision d'autant qu'il avait monté avec ses équipes et celle de Pizza Pino un vrai bon projet dans le respect de la marque et auquel les salariés avaient adhéré  : « mais nous savions qu'il y avait un risque. C'est le jeu et il faut l'accepter ». Et le président du groupe éponyme de souligner nourrir d'autres projets de reprise pour son propre groupe.  

 

Derniers articles sur Pizza Pino

Pizza Pino pourrait rejoindre le Groupe Bertrand 06/12/07 Pizza Pino Saint-Quentin affiche de nouvelles couleurs 08/11/07 Pizza Pino dévoile son calendrier 27/09/07 Astorg lance la cession de Pizza Pino 25/09/07

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.