Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

abonné

Pinxo, un langage sans frontière

Paul Fedèle

Sujets relatifs :

,
Pinxo, un langage sans frontière

© REPORTAGE PHOTOS F. ACHDOU / URBA IMAGES

Installé au pied de l'hôtel Plaza-Vendôme récemment inauguré, Alain Dutournier ouvre son troisième restaurant parisien dans un cadre épuré. Fondé sur une cuisine de partage, il s'adresse à une clientèle plus jeune à travers un vocabulaire moderne.

Adéfaut d'avoir occupé les fourneaux au mois d'août, l'été n'en a pas pour autant été moins chaud pour Alain Dutournier qui menait de front deux projets d'envergure : la réhabilitation de son restaurant parisien Le Carré des Feuillants et la création d'un nouveau concept, Pinxo, au pied de l'hôtel 4 étoiles Plaza-Vendôme, situé rue du Mont-Thabor (Paris 1er). Cette dernière adresse gourmande a été le fruit d'une rencontre entre le chef gascon, le propriétaire de l'hôtel, Gilles Marang, et un ami commun, Thierry de La Brosse (Aux Lyonnais, L'Ami Louis).

Sortir du restaurant d'hôtel

D'un côté, le grand chef recherchait un lieu pour monter un nouveau projet personnel et, de l'autre, l'hôtelier était en quête d'une formule originale en rupture avec la restauration d'hôtel traditionnelle, à installer dans son établissement de 90 chambres.

C'est donc à deux rues de sa table étoilée qu'Alain Dutournier a élu domicile en septembre avec le concept Pinxo. Il a créé pour l'occasion, avec le principal bailleur de fonds, Gilles Marang, et en collaboration avec Thierry de La Brosse, une société dont il est associé majoritaire à 50 %.

Même si le restaurant se situe au sein de ce bel hôtel décoré par Pierre-Yves Rochon, qu'il dispose d'un accès discret sur le lobby et qu'il assure le service des petits déjeuners et du room-service, rien ne permet l'amalgame entre Pinxo et le Plaza-Vendôme. « Je suis chez moi et la frontière est réelle entre les deux univers », explique le chef.

D'ailleurs, le lieu dispose d'une adresse distincte au 9, rue d'Alger, la façade est clairement différenciée de l'hôtel, et le restaurant affirme sa propre identité guidée par l'artiste-sculpteur Alberto Bali, ami d'Alain Dutournier et maître d'oeuvre au Carré des Feuillants. « J'ai voulu que le décor comme le choix des matériaux s'accordent avec une cuisine vérité qui propose en toute transparence des produits de qualité », précise l'artiste. C'est pourquoi l'agencement est plutôt dépouillé avec un choix de matières brutes, le bois, la pierre et la chaux, dans une palette chromatique restreinte à deux tonalités dominantes : blanc et noir. Ainsi, les murs peints à la chaux comme les stores en lin répondent[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

El Rancho ose la modernisation en solo

El Rancho ose la modernisation en solo

A travers son nouveau bâtiment solo, la chaîne tex-mex inaugure une architecture audacieuse tout en consolidant les fondamentaux qui concourent à sa réussite.Sur l'A15, sortie n °4, Montigny-les-Cormeilles-Franconville Épine Guyon, aucune chance[…]

01/05/2004 | ConceptEl Rancho
Les avantages d'une bonne mutualisation

Les avantages d'une bonne mutualisation

La belle saison du saumon sauvage

La belle saison du saumon sauvage

Une note printanière

Une note printanière

Plus d'articles