Paramout relance son développement (Caterer & Hotelkeeper)

La rédaction de Néorestauration

Le groupe britannique Paramount, propriétaire des enseignes de restauration Chez Gérard, Livebait, Cafe Fish et Bertorelli, a annoncé qu'il comptait mettre sur pied un programme d'expansion significatif compte tenu des résultats du second semestre 2003.

Au cours de cette période, il a réalisé un profit avant impôt de 1,94 M€ contre 597 148 €, sur la même période de référence en 2002.Le chiffre d'affaires s'est élevé dans le même temps à 25,9 M€ contre 23,9 M€ au second semestre 2002.A périmètre constant, le volume des ventes est en progression de 1,4%, avec un excellent dynamisme au cours de la période des fêtes de fin d'année (+ 5,7 %).

Paramount souhaite désormais concentrer ses efforts sur la dynamisation des ses marques à fort potentiel. Le groupe vient donc de nommer au poste de directeur général, Phil Wickens, ancien directeur de gestion de la chaîne Zizi, filiale d'Ask Central, dont il a assuré la croissance au niveau national. Il a pour ambition de faire le même travail pour les différentes marques de Paramout.

En 2003, le groupe a déjà entrepris la rénovation de 21 restaurants. Par ailleurs, le Cafe Bar de Bishopsgate, à Londres, a été réaménagé et dispose désormais d'une salle de restauration supplémentaire pour les événements particuliers. Le restaurant Livebait de Saint Paul a été reconverti sous l'enseigne Chez Gérard. Par ailleurs, le restaurant Chez Gérard, situé à Opera Terrace, va être rénové. Enfin, l'intégralité des cartes et menus de chaque enseigne a été remaniée.Ces initiatives se traduisent par une hausse d'activité de 2,8 % sur le premier trimestre 2004. (Caterer & Hotelkeeper, le 29 mars 2004).

pcecconello@neorestauration.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02
dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

05
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2022

Fidélité, ancrage territorial, expérience…quelles redéfinitions de l’écosystème de la RHD