Organisations professionnelles : laissez-nous travailler

ENCARNA BRAVO

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Organisations professionnelles : laissez-nous travailler

Les représentants de la profession de l’hôtellerie-cafés-restauration (HCR) ont été reçus à leur demande, par le Premier ministre, qui était accompagné du Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, de la Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, du Ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Petites et Moyennes Entreprises et du Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie.

Cette rencontre fait suite aux annonces du Ministre de la Santé, qui ont conduit à la fermeture complète des restaurants et des bars en zone d’alerte maximale et aux restrictions d’activité des bars en zone d’alerte renforcée

La profession, qui représente près d’un million d’emplois directs, a rappelé au Premier ministre que cette décision portait de nouveau un coup très dur au secteur de l’hôtellerie-cafés-restauration (HCR) déjà sinistré. Elle a alerté le gouvernement sur la situation catastrophique du secteur, extrêmement fragilisé depuis le début de la crise sanitaire, et marqué par une destruction massive d’emplois, qui pourrait conduire à plus de 350 000 postes supprimés d’ici la fin de l’année (chiffres INSEE).

Ses représentants ont insisté sur le fait que depuis le début de la crise, les professionnels du secteur ont fait preuve de responsabilité en proposant d’eux-mêmes aux pouvoirs publics un protocole sanitaire permettant d’accueillir les clients et le personnel des établissements dans les meilleures conditions de sécurité, protocole qui a été validé par le gouvernement

Les professionnels sont conscients de l’enjeu sanitaire auquel le gouvernement est confronté, mais ils refusent d’être pointés du doigt comme étant à l’origine de la propagation de l’épidémie et de porter le chapeau de la hausse des contaminations. L’immense majorité des établissements a appliqué scrupuleusement le protocole sanitaire et elle ne doit en aucun cas faire les frais des abus d’une infime minorité, qui doivent être sanctionnés.

Les représentants de la profession HCR sont prêts à retravailler dès maintenant avec le Ministère de la Santé pour adapter et au besoin renforcer le protocole sanitaire ; ils sont disposés à proposer de nouvelles mesures de suivi de l’épidémie et de protection des clients et des collaborateurs pour éviter une extension des mesures prises la semaine dernière à d’autres métropoles.

Les représentants de la profession tiennent cependant à saluer la mesure annoncée par le gouvernement, qui était attendue, comme la prolongation jusqu’à la fin de l’année des conditions actuelles de l’indemnisation du chômage partiel pour l’hôtellerie-cafés-restauration, les traiteurs et les discothèques, pour toute la France. Ils rappellent toutefois avec force que le secteur de l’assurance n’a pas joué son rôle dans cette crise, ce que le gouvernement a reconnu, et qu’il restait de nombreux efforts à faire sur la question cruciale des loyers.

La profession a tenu également à témoigner de sa solidarité avec la métropole Marseille Aix Provence et le département de la Guadeloupe qui ont leur établissement déjà fermé depuis dimanche.

Le Premier ministre n’a pas caché qu’il n’excluait aucune mesure supplémentaire du fait de la dégradation de la situation : la profession de l’hôtellerie restauration, qui a déjà fait la preuve de sa responsabilité, est prête à faire plus pour éviter une nouvelle fermeture de ses établissements, qui achèverait de sacrifier un secteur qui peine déjà à se relever de trois mois d’arrêt et lutte au quotidien pour sa survie.


Les représentants de la profession de l’hôtellerie-cafés-restauration (HCR) ont été reçus à leur demande, par le Premier ministre, qui était accompagné du Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, de la Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, du Ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Petites et Moyennes Entreprises et du Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie.

Cette rencontre fait suite aux annonces du Ministre de la Santé, qui ont conduit à la fermeture complète des restaurants et des bars en zone d’alerte maximale et aux restrictions d’activité des bars en zone d’alerte renforcée

La profession, qui représente près d’un million d’emplois directs, a rappelé au Premier ministre que cette décision portait de nouveau un coup très dur au secteur de l’hôtellerie-cafés-restauration (HCR) déjà sinistré. Elle a alerté le gouvernement sur la situation catastrophique du secteur, extrêmement fragilisé depuis le début de la crise sanitaire, et marqué par une destruction massive d’emplois, qui pourrait conduire à plus de 350 000 postes supprimés d’ici la fin de l’année (chiffres INSEE).

Ses représentants ont insisté sur le fait que depuis le début de la crise, les professionnels du secteur ont fait preuve de responsabilité en proposant d’eux-mêmes aux pouvoirs publics un protocole sanitaire permettant d’accueillir les clients et le personnel des établissements dans les meilleures conditions de sécurité, protocole qui a été validé par le gouvernement

Les professionnels sont conscients de l’enjeu sanitaire auquel le gouvernement est confronté, mais ils refusent d’être pointés du doigt comme étant à l’origine de la propagation de l’épidémie et de porter le chapeau de la hausse des contaminations. L’immense majorité des établissements a appliqué scrupuleusement le protocole sanitaire et elle ne doit en aucun cas faire les frais des abus d’une infime minorité, qui doivent être sanctionnés.

Les représentants de la profession HCR sont prêts à retravailler dès maintenant avec le Ministère de la Santé pour adapter et au besoin renforcer le protocole sanitaire ; ils sont disposés à proposer de nouvelles mesures de suivi de l’épidémie et de protection des clients et des collaborateurs pour éviter une extension des mesures prises la semaine dernière à d’autres métropoles.

Les représentants de la profession tiennent cependant à saluer la mesure annoncée par le gouvernement, qui était attendue, comme la prolongation jusqu’à la fin de l’année des conditions actuelles de l’indemnisation du chômage partiel pour l’hôtellerie-cafés-restauration, les traiteurs et les discothèques, pour toute la France. Ils rappellent toutefois avec force que le secteur de l’assurance n’a pas joué son rôle dans cette crise, ce que le gouvernement a reconnu, et qu’il restait de nombreux efforts à faire sur la question cruciale des loyers.

La profession a tenu également à témoigner de sa solidarité avec la métropole Marseille Aix Provence et le département de la Guadeloupe qui ont leur établissement déjà fermé depuis dimanche.

Le Premier ministre n’a pas caché qu’il n’excluait aucune mesure supplémentaire du fait de la dégradation de la situation : la profession de l’hôtellerie restauration, qui a déjà fait la preuve de sa responsabilité, est prête à faire plus pour éviter une nouvelle fermeture de ses établissements, qui achèverait de sacrifier un secteur qui peine déjà à se relever de trois mois d’arrêt et lutte au quotidien pour sa survie.


Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02
dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

05
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2022

Fidélité, ancrage territorial, expérience…quelles redéfinitions de l’écosystème de la RHD

Nous vous recommandons

Marie-Odile Fondeur, directrice de la Fondation pour la cuisine durable by Olivier Ginon

Interview

Marie-Odile Fondeur, directrice de la Fondation pour la cuisine durable by Olivier Ginon

Quels sont les objectifs de la Fondation pour la cuisine durable by Olivier Ginon ?Le premier objectif est de travailler pour l'intérêt général. Elle n'a pas de but lucratif, le financement de nos actions étant assuré...

Sondage - Quel est l'impact pour vous de la hausse des prix de l'énergie ?

Sondage

Sondage - Quel est l'impact pour vous de la hausse des prix de l'énergie ?

« Ces Français qui ne veulent plus travailler » sont surtout des métiers terrains pour lesquels nous devons innover – Olivier Severyns, CEO de Snapshift

Tribune

« Ces Français qui ne veulent plus travailler » sont surtout des métiers terrains pour lesquels nous devons innover – Olivier Severyns, CEO de Snapshift

Top départ pour la troisième édition de Cuisinons pour Demain

Top départ pour la troisième édition de Cuisinons pour Demain

Plus d'articles