Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Newrest et Servair: ajuster les mesures de soutien pour sauver l’emploi

ENCARNA BRAVO
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Newrest et Servair: ajuster les mesures de soutien pour sauver l’emploi

 Plan « France Relance » : L’AMRAF demande au Gouvernement d’ajuster ses mesures de soutien pour sauver l’emploi dans le secteur des activités d’avitaillement alimentaire aérien et ferroviaire

Alors que l’Etat d’urgence sanitaire a pris fin le 10 juillet dernier, le déconfinement n’a pas généré de reprise des marchés du transport aérien et ferroviaire sur lesquels opère l’AMRAF. Ces activités, très spécifiques sont à la croisée des chemins entre le tourisme, le transport et l’industrie aéronautique.

Après avoir connu une contraction brutale de chiffres d’affaires (-94%) pendant la crise, la reprise n’est pas au rendez-vous avec un chiffre d’affaires constaté sur les mois de juillet et août 2020 en contraction de 80% par rapport à 2019. Les mesures unilatérales de reconfinement partiel annoncées par certains pays étrangers courant août ont fini d’étouffer dans l’oeuf le peu de reprise constatée. Elles engendrent en effet des réductions de plans de vols de nos compagnies clientes pour les mois d’automne, par rapport aux mois passés.

Enfin, l’AMRAF se retrouve confrontée à une cascade de faillites de ses clients transporteurs aériens qui ne manqueront pas d’être annoncés dans les 6 prochains mois. La saison hivernale, traditionnellement assez basse dans notre secteur s’annonce encore plus compliquée que l’arrêt de nos opérations pendant le confinement.

La loi de finances rectificative LFR N°3 a certes prévu un certain nombre de mesures de soutien mais qui, compte tenu du plafond des 250 salariés, ne nous sont pas applicables. Car au-delà de 250 salariés, aucune entreprise ne peut bénéficier de l’annulation des charges patronales, redevances aéroportuaires et loyers, pendant la période de confinement. Cet effet de seuil exclut de fait l’intégralité de notre secteur.

 

 L’activité partielle de longue durée (APLD), destinée à prendre le relais de la prise en charge du chômage partiel dans nos secteurs d’activité pose également problème car elle prévoit un seuil de prise en charge ne pouvant pas dépasser 40% de l’horaire légal par salarié.

Or il est devenu à présent clair pour les acteurs du transport aérien que nos activités ne seront pas revenues à 60% de leur niveau historique d’ici au 31 décembre 2020. Dans l’hypothèse la plus favorable, nous serons seulement revenus entre 30% et 40% de nos activités historiques à cette date.

Pour Alexis Frantz, Secrétaire général de l’AMRAF et Directeur Général de Servair : « Les membres de l’AMRAF ont un besoin vital et urgent que les curseurs des mesures de soutien actuelles soient mieux adaptés à la particularité de leur activité. Nous n’envisageons pas de retour à la normale avant 2023, voire 2024. Après avoir annoncé les premiers plans de sauvegarde de l’emploi impactant 2'200 salariés courant Juin, c’est donc la survie de nos adhérents qui se joue en ce moment. »

C’est pourquoi, la situation économique et sociale exige des mesures adaptées de soutien pour nos activités d’avitaillement alimentaire aérien et ferroviaire :

- De confirmer, de façon dérogatoire, que le seuil de 250 salariés ne s’applique pas à nos entreprises qui pourront donc bénéficier de l’annulation des charges et contributions sociales du 1er février 2020 au 31 mai 2020 ;

 

- De confirmer que les modalités actuelles de prise en charge du chômage partiel seront prorogées, au minimum jusqu’au 31 décembre 2020, et non seulement jusqu’au 30 septembre 2020 (décret 2020/810 du 29 juin 2020) ;

 

- D’autoriser dans le cadre de l’APLD une prise en charge jusqu’à 70% de réduction d’activité. A défaut, un système hybride pourrait être mise en place avec l’APLD actuelle jusqu’à 40% cumulée avec une prise en charge du chômage partiel dans les conditions actuelles pour la partie additionnelle entre 40% à 70% de réduction d’activité.

Compte tenu de la situation dramatique dans laquelle ils se trouvent, et à défaut de réponses adéquates, nos adhérents n’auront pas d’autre alternative que d’envisager une seconde vague de réductions d’effectifs.

 

 

 

A propos de l’AMRAF :

L’Alliance des Métiers de la Restauration Aérienne et Ferroviaire (AMRAF) regroupe l’ensemble des opérateurs exerçant dans le métier de la restauration aérienne et ferroviaire et s’inscrit naturellement au coeur de la filière Tourisme. Elle est principalement composée des groupes Servair, Newrest, LSG et Air Culinaire et représente 12 500 salariés en France. Syndicat associé de l’UMIH et membre de l’Agence France Tourisme (AFT), l’AMRAF participe au Comité de filière du tourisme (CFT) sous le patronage de Monsieur le Secrétaire d’État Jean-Baptiste Lemoyne.

 

Le groupe Newrest, membre fondateur de l’AMRAF, dont le siège est localisé à Toulouse, développe des activités de restauration aérienne et ferroviaire, à destination du tourisme d’affaires ou de loisirs. Le groupe est implanté dans 58 pays et a connu un fort développement depuis sa création en 2005 pour dépasser 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires consolidé en 2019 et 34 900 salariés, dont 600 millions d’euros réalisés en France avec 4 500 salariés. C’est une belle réussite française.

 

Le groupe Servair, membre fondateur de l’AMRAF, dont le siège est localisé à Paris, développe uniquement des activités de restauration aérienne. Le groupe est implanté dans 19 pays et a réalisé 950 millions d’euros de chiffre d’affaires consolidé en 2019 et 10 500 collaborateurs, dont 750 millions d’euros réalisés en France avec 6 000 salariés. Ancienne filiale d’Air France, Servair exerce un métier historique d’avitaillement aérien.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Live et replay
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Dynamic : un appareil conçu pour les préparations à structure modifiée

Dynamic : un appareil conçu pour les préparations à structure modifiée

Maladie silencieuse, la dénutrition touche très majoritairement nos aînés, et particulièrement quelque 400 000 âgées à domicile. Pour aider les opérateurs à répondre[…]

La marque Kiri a réduit sa liste d’ingrédients

La marque Kiri a réduit sa liste d’ingrédients

Création de la CPME Alimentaire, pour mieux se faire entendre

Création de la CPME Alimentaire, pour mieux se faire entendre

Elior accélère sa transformation

Elior accélère sa transformation

Plus d'articles