Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Mourad Benamer, cofondateur de Eat Sushi « En tant que chef d'entreprise, je crois que la croissance passera par le format du drive »

ENCARNA BRAVO

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Créée en 2006 par deux frères, Mourad et Yahia Benamer, Eat Sushi s'impose comme la 3e enseigne française de restauration rapide japonaise. Présente en franchise en région parisienne et en province, elle vient d'inaugurer un drive à Bordeaux.

Se lancer dans un marché aussi concurrentiel que le sushi, n'était-ce pas un pari audacieux ?

Avec mon frère Yahia Benamer, nous ne disposions pas de beaucoup de moyens financiers. En revanche, nous avions une forte envie de créer. Après une analyse du marché, nous avons constaté que le marché français était mature et qu'il n'était pas organisé. Fans de restauration, de design et d'informatique, nous avons mis au point des logiciels, imaginé notre charte graphique, un décor intemporel, et nous nous sommes lancés. La force du sushi est d'apporter une réponse à la lutte contre la malbouffe. Nous avons la chance de travailler une cuisine saine. Il nous fallait aussi trouver un positionnement. Nous avons ciblé les adolescents, les familles et des implantations dans des villes de région parisienne et provinciales de plus de 100 000 habitants. Notre objectif : démocratiser le sushi.

Vous insistez sur l'innovation technologique. Quelles sont les dernières initiatives ?

Nous avons développé une application permettant de passer commande depuis un iPhone. Elle représente déjà près de 20 % des commandes en ligne. Le projet de drive qui vient juste d'être inauguré à Bordeaux a nécessité de mûrir pendant un an, le temps de créer un logiciel maison pour les bornes interactives. Notre objectif étant de favoriser l'innovation et la réactivité pour élargir l'accès au sushi au bénéfice du plus grand nombre.

Comment est née l'idée du drive ?

Dans la restauration comme dans la distribution, le drive connaît un essor important en périphérie des villes. Conscients que ce mode de commercialisation s'avère parfaitement adapté à l'offre Eat Sushi, nous avons tenté le pari. Lorsqu'on n'est pas leader, il faut surprendre et s'adapter aux attentes des consommateurs. Le drive de 500 m² compte 130 places et 30 en terrasse, et une équipe de 8 personnes en cuisine et 8 en salle et en caisse pour assurer un service en quatre minutes. Sans sortir de sa voiture, le client passe commande à partir d'une borne interactive à l'entrée du drive. Depuis l'écran, il peut découvrir les nouveautés et sélectionner des produits complémentaires, avant de procéder au paiement. Le drive, en s'attaquant à d'autres marchés, constitue un moyen de croissance pour l'enseigne. Sachant que l'enseigne enrichit ses canaux de distribution, qui comptent déjà la vente à emporter, la consommation sur place et la livraison à domicile. Si ce dernier mode représente plus de 60% des commandes (80% via Internet), le drive permet de toucher une clientèle péri-urbaine.

Sur quels critères les produits sont-ils sélectionnés ?

À la carte sont proposés les produits traditionnels (sushis, makis, sashimis...) réalisés avec des produits respectueux de l'environnement (thon Albacore). Nous servons du riz issu de l'agriculture biologique, des viandes d'origine France, des menus variés. Et depuis quelque temps, nous disposons d'un burger réalisé notamment avec de la viande de wagyu, une race de bovin japonais connue pour son goût savoureux. Elle est d'ailleurs à l'origine de la viande de Kobé. Quant au bun, il a été créé exclusivement pour nous avec de la farine de riz.

Quels sont vos objectifs en matière de développement ?

En 2012, nous avons affiché un chiffre d'affaires de 28 M €, avec 38 points de vente, dont 31 en franchise. Pour le drive, nous misons sur un chiffre d'affaires prévisionnel de 1,5 M € pour sa première année à Bordeaux. Ce concept devrait donner lieu à 4 autres ouvertures en 2013. Par ailleurs, 8 nouveaux restaurants pourraient ouvrir leurs portes en France.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Les boissons végétales partent à la conquête des clients chez Columbus Café & Co

Les boissons végétales partent à la conquête des clients chez Columbus Café & Co

Du 15 septembre au 15 octobre, en partenariat avec Alpro, Columbus Café & Co soigne ses clients en recherche d’alternatives au lait de vache, ou souhaitant les découvrir. Les « options[…]

Bien-être animal : un outil de suivi chez KFC

Bien-être animal : un outil de suivi chez KFC

 District : le food court réinventé

District : le food court réinventé

La Puccia se découvre chez Laïa

La Puccia se découvre chez Laïa

Plus d'articles