Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Meryem Cherkaoui, le retour à l'essentiel

ISABEL SOUBELET

Sujets relatifs :

,
Meryem Cherkaoui, le retour à l'essentiel

Formée à l'Institut Paul-Bocuse, Meryem Cherkaoui, riche de sa double culture franco-marocaine, prône une cuisine simple au plus près des produits et des saveurs.

Originaire de Rabat, Meryem Cherkaoui, bac scientifique en poche, quitte le Maroc pour venir se former en France, à l'Institut Paul-Bocuse. « J'ai eu un véritable coup de coeur quand j'ai visité cette école, j'ai su que c'était mon chemin, confie-t-elle. À l'époque, je n'ai pas perçu le côté dur du métier, j'étais là pour apprendre. » Et elle apprend vite. Une fois diplômée en 1999, elle fait ses armes dans les palaces français - Le Majestic, à Cannes, et Le Crillon, à Paris -, avant de retourner au Maroc.

Élevée dans la culture de l'entrepreneuriat, elle ouvre, à 24 ans, son établissement Maison Gourmet, à Casablanca. Alors propriétaire et chef de cuisine, elle apprend tout en faisant. « J'ai appliqué la technicité française - notamment pour les cuissons - à la cuisine marocaine, afin de la réinventer, de la rendre plus actuelle et plus équilibrée, précise-t-elle. Au départ, j'ai été pas mal contrée, car la cuisine marocaine est une cuisine familiale de plats à partager, et quasiment intouchable ! Mais j'ai réalisé une cuisine autodidacte en me servant de mes souvenirs d'enfance. »

De cette enfance passée à la ferme familiale à Salé, près de Rabat, elle se souvient des grandes tables le week-end, couvertes de produits de qualité savoureux liés à chaque saison. Soupe de lentilles ou de cardons, artichauts sauvages, côtes d'agneau confites à l'huile d'olive et à la coriandre, tagines de haricots verts avec une palette de condiments... Avec sa pastilla au confit de canard et foie gras, un de ses plats signatures, elle intègre rapidement la « famille des chefs ».

LOIN DE LA FRÉNÉSIE MÉDIATIQUE

Elle ouvre son école de cuisine, participe à des festivals culinaires et séminaires gastronomiques à travers le monde, intervient dans des émissions télévisées... Puis la cheffe s'écarte de cette frénésie. Depuis 2011, elle n'a plus d'établissement. « Je suis revenue à la terre, aux choses essentielles, à la simplicité. Cela a toujours primé pour moi. C'est par le produit que je suis arrivée à la cuisine. » Elle a créé une marque d'épicerie fine du terroir marocain en collaboration avec des coopératives de femmes et accompagne de nombreux professionnels. Marraine de l'édition 2020 du salon Food'in Sud, à Marseille, aux côtés du très courtisé chef Alexandre Mazzia, elle sourit d'un oeil pétillant quand on évoque la tendance locavore. « Je ne suis pas dans la tendance, rechercher le meilleur produit le plus près, c'est ce que j'ai toujours fait ! »

 

« Rechercher le meilleur produit le plus près, c'est ce que j'ai toujours fait ! »

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Éric Balan, la rigueur du pâtissier, l'intuition du cuisinier

Éric Balan, la rigueur du pâtissier, l'intuition du cuisinier

Chef discret et rigoureux, Éric Balan prend les rênes, il y a un an, de l'Éternel, le restaurant de l'hôtel de la Poste et du Lion d'Or, à Vézelay (89). Découverte d'une cuisine de[…]

20/01/2021 | leshommes
Édouard Loubet en son jardin

Édouard Loubet en son jardin

Maxime Buhler, donner du sens aux frigos pleins

Maxime Buhler, donner du sens aux frigos pleins

Stéphane Manigold, au secours de ses établissements, et des indépendants

Stéphane Manigold, au secours de ses établissements, et des indépendants

Plus d'articles