Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Méridien Montparnasse : une grève contagieuse

La rédaction de Néorestauration

Sujets relatifs :

,
La grève bat son plein depuis sept jours à l'hôtel Méridien Montparnasse. Direction et employés campent sur leurs positions alors que les syndicats veulent porter le mouvement vers le Méridien Etoile. Reportage.

Rien ne va plus au Méridien Montparnasse. Depuis le mercredi 15 octobre (lire notre lettre Néohebdo n°25), entre 50 et 80 employés (selon la direction), plus de 150 selon l’intersyndicale, occupent le hall dans un brouhaha indescriptible. Il suffit d’arpenter le lobby et les étages pour entendre et percevoir le mécontentement : des couloirs maculés de papiers ou de déchets et un bruit indescriptible où sirènes et percussions se mêlent aux revendications lancées par mégaphone. Surtout que le cortège de manifestants se déplace dans tout l’établissement du matin au soir. Bref, il y a de l’ambiance mais pas spécialement ce qui se fait de mieux pour l’accueil des clients. « Une partie d’entre eux a d’ailleurs été délogée au Méridien Etoile ou au Concorde Lafayette quand ils n’ont pas bénéficié de tarifs préférentiels », explique le directeur général, Daniel Boudet, qui ne dispose pas encore d’un recul suffisant pour quantifier la perte.

Et rien ne laisse prévoir que les choses vont aller en s’améliorant. Bien au contraire. Représentants syndicaux et direction campent chacun sur leurs positions : le personnel gréviste réclamant toujours une prime exceptionnelle de 1 000 euros (en réponse à un exercice bénéficiaire de l’hôtel et à l’absence de prime d’intéressement cette année), une augmentation des salaires de base de 5 % jusqu’à 1 500 euros par mois et de 3 % entre 1 500 et 2 000 € par mois, la suspension des sanctions disciplinaires, l'arrêt des harcèlements divers commis par la direction et le respect de la règle «à travail égal...» (comparé avec le Méridien Etoile).

De son côté, la direction fait pourtant preuve d'ouverture. A l’occasion d’un comité d’entreprise exceptionnel organisé lundi 20 octobre, elle a fait part de ses propositions. «  C’est vrai que la revendication principale relative au paiement de la prime n’a pas pu être satisfaite compte tenu d’une activité en forte baisse et en regard des règles du jeu fixées par l’accord d’intéressement triennal signé. En revanche, pour récompenser une politique qualité qui a porté ses fruits en 2003,  nous avons tout de même décidé de verser une prime exceptionnelle de 400 euros », a précisé Daniel Boudet.

Pour être plus précis sur les chiffres, le directeur de l’hôtel annonce, pour l’exercice 2002-2003, un chiffre d'affaires de 51,676 M€ et un TO à 64,4 %, en chute de 18 points comparé à l’exercice précédent. Et d’expliquer que la forte baisse d’activité n’a pas permis d’atteindre le seuil de marge brute de 32 M€ , barrière de déclenchement de l’intéressement (l’hôtel affiche cette année 30,112 M€ de marge brute). Mais le directeur s’est dit prêt à rouvrir les négociations et, même, à anticiper le calendrier prévu concernant les augmentations salariales catégorielles avec, cependant, un préalable : la reprise immédiate du travail. 

« On n’a jamais vu des négociations s’ouvrir avec comme préalable la reprise du travail », nous répondent d’une même voix les représentants FO, CFDT et CGT qui précisent par ailleurs que le CE  n’a pas vocation de parler de revendications. Et Mujahid Shah (FO) d’enfoncer le clou, rappelant que les revendications du personnel ont déjà été présentées depuis plusieurs semaines à la direction et qu’elles sont restées lettre morte. Il rappelle que les conditions de travail se sont dégradées et que le dialogue social est inexistant, ce que nie de son côté la direction. Le représentant FO regrette qu’on en soit arrivé là : « mais comment peut-on être à l’écoute des salariés en n’ouvrant  des discussions qu’au sixième jour de grève, sans rien offrir de plus, alors que les salariés ont déjà perdu une partie de leur salaire du mois ».

Débrayages prévisibles au Méridien Etoile

Les représentants du personnel n’ont pas hésité non plus à adresser un communiqué de presse à l’AFP faisant référence à  une altercation qui s’est produite dimanche entre un vigile de l'hôtel et un salarié gréviste, qui a conduit ce dernier à l’hôpital après un coup reçu sur la colonne vertébrale. « Il a d’ailleurs porté plainte», a indiqué la Fédération FO de l’agriculture et de l’alimentation.. L’incident est relativisé par la direction qui a, elle aussi, porté plainte contre le délégué qui a « molesté d’autres personnes » et parle plutôt de « petite altercation » ; ledit employé étant sorti de l’hôpital avec un arrêt de travail.

Echange de bons procédés dans une crise qui ne semble pas s’apaiser. Aux exactions commises, entrave à la liberté du travail, sabotage de l’outil de travail, la direction semble bien déterminée à poursuivre les auteurs devant les « instances judiciaires compétentes ». Toujours est-il que l’intersyndicale a souligné la détermination des grévistes et  prévoit un grand rassemblement unitaire devant l’hôtel d’ici à la fin de la semaine. En relation étroite avec leurs collègues du Méridien Etoile, elle prévoit également, en solidarité, et ce dès jeudi 23 octobre, des débrayages dans le second établissement parisien du groupe. Affaire à suivre...
pfedele@neorestauration.com 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Lors du 57e congrès annuel des MOF, qui se déroulait à Rennes entre le 25 et le 27 juin, Louis Le Duff a invité les meilleurs ouvriers de France chez Bridor.  Selon Louis Le Duff : «  Meilleur Ouvrier de France, MOF, trois lettres pour[…]

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

Les revenus des salariés

Les revenus des salariés

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Plus d'articles