Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Méridien Montparnasse: pourrissement du conflit

La rédaction de Néorestauration

Sujets relatifs :

,

Alors qu’en début de semaine le bout du tunnel semblait proche avec des revendications revues à la baisse et des propositions revues à la hausse, les salariés ont voté ce matin la poursuite du mouvement. Le feuilleton continue…

15 jours de grève et retour à la case départ. C’est donc l’impasse au Méridien Montparnasse et la désolation du côté de la direction qui a pourtant bien fait évoluer ses propositions depuis la semaine dernière (lire nos lettres du 15 et du 22 octobre).
L’ultime réunion syndicats/direction qui s’est déroulée mardi 28 octobre en début d’après midi, qualifiée de « réunion de la dernière chance » par Stéphane Fustec, représentant CGT, n’a semble-t-il pas répondu aux dernières revendications qui portaient sur le montant de l’augmentation des salaires et le paiement des jours de grèves.  Pourtant, la direction avait fait preuve d’ouverture. Elle proposait, avec le paiement d’une prime exceptionnelle de 300 euros en novembre (en plus de 400 euros déjà promis), une augmentation générale des salaires de 2,7 % pour les salaires inférieurs à 1 250 euros, de 2,4 % pour ceux situés entre 1 251 et 1 500 euros et de 2,2 % pour ceux supérieurs à 1 501 euros en trois tranches en janvier, avril et octobre, le rajout d’une réunion supplémentaire au calendrier des réunions de négociation d’un éventuel nouvel accord d’intéressement triennal par rapport au calendrier initial proposé, la compensation de cinq jours grève par des jours de CP/RTT ou RF avec l'échelonnement des retraits du solde des autres jours de grève ouvrés non payés sur les deux prochains bulletins de paie et une avancé sur les mesures disciplinaires engagées.

Mais rien n'y a fait. Les grévistes, qui se sont réunis mercredi 29 octobre en assemblée générale au siège de Force Ouvrière, ont voté pour la poursuite du mouvement. « Sur 93 votants, 88 se sont prononcés pour la reconduite de la grève et 5 contre », déclarait Stéphane Fustec, responsable de la Fédération CGT du Commerce qui annonçait par ailleurs une réunion avec la direction aujourd’hui à 14h00, qui n’a pas eu lieu ou plutôt « qui n’a jamais été programmée », a répondu Daniel Boudet à Néohebdo. Ce dernier attendait par ailleurs la décision du tribunal de grande instance de Paris (TGI) qui devait ce prononcer ce soir au sujet d’une plainte déposée par la direction du Méridien Montparnasse à l’encontre de 10 grévistes.

Une dépêche de l’AFP tombée ce soir à 18h48 rendait compte de la décision du TGI. Un médiateur a été nommé pour tenter de trouver une solution à la grève et José Castro, de la Fédération FO de l’agriculture et de l’alimentation de préciser que « le médiateur a jusqu’à lundi pour donner ses conclusions et trouver une solution au conflit ». Selon José Castro, le TGI n’a pas prononcé de condamnation, mais a ordonné aux grévistes de faire « moins de bruit » lors des rassemblements quotidiens dans le hall de l’hôtel et de ne pas « perturber les clients ». Il a aussi limité à 20 personnes, le nombre de grévistes présents dans le hall qui doivent être regroupés de manière silencieuse avec une seule bannière et dans un lieu désigné par lui-même : l'entrée du centre de conférence. Le syndicaliste craint cependant que le mouvement ne dégénère : « on essaye de calmer les plus extrémistes, mais c’est difficile ». Les grévistes demandent toujours une prime exceptionnelle de 700 euros et des augmentations de salaire entre 3,5 et 2,5 % ainsi que le paiement d’une partie des jours de grèves.

On peut craindre que cette décision du TGI ne renforce les syndicalistes dans leurs positions et ne les encourage à propager le mouvement. Déjà, jeudi 23 octobre, une délégation d’une soixantaine de grévistes avait fait le déplacement jusqu’à l’hôtel de la rue Gouvion Saint-Cyr pour rechercher l’appui de leurs collègues. Ils s’étaient auparavant fait remarquer bruyamment dans le hall du Concorde La Fayette tout proche, avant d’investir avec mégaphone et banderoles le lobby du Méridien. Reçus en délégation par le directeur Emmanuel Caux et le directeur des ressources humaines Philippe Orville, quatre syndicalistes du Méridien Montparnasse accompagnés de quatre syndicalistes de l’hôtel ont fait part de leur mécontentement. « Nous les avons écoutés, conseillés et même si nos représentants du personnel ont souligné leur solidarité avec les grévistes, personne n’a pour le moment débrayé », a précisé Philippe Orville.
Mais sur la rive droite, on reste très attentif à l’évolution du conflit  craignant bien sûr une escalade du conflit et sa propagation d'autant plus que les syndicats ont prévu une réunion vendredi 31 octobre 2003 à 11 heures devant le Méridien Etoile. Même réserve du côté du  Concorde La Fayette, en pleines négociations salariales et qui a d’ailleurs été informé très courtoisement par ses propres représentants syndicaux, que ceux-ci restaient très attentifs à la réponse donnée par la direction à leurs revendications salariales. Dont acte ! Le bras de fer continue. A suivre…
pfedele@neorestauration.com 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a affirmé mardi sur RMC que le taux réduit de TVA en restauration demeurerait inchangé, en dépit de l'abandon de certaines niches fiscales. Selon Christine Lagarde, ce[…]

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les revenus des salariés

Les revenus des salariés

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Plus d'articles