Maya, une adresse bistronome et latine à Ville d’Avray

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Maya, une adresse bistronome et latine à Ville d’Avray

Dans une ambiance industrielle, le restaurant Maya, ouvert depuis avril à Ville d’Avray (Hauts-de-Seine), propose sur 28 places en salle, et 8 en terrasse, une carte bistronomique inspirée de la cuisine d’Amérique Latine. Une direction choisie par Enrique Solano, propriétaire colombien des lieux, qui a confié le piano à Eloi Spinnler, 22 ans et tout juste diplômé de Ferrandi. Passé par le Plaza Athénée et le Dorchester d’Alain Ducasse à Londres, le jeune chef a également travaillé à Plantxa, autre table d’Enrique Solano à Boulogne-Billancourt, associé au chef Juan Arbelaez. Principe de la carte : une cuisine axée sur le frais, la qualité et la saison, en rotation hebdomadaire. Les 3 entrées, 4 plats et les 2 desserts changent chaque semaine, avec déjà des incontournables comme le ceviche, réalisé à chaque fois avec un poisson différent, et surtout le Crock’Maya : une tranche de pain aux céréales, du blanc de volaille, une sauce aux poivres d’origines asiatiques, quelques légumes grillés, un peu de fromage et beaucoup de salade…

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Monkey Market, le food court de GK Invest, prend position à la Défense

Monkey Market, le food court de GK Invest, prend position à la Défense

Autour de ses trois marques de streetfood asiatique, thaï pour Pitaya et Poke Thaï, indienne pour Anjha, GK Invest bâtit un premier food court asiatique dans le centre commercial Les Quatre-Temps à la Défense. Un prélude à un...

01/07/2022 | Concepts
16ème Léon au format Fish Brasserie

16ème Léon au format Fish Brasserie

Baobab Lab se tourne vers le BtoC

Baobab Lab se tourne vers le BtoC

« Notre intérêt pour la restauration ne se limite pas au fast-casual », disent Frédéric Wargnies et Henri Topiol, de Montefiore Investment

« Notre intérêt pour la restauration ne se limite pas au fast-casual », disent Frédéric Wargnies et Henri Topiol, de Montefiore Investment

Plus d'articles