Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Mathieu Moity, premier chef des Résidents

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Mathieu Moity, premier chef des Résidents

Après une pré-ouverture en octobre au rythme de la cuisine des ex-Grandes Bouches, à Paris (17ème) et d’un bref pop-up avec Chloé Charles, qui fût la seconde de Bertrand Grébaut, Caroline et Gauthier Moncel lancent définitivement Les Résidents à partir du mardi 9 janvier. Ce restaurant, conçu comme une table ouverte aux jeunes talents, accueillera pour quelques mois, son premier chef résident : Mathieu Moity.

 

Jeunes Talents Gault & Millau 2016 pour l’Ile de France, Mathieu fait le choix d'entamer un nouveau chapitre de sa vie de cuisinier. Attiré dans un premier temps par des études de physique-chimie et une carrière de basketteur semi-pro, il entre en cuisine à 20 ans et met toute la passion qui l’anime à découvrir ce métier. D’une expérience de serveur dans un restaurant indien puis japonais, il retiendra le goût des épices et de condiments atypiques ; de sa rencontre avec la famille Bras, celui du végétal. Sa soif de découverte le conduit à des passages chez des chefs comme Martin Berasategui en Espagne, Andoni Luis Aduriz à Mugaritz, Inaki Aizpitarte au Chateaubriand à Paris, René Redzepi au Noma à Copenhague ou encore à L’Artemise à Uzès.

 

Ô Divin et Iratze à Paris auront été ses premiers terrains d’expression en tant que chef. Il y déclina une cuisine instinctive, canaille et espiègle, surfant sur l’équilibre acide-amer-doux dans des assiettes pleines de punch, comme un héritage de sa culture du tapas qui raconte une histoire et fait mouche en 3 bouchées. Avec, en fil conducteur aussi, le goût du contrepied : un poulpe raidi, boosté par une pâte agrume-chorizo, sur un lit de poireaux lacto-fermentés pour un terre-mer régressif empli d’une chaleur épicée ou une surprise autour d’un mariage betterave-hibiscus-réglisse accompagné d’un sorbet à la levure.

 

Menus : 25/28 € (au déjeuner) – 45 et 60 € (au dîner), et suggestions au gré des saisons et de l’inspiration du chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
26 sep - Paris
La RHD à l’heure du Healthy

Quels leviers pour relever les défis du mieux-manger ?

05 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quelles solutions mettre en place pour la consommation de demain ?

Nous vous recommandons

Raphaël Miolane nommé à la présidence de Courtepaille

Raphaël Miolane nommé à la présidence de Courtepaille

Raphaël Miolane, 41 ans, vient d'être nommé à la présidence de Courtepaille , 300 restaurants et 300 millions d'euros TTC de CA en 2017. Après un début de carrière dans le marketing[…]

Alexandre Léard prend le piano de l’Escargot 1903

Alexandre Léard prend le piano de l’Escargot 1903

Pascal Favre d’Anne: de l’audace, encore de l’audace

Pascal Favre d’Anne: de l’audace, encore de l’audace

Rémy Coste : un MOF Boulanger en restauration rapide

Rémy Coste : un MOF Boulanger en restauration rapide

Plus d'articles