Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Mathieu Moity, premier chef des Résidents

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Mathieu Moity, premier chef des Résidents

Après une pré-ouverture en octobre au rythme de la cuisine des ex-Grandes Bouches, à Paris (17ème) et d’un bref pop-up avec Chloé Charles, qui fût la seconde de Bertrand Grébaut, Caroline et Gauthier Moncel lancent définitivement Les Résidents à partir du mardi 9 janvier. Ce restaurant, conçu comme une table ouverte aux jeunes talents, accueillera pour quelques mois, son premier chef résident : Mathieu Moity.

 

Jeunes Talents Gault & Millau 2016 pour l’Ile de France, Mathieu fait le choix d'entamer un nouveau chapitre de sa vie de cuisinier. Attiré dans un premier temps par des études de physique-chimie et une carrière de basketteur semi-pro, il entre en cuisine à 20 ans et met toute la passion qui l’anime à découvrir ce métier. D’une expérience de serveur dans un restaurant indien puis japonais, il retiendra le goût des épices et de condiments atypiques ; de sa rencontre avec la famille Bras, celui du végétal. Sa soif de découverte le conduit à des passages chez des chefs comme Martin Berasategui en Espagne, Andoni Luis Aduriz à Mugaritz, Inaki Aizpitarte au Chateaubriand à Paris, René Redzepi au Noma à Copenhague ou encore à L’Artemise à Uzès.

 

Ô Divin et Iratze à Paris auront été ses premiers terrains d’expression en tant que chef. Il y déclina une cuisine instinctive, canaille et espiègle, surfant sur l’équilibre acide-amer-doux dans des assiettes pleines de punch, comme un héritage de sa culture du tapas qui raconte une histoire et fait mouche en 3 bouchées. Avec, en fil conducteur aussi, le goût du contrepied : un poulpe raidi, boosté par une pâte agrume-chorizo, sur un lit de poireaux lacto-fermentés pour un terre-mer régressif empli d’une chaleur épicée ou une surprise autour d’un mariage betterave-hibiscus-réglisse accompagné d’un sorbet à la levure.

 

Menus : 25/28 € (au déjeuner) – 45 et 60 € (au dîner), et suggestions au gré des saisons et de l’inspiration du chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Maxime Buhler, donner du sens aux frigos pleins

Maxime Buhler, donner du sens aux frigos pleins

C’est en livrant des sushis et des salades le soir, dans l’agglomération lilloise, que Maxime Buhler, 27 ans, et Samuel Carré, alors colocataires et futurs associés, ont eu l’idée de créer[…]

20/05/2020 | PortraitsLes hommes
Stéphane Manigold, au secours de ses établissements, et des indépendants

Stéphane Manigold, au secours de ses établissements, et des indépendants

Charles-Edouard Barbier, 300 repas chaque jour, tout seul

Charles-Edouard Barbier, 300 repas chaque jour, tout seul

Kelly Rangama, et pourquoi pas la vente à emporter ?

Kelly Rangama, et pourquoi pas la vente à emporter ?

Plus d'articles