Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Dossier Maladie d'Alzheimer : ce que la restauration peut changer

Alors que le plan Alzheimer - dont l'un des objectif est de mettre au point un diagnostic précoce fiable et de développer au moins un traitement efficace - doit être présenté aujourd'hui, 1er février, Sogeres a organisé le 10 janvier dernier, à la Tour Eiffel une rencontre-débat sur le thème «Maladie d'Alzheimer : ce que la restauration peut changer»*.

La maladie d'Alzheimer est aujourd'hui un problème de santé publique
: elle touche  855 000 personnes en France et les spécialistes estiment à 225 000 le nombre de nouveaux cas par an. Après l'avoir proclamée Grande cause nationale 2007, le gouvernement a élaboré un nouveau plan pour 2008 dont les priorités sont la recherche médicale, la détection plus précoce et l'amélioration de la prise en charge des patients.

Le respect des spécificités nutritionnelles se révèle être un soin prioritaire en institution. La nouvelle approche de la restauration proposée par Sogeres, est née d'une réflexion initiée depuis près d'un an et s'appuie sur des expériences vécues. Elle propose désormais une offre aboutie, alternative et différenciée pour les malades atteints de la maladie d'Alzheimer.
Partant du constat qu'une alimentation non adaptée accélère l'évolution de la maladie, Sogeres estime prioritaire de prendre les malades en charge sur le plan nutritionnel afin de prévenir, d'une part la déshydratation, aggravant les troubles neurologiques, d'autre part la dénutrition protéino-énergétique, à l'origine de la diminution des défenses immunitaires et de la masse musculaire... D'où la nécessité de contrôler la quantité et la qualité des protéines, d'augmenter les apports en calcium, de rééquilibrer les acides gras et favoriser l'apport en vitamines, minéraux et fibres. Sans pour autant faire abstraction de la dimension plaisir.


Organisée par Sogeres, la rencontre débat se déroulait à la Tour Eiffel (DR).(Photo DR)

La filiale de Sodexo a donc mis en place différents types d'offres :

- des préparations enrichies pour prévenir la dénutrition protéino-énergétique : ces pâtes d'enrichissement maison, salées ou sucrées, seront mixées et ajoutées au produit comme un condiment.
- des textures modifiées pour s'adapter aux difficultés de mastication et de déglutition : si les produits sont mixés, ils sont présentés de façon dissociée afin que chacune de leurs couleurs soit mise en avant et rappelle le plat d'origine.
- des goûters et collations pour répartir l'apport énergétique sur la journée : gâteaux, crèmes aux oeufs, compotes... un vaste choix est important.
- des boissons gélifiées pour répondre aux besoins hydriques des plus dépendants présentant des difficultés de déglutition des liquides : café, thé, vin, jus de fruits... Les boissons ?clés? seront gélifiées pour les patients présentant des risques de « fausse route » à l'absorption de liquides.
Le tout dans un environnement favorisant « l'éveil des 5 sens » :

- des couleurs stimulant l'appétit (pêche, jaune clair, vert léger, vermillon...) et un judicieux réglage de la lumière de la pièce.
- un environnement calme : une musique douce d'ambiance peut être proposée.
- des produits entiers présentés à chaque saison, afin de faire renaître des souvenirs et ouvrir le dialogue.
- des ateliers cuisine ?comme à la maison? pour retrouver les gestes d'autrefois,
- de la vaisselle adaptée selon le stade de la maladie : assiettes antidérapantes, rebord d'assiette amovibles, couverts à préhension facile, verres stables ou pailles coudés...

Autre notion importante, celle du partage : la vie sociale permettant de ralentir la progression des symptômes de la maladie.

Présentée par le docteur Bénédicte Lepère, directeur marketing, développement santé et collectivités locales de Sogeres, cette offre est actuellement en quête de sites pilotes.

* Lire également les interventions ainsi que les questions/réponses de cette rencontre-débat du 10 janvier.

Ouverture de la rencontre-débat : la maladie neuro-dégénérative d'Alzheimer

Par le docteur Claude Plassard - Président du réseau gérontologique de la Haute Côte d'Or et modérateur du colloque. "En 1906, Aloïs Alzheimer a réalisé la première description de la maladie neuro-dégénérative d'Alzheimer. Un million de[…]

Les enjeux de la maladie d'Alzheimer

Par le professeur Bernard Roques - Membre de la commission Alzheimer, professeur à l'université Paris-Descartes. "860 000 patients sont atteints de la maladie d'Alzheimer, dont une minorité avant l'âge de 60 ans. Les femmes sont davantage[…]

La nutrition des personnes âgées : une question de qualité de vie

Par le professeur Patrick Ritz - Nutritionniste "Toutes les études montrent que la masse grasse augmente avec le vieillissement, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. On observe en parallèle que les hommes perdent de la masse maigre à[…]

Bien manger et maladie d'Alzheimer : une nécessité réalisable

Par le docteur Gilles Groboz - Gériatre "Les troubles du comportement alimentaire dans la maladie d'Alzheimer sont dus au lent déclin cognitif, atteignant entre autres les processus d'encodage et de rappel. Il en résulte un oubli de la prise[…]

Le plaisir de manger

Par le professeur Patrick Mac Leod - Président de l'Institut du goût de Paris. " Au cours des dernières années, nous avons appris beaucoup sur le plaisir de manger. Les mécanismes physiologiques associés sont particulièrement complexes. Le[…]

Ce que la restauration peut changer : la réponse Sogeres

Par le docteur Bénédicte Lepère - Directeur marketing, développement santé et collectivités locales de Sogeres. "Confrontée aux demandes de certains de ses clients (EHPAD, CCAS) et de l'évolution démographique observée en faveur des personnes[…]

Alain Ducasse Formation accompagne Sogeres

Par Christophe Clarigo - Directeur de l'Identité Culinaire Alain Ducasse Formation. " Alain Ducasse Formation (ADF) intervient auprès de Sogeres depuis de nombreuses années, avec une double mission de conseil et de formation. Dans le cadre du[…]

Le débat

Docteur Claude Plassard Comment réagir face à un patient qui refuse de s'alimenter ? A mes yeux, le trouble alimentaire constitue un trouble du comportement, qui n'est pas intentionnel mais réactionnel chez une personne démente. Il faut donc[…]

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.