Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Lutte et prévention de l'obésité en débat au CCC

La rédaction de Néorestauration
La prévalence chez l’enfant est passée de 5% en 1980, à 15% en 2000 puis à 18% en 2003.

« Le repas, un investissement de santé publique », était le thème central des 8es assises nationales de l'Association de la restauration collective en gestion directe, qui se tenaient mardi 9 novembre à Dijon.
« L’obésité est la première épidémie non infectieuse de l’humanité, a annoncé Dr. Laurence Plumey, nutritionniste à l’Hôpital Necker à Paris. La prévalence chez l’enfant est passée de 5% en 1980, à 15% en 2000 puis à 18% en 2003. A la vitesse à laquelle s’accélère la tendance, cette maladie est en passe d’atteindre 25% en 2020, soit un enfant sur 4 sera obèse ».
 
Laurence Plumey a insisté sur la nécessité de déceler les problèmes de surpoids et surtout de la prévenir. Elle a rappelé qu’il s’agit d’une pathologie qui a pour conséquences une diminution de l’espérance de vie et de nombreuses complications dont certaines sont irréversibles. D’où l’intérêt de prendre en charge très tôt ces enfants. Beaucoup d’acteurs peuvent intervenir. Outre les parents, les enseignants, la restauration scolaire a également un rôle à jouer. Certes, les responsables (parfois en collaboration avec des diététiciennes) connaissent les principes de base d’une alimentation équilibrée. Reste encore à faire accepter certains produits aux enfants. Il ne suffit pas de leur proposer des épinards ou des haricots verts, parce que c’est bon pour leur croissance, encore faut-ils qu’ils soient consommés et qu’ils ne finissent pas à la poubelle ! A eux de se montrer imaginatifs en matière de recettes. Cela étant, il existe aussi des petites astuces pour proposer régulièrement des produits moins riches en graisses ou en sucres (yaourts natures plutôt que yaourts sucrés, fromage blanc 20% MG) et préférer des fromages plus riches en calcium, des viandes maigres, faire aimer le poisson plutôt que des poissons panés…

Et Laurence Plumey confiante, de conclure : « Les divers acteurs qui interviennent dans l’éducation nutritionnelle sont complémentaires. Quels que soient les propos tenus sur les repas dans les cantines, le restaurant présente de nombreux avantages : des repas équilibrés, la découverte de nouveaux plats, la convivialité et surtout le fait de voir des copains goûter, conduit souvent l’enfant à oser goûter et à aimer».

ebravo@neorestauration.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
26 sep - Paris
La RHD à l’heure du Healthy

Quels leviers pour relever les défis du mieux-manger ?

05 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quelles solutions mettre en place pour la consommation de demain ?

Nous vous recommandons

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a affirmé mardi sur RMC que le taux réduit de TVA en restauration demeurerait inchangé, en dépit de l'abandon de certaines niches fiscales. Selon Christine Lagarde, ce[…]

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les revenus des salariés

Les revenus des salariés

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Plus d'articles