informations et solutions pour restauration collective commerciale et snacking

espace

abonné

Livraison, le doigt sur la gâchette

Publié le

| | |

Livraison, le doigt sur la gâchette

© Léon de Bruxelles

Un Français sur deux s'est fait livrer au moins un repas en mars 2016, selon CHD Expert.

La vitalité du marché, estimé à 1 milliard d'euros en France, profite, en dehors des spécialistes de la foodtech, surtout aux indépendants... Pour combien de temps ? « Les chaînes n'y sont pas encore très présentes, constate Isabelle Guimard, de Labor Action. Pour l'instant, elles réagissent en développant la vente à emporter, mais vont devoir s'y positionner. » Premiers ballons d'essais en 2015, avec les cocottes du Léon de B. lyonnais, livrées via Foodora, et bientôt depuis le prochain restaurant parisien de l'enseigne ; et attention soutenue au développement du segment : on pourrait bientôt « fluncher à domicile », estime-t-on au siège, fort du succès de l'activité traiteur (12 millions d'euros en 2015), et du service drive ; quand on remarque, chez KFC France, que l'enseigne est présente dans plusieurs pays dans le food delivery...

Des entrants potentiels qui n'incitent pas les chaînes déjà sur le créneau, comme Sushi Shop, au pessimisme : « Le marché grossit énormément, et l'on peut y maintenir notre volumétrie, souligne Grégory Marciano, son directeur général. Par contre, il faudra se battre sur la marque, le produit, plus que sur le service de livraison, qui sera assuré par de nombreux acteurs. »

Réagissez à cet article

*Informations obligatoires

Donnez votre avis

 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus