abonné

Les traditionnelles ont du grain à moudre

Brigitte Taunais
Les traditionnelles ont du grain à moudre

©

Face au boom des matériels tout-automatiques, les machines traditionnelles n'en restent pas moins porteuses d'innovations. Moins chères et plus rentables, elles appellent cependant à un vrai savoir-faire. Mais la qualité est au rendez-vous !

Une chose est sûre, les professionnels du café - fabricants de machines ou torréfacteurs - préfèrent la tradition à la modernité, même si les machines automatiques commencent à se tailler des parts de marché non négligeables. Patrick Zimmermann, pdg de Reneka, les estime même à 20 %. Lui qui avait abandonné le « tout-automatique » en 1994 y revient avec deux nouveaux appareils : la Jet 1 groupe et la Jumbo 2 groupes. Histoire de ne pas voir un marché émergent lui échapper.

Les tout-automatiques performantes mais fragiles

Et il n'est pas le seul. Tous les grands fabricants ont ajouté à leur catalogue un ou plusieurs modèles automatiques. Et si les industriels tentent de répondre à cette demande pressante du marché, ce n'est pas un hasard : il faudrait en effet vraiment le faire exprès pour rater un café avec une machine automatique. Avec elle, aucun savoir-faire n'est nécessaire : il suffit d'appuyer sur un bouton pour disposer d'un espresso de qualité. Et dans la restauration, où le turn-over est important, on comprend que ce type d'appareil séduise.

« Ce sont des éléments de haute technologie », affirme Pierrick Poidevin, responsable régional de Lavazza. « Les machines sont fragiles et plus contraignantes dans la mesure où elles requièrent un nettoyage quotidien. De plus, un service après-vente pointu et performant est indispensable. » C'est pourquoi le représentant de Lavazza déconseille ce matériel aux établissements dont le débit est supérieur à 600 kg de café par semaine. « Trop délicat », mais aussi d'un coût deux à trois fois plus élevé. Christian Vergé, administrateur délégué de Conti, n'hésite pas à parler de « vitrine technologique ».

Ainsi, chez Unic, on attend beaucoup du DCA (Dual Chamber Adaptator) - système qui représente un savant compromis entre l'automatique et le traditionnel ; en effet, ce concept permet, à partir d'une machine traditionnelle à injection (gamme Zi, Diva, Rumba), de confectionner un ou deux cafés par groupe grâce à une simple dosette : le pod. L'avantage : il est possible d'infuser de 1 à 8 doses de café simultanément suivant le nombre de groupes (4 pour 2 groupes, 6 pour 3 groupes...) dont dispose la machine. On peut[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02
dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

05
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2022

Fidélité, ancrage territorial, expérience…quelles redéfinitions de l’écosystème de la RHD