Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

abonné

Les traditionnelles ont du grain à moudre

Brigitte Taunais
Les traditionnelles ont du grain à moudre

©

Face au boom des matériels tout-automatiques, les machines traditionnelles n'en restent pas moins porteuses d'innovations. Moins chères et plus rentables, elles appellent cependant à un vrai savoir-faire. Mais la qualité est au rendez-vous !

Une chose est sûre, les professionnels du café - fabricants de machines ou torréfacteurs - préfèrent la tradition à la modernité, même si les machines automatiques commencent à se tailler des parts de marché non négligeables. Patrick Zimmermann, pdg de Reneka, les estime même à 20 %. Lui qui avait abandonné le « tout-automatique » en 1994 y revient avec deux nouveaux appareils : la Jet 1 groupe et la Jumbo 2 groupes. Histoire de ne pas voir un marché émergent lui échapper.

Les tout-automatiques performantes mais fragiles

Et il n'est pas le seul. Tous les grands fabricants ont ajouté à leur catalogue un ou plusieurs modèles automatiques. Et si les industriels tentent de répondre à cette demande pressante du marché, ce n'est pas un hasard : il faudrait en effet vraiment le faire exprès pour rater un café avec une machine automatique. Avec elle, aucun savoir-faire n'est nécessaire : il suffit d'appuyer sur un bouton pour disposer d'un espresso de qualité. Et dans la restauration, où le turn-over est important, on comprend que ce type d'appareil séduise.

« Ce sont des éléments de haute technologie », affirme Pierrick Poidevin, responsable régional de Lavazza. « Les machines sont fragiles et plus contraignantes dans la mesure où elles requièrent un nettoyage quotidien. De plus, un service après-vente pointu et performant est indispensable. » C'est pourquoi le représentant de Lavazza déconseille ce matériel aux établissements dont le débit est supérieur à 600 kg de café par semaine. « Trop délicat », mais aussi d'un coût deux à trois fois plus élevé. Christian Vergé, administrateur délégué de Conti, n'hésite pas à parler de « vitrine technologique ».

Ainsi, chez Unic, on attend beaucoup du DCA (Dual Chamber Adaptator) - système qui représente un savant compromis entre l'automatique et le traditionnel ; en effet, ce concept permet, à partir d'une machine traditionnelle à injection (gamme Zi, Diva, Rumba), de confectionner un ou deux cafés par groupe grâce à une simple dosette : le pod. L'avantage : il est possible d'infuser de 1 à 8 doses de café simultanément suivant le nombre de groupes (4 pour 2 groupes, 6 pour 3 groupes...) dont dispose la machine. On peut[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Édition 2021

Nous vous recommandons

L'automatique investit toute la restauration

L'automatique investit toute la restauration

Adieu le bruit du filtre que l'on tape gaillardement contre le bac à marc ! Exit les variations de qualité ! Régularité, précision, rapidité, les machines à café automatiques, quoique un peu chères, séduisent dorénavant toute la[…]

La folie des coupes

La folie des coupes

De la coupe aux lèvres...

De la coupe aux lèvres...

Les arts de la table sortent de leur réserve

Les arts de la table sortent de leur réserve

Plus d'articles