Les TPE en restauration dans le brouillard, et dans l’inquiétude, selon le baromètre du Covid SDI

YANNICK NODIN
Les TPE en restauration dans le brouillard, et dans l’inquiétude, selon le baromètre du Covid SDI

Le SDI vient de publier son baromètre du Covid, réalisé du 4 au 10 décembre auprès de 1240 artisans, commerçants, professionnels libéraux et dirigeants de TPE. Et sans surprise, l’interprofession, qui revendique 25 000 adhérents, fait état de la fragilité des entreprises, comme de l’impérieuse nécessité à prolonger les soutiens aux professionnels en 2021. Une écrasante majorité (96%) des CHR interrogés constatent une baisse de leur activité en 2020, comme une dégradation de leur trésorerie, pour près de 9 établissements sur 10 : 52% estiment leur situation comme difficile lorsque 23% la jugent très difficile et 15% catastrophique. Ils sont également 1 CHR sur 3 interrogés à estimer que le dispositif de soutien mis en place par les pouvoirs publics, ne leur permettront sans doute pas, ou pas du tout, de tenir jusqu’à la réouverture de leur activité… Un manque de perspectives qui influe très directement leurs projections à court- terme : seulement 61% des CHR interrogés se voient poursuivre leur activité après le premier trimestre 2021. Logiquement, ils sont prêt de 82% des artisans, commerçants et dirigeants de TPE à souhaiter le maintien du fonds de solidarité jusqu'en juin 2021. Mais déplorent dans une très large majorité la politique sanitaire du gouvernement envers les commerces et lieux jugés non essentiels, jugée positive pour seulement 13% des professionnels interrogés.  
La politique sanitaire du gouvernement envers les commerces et lieux jugés non essentiels est jugée incompréhensible et entraine 52% d'opinions négatives contre 13% d'opinions positives et 35% d'opinions neutres. Alors que les consommateurs se pressaient dans les grandes surfaces et les salariés dans les transports en commun, la fermeture des commerces dits « non-essentiels » et dès lors désignés (à tort) comme principaux vecteurs de la pandémie, ne passe pas. « Le deuxième confinement constituera le marqueur d'un divorce durable entre les artisans, commerçants, dirigeants de TPE et les pouvoirs publics dont la logique sanitaire est jugée incompréhensible par l'écrasante majorité des personnes interrogées, déclare par communiqué Marc Sanchez, secrétaire national du SDI. Avec un moral au plus bas pour trois-quart d'entre eux, l'année 2020 sera à marquer d'une pierre noire pour nos 2,1 millions de chefs d'entreprises. »


Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02
dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

05
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2022

Fidélité, ancrage territorial, expérience…quelles redéfinitions de l’écosystème de la RHD

Nous vous recommandons

Marie-Odile Fondeur, directrice de la Fondation pour la cuisine durable by Olivier Ginon

Interview

Marie-Odile Fondeur, directrice de la Fondation pour la cuisine durable by Olivier Ginon

Quels sont les objectifs de la Fondation pour la cuisine durable by Olivier Ginon ?Le premier objectif est de travailler pour l'intérêt général. Elle n'a pas de but lucratif, le financement de nos actions étant assuré...

Sondage - Quel est l'impact pour vous de la hausse des prix de l'énergie ?

Sondage

Sondage - Quel est l'impact pour vous de la hausse des prix de l'énergie ?

« Ces Français qui ne veulent plus travailler » sont surtout des métiers terrains pour lesquels nous devons innover – Olivier Severyns, CEO de Snapshift

Tribune

« Ces Français qui ne veulent plus travailler » sont surtout des métiers terrains pour lesquels nous devons innover – Olivier Severyns, CEO de Snapshift

Top départ pour la troisième édition de Cuisinons pour Demain

Top départ pour la troisième édition de Cuisinons pour Demain

Plus d'articles