Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Les priorités de Frédéric Lefebvre

YVES PUGET

Choisir de bons produits, des produits de qualité a été le leitmotiv du secrétaire d'Etat à la Consommation Frédéric Lefebvre lors d'une visite au marché d'intérêt national de Rungis (Val-de-Marne) dans la nuit de mardi à mercredi. Accompagné de grands chefs comme Jacques Le Divellec, Yves Camdeborde ou encore de l'animateur Jean-Luc Petirenaud, le secrétaire d'Etat a visité le pavillon de la marée entre une heure et trois heures du matin, pour voir les restaurateurs et les poissonniers "travailler à choisir les meilleurs produits". Mais il a surtout présenté les "priorités" données à la direction de la consommation (DGCCRF) pour 2011 et des pistes de réflexions aux professionnels "pour une consommation alimentaire de qualité". Le secrétaire d'Etat souhaite par exemple renforcer les contrôles des marchés publics qui concernent l'approvisionnement alimentaire des cantines et de la restauration collective. La DGCCRF mènera en 2011 un programme de contrôles dans des cantines scolaires, hôpitaux et maisons de retraite y compris les EHPAD1 qui accueillent des publics particulièrement vulnérables, afin de s’assurer de la conformité en qualité et en quantité des fruits et légumes frais et de certains produits carnés (viandes hachées et autres viandes et charcuteries à l’état frais ou surgelé) achetés dans le cadre de marchés publics. Cette enquête, dont les établissements seront informés par avance, visera à s’assurer de la réalisation des contrôles suivants. Premièrement la vérification de la conformité des livraisons avec les commandes passées afin que soient servis aux convives des produits correspondant à la qualité attendue. Les contrôles doivent être réalisés à la réception des marchandises. Deuxièmement, les caractéristiques de qualité (conformité des produits et bons de livraisons par rapport aux CCAP2 et aux commandes), sur les quantités livrées (déficits de poids) et sur la facturation (brut pour net, absence des mentions obligatoires). Pour les fruits et légumes à l’état frais seront vérifiés : dénomination, origine, calibre, catégorie et caractéristiques de qualité, information de l’acheteur en cas de fractionnement, poids net livré. Pour ce qui concerne les viandes hachées, seront vérifiées par l’analyse, après prélèvements, les caractéristiques des viandes hachées (matières grasses, collagène) et leur étiquetage3. Pour les autres types de viandes (piécées, rôties) et charcuteries sera vérifiée la correspondance de la livraison avec la commande (dénomination, origine) et le poids net livré. Compte tenu de la faible quantité de marchandises présente sur place, la plupart des contrôles réalisés nécessiteront des enquêtes complémentaires en amont auprès des fournisseurs. Les conditions de vérification existantes tant en termes de personnel que de matériel (fiches de réception, présence d’une balance et d’un thermomètre étalonnés …) et leur périodicité, la présence ou non d’une communication entre les services réception et paiement. Un suivi sera ensuite réalisé afin vérifier si des améliorations sont constatées sur le contrôle de la qualité des marchandises réceptionnées au regard des dispositions règlementaires ou contractuelles.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
01 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

02 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Édition 2021

Nous vous recommandons

Umih – Une petite avancée supplémentaire sur le terrain des litiges avec les assureurs

Umih – Une petite avancée supplémentaire sur le terrain des litiges avec les assureurs

  Plusieurs assureurs ont envoyé des avenants en masse en septembre 2020 afin de supprimer les garanties pouvant jouer pendant la crise sanitaire actuelle, résiliation à la clé si le restaurateur refusait cette[…]

28/07/2021 | Associations
Syntec Conseil : élections des nouveaux administrateurs

Syntec Conseil : élections des nouveaux administrateurs

Les professionnels refusent de supporter le coût du licenciement des salariés sans pass sanitaire valide

Les professionnels refusent de supporter le coût du licenciement des salariés sans pass sanitaire valide

Prix du lait : la flambée des coûts de production

Prix du lait : la flambée des coûts de production

Plus d'articles