Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Les nouveaux enjeux de l'emploi saisonnier

FLORENT BEURDELEY
Les nouveaux enjeux de l'emploi saisonnier

Claude Daumas

© DR

Les chiffres de la fréquentation de la saison d'hiver n'ont pas confirmé la baisse que beaucoup de professionnels redoutaient. Alors que la saison d'été débute, amenant avec elle son lot de touristes, français et étrangers, les établissements s'organisent pour faire face à ces trois mois décisifs.


Àla fin du mois de juin, le secrétaire d'État au Commerce, Hervé Novelli, se félicitait des 21 700 emplois créés dans la restauration et l'hôtellerie depuis la baisse de la TVA. La saison d'été qui s'amorce apporte elle aussi son lot d'embauches de saisonniers, ces salariés venant prêter main forte aux professionnels pendant le rush de l'été. À quelques jours du début de la saison, les professionnels dont les établissements connaissent une forte saisonnalité fourbissent leurs équipes. Avec une saison d'hiver qui s'est révélée meilleure que prévue, on peut parier sur la confiance des professionnels à l'approche de l'été et sur leur volonté d'embaucher en conséquence.

FIDÉLISER LES SAISONNIERS

Selon une étude d'Atout France portant sur la dernière saison d'hiver : « Tous les professionnels du tourisme déclarent majoritairement un niveau d'activité en progression ou stable par rapport à la même période de l'année précédente. Les loueurs de logements collectifs ou individuels sont les plus positifs, puisqu'ils sont plus des trois quarts à déclarer une activité stable ou en hausse. » Les professionnels ont donc le moral. La confiance en leur établissement est réelle, avec des taux approchant les 70 %, en hausse ou stable par rapport à mars 2009.

Pour la saison à venir, l'optimisme semble de mise. Claude Daumas, président de la Fagiht, organisme syndical patronal dédié aux saisonniers, explique : « Il existe une énorme différence entre la saison d'été et d'hiver, à savoir que le nombre d'emplois proposés l'été est nettement supérieur à celui proposé l'hiver. Le personnel, qui a des saisons spécifiques d'été sur les côtes françaises, vient l'hiver en station. Nous n'avons pas de problèmes particuliers sur l'hiver. Notre seule difficulté est de trouver du personnel qualifié. » Et de pointer du doigt le problème de l'embauche sur des durées courtes : « L'été, en montagne, nous sommes confrontés au problème de la durée de la saison. En moyenne montagne, la saison est plus longue qu'en haute montagne. Trouver du personnel pour deux mois, sur juillet et août, c'est mission impossible. Il faut absolument fidéliser son personnel pour avoir une base fiable. Pour recruter, tous les canaux sont bons : l'ANPE, les journaux spécialisés, Internet, le bouche-à-oreille. Il n'y a pas de raison de se méfier du personnel qui veut venir travailler dans les stations. Nous conseillons à ceux qui souhaitent embaucher de prendre le temps de rencontrer le personnel », assure Claude Daumas.

En ce qui concerne le contrat de travail, il doit obligatoirement s'agir d'un CDD. « Le contrat saisonnier n'est pas un contrat précaire, dans la mesure où le saisonnier a choisi ce mode de travail pour rencontrer un maximum d'entreprises. La Fagiht fait partie des trois syndicats signataires des accords sociaux du 15 décembre 2009, qui apportent des avantages aux travailleurs saisonniers. Sur les 2,5 milliards d'euros que coûte la TVA au Trésor public, on peut considérer que les avantages sociaux représentent environ 1,8 milliard », note le président de la Fagiht.

UNE ACTIVITÉ FORTEMENT LIÉE À LA MÉTÉO

Les professionnels devront aussi faire face à plusieurs contraintes. Comme l'explique Frédéric Suant, propriétaire de la brasserie Chez Bob, à Saint-Palais-sur-Mer (17) : « La saison s'annonce très incertaine. Le temps ne semble pas être au rendez-vous pour le moment, alors que notre activité est fortement liée à la météo. Par comparaison, la saison dernière fut exceptionnelle. Nous avons enregistré des records de chaleur, notamment en août, ce qui a dopé notre activité limonade. » Concernant les effectifs, cet établissement, qui compte en temps normal une dizaine de salariés, double ses équipes : « En juillet et août, nous sommes plus d'une vingtaine pour assurer le service, en tenant compte de l'afflux de clientèle. Nos salariés saisonniers sont souvent des étudiants venus de la région, souvent de Poitiers ou d'Angoulême, qui souhaitent financer leurs études ou une partie de leurs vacances. Nous essayons de les fidéliser au maximum d'une année sur l'autre. Nous gagnons ainsi du temps en formation, puisqu'ils connaissent déjà la carte et nos méthodes de travail. »

À l'en croire, la première semaine est capitale : « Sur les saisonniers que nous ne connaissons pas, certains, qui se disent motivés lors de l'entretien, ont tendance à profiter de la station, à sortir le soir, et finalement, sont démotivés. Il est très difficile de déceler ces comportements lors d'un simple entretien d'embauche. » D'où l'importance du bouche-à-oreille. Car outre les canaux traditionnels, comme l'ANPE ou les journaux d'annonces, Frédéric Suant fait marcher son réseau personnel.

GÉRER LE MANQUE DE VISIBILITÉ DANS LES RÉSERVATIONS

Autre son de cloche chez Sénéquier, célèbre brasserie tropézienne, où la fidélisation des salariés saisonniers n'est pas une priorité. « En France, si vous prenez trois ans de suite la même personne en CDD pour un contrat de saison, vous êtes obligé d'établir un CDI, explique Jean-Denis Sarraquigne, directeur de l'emblématique établissement. Dans notre cas, au vu de la disparité d'activité que nous connaissons entre l'hiver et l'été, il serait ridicule que nous nous retrouvions avec 15 serveurs en plein hiver. Je ne cherche donc pas du tout à fidéliser mes saisonniers. De toute façon, nous n'avons que l'embarras du choix, puisque nous sommes un établissement qui a la réputation de très bien payer ses salariés. » Sénéquier double ses effectifs en été pour répondre à la très forte demande que connaît Saint-Tropez dès l'arrivée des beaux jours.

D'année en année, les mécanismes mis en oeuvre par les professionnels pour recruter du personnel saisonnier n'évoluent pas de manière radicale. Néanmoins, on constate l'émergence, depuis quelques années, d'Internet comme outil de recrutement, à travers des sites spécialisés dans l'emploi de salariés saisonniers. Les vrais changements concernent plutôt le manque de visibilité des professionnels, conséquence de l'augmentation des réservations de dernière minute. Voici le vrai défi des saisons à venir, qui pourrait bien engendrer des modifications profondes dans la façon de travailler des établissements. Une tendance que confirme Olivier Géraud, qui exploite l'hôtel des Edelweiss, à Saint-Gervais, en Suisse romande : « À l'heure actuelle, nous avons extrêmement peu de visibilité sur les taux de remplissage à venir. Pour notre recrutement saisonnier, le seul indicateur auquel nous pouvons nous fier est l'activité des saisons passées. Nous conservons précieusement les données de chaque journée de saison, sachant qu'elles sont fortement influencées par la météo. Néanmoins, cela donne une tendance. Nous essayons de conserver un fond de roulement de saisonniers locaux que nous connaissons bien et qui savent, d'année en année, nouer des relations privilégiées avec la clientèle, ce qui est un point positif pour notre activité. »

« Pour recruter, tous les canaux sont bons : ANPE, journaux spécialisés, Internet, bouche-à-oreille. » Claude Daumas, président de la Fagiht

« Nous n'avons que l'embarras du choix, car nous sommes un établissement qui a la réputation de très bien payer ses salariés. » Jean-Denis Sarraquigne, brasserie Sénéquier, à Saint-Tropez

236 000

PROJETS D'EMBAUCHES EN 2010 SUR L'ENSEMBLE DU SECTEUR (14 % DU TOTAL DES RECRUTEMENTS ENVISAGÉS EN FRANCE) (Source : Pôle Emploi/Crédoc) 1 100 CRÉATIONS NETTES D'EMPLOIS EN FRANCE EN 2009 (Source : Insee)

LES 3 PIÈGES À ÉVITER

1-Embaucher sans contrat. Cela peut paraître évident, mais de nombreux professionnels rechignent à établir un contrat de travail en bonne et due forme pour un job de saison. En cas de litige, si le salarié parvient à prouver qu'il travaillait bien pour l'entreprise en question, les conséquences peuvent être graves, d'autant plus que les tribunaux auront tendance à pencher du côté des jeunes. 2-Bâcler le recrutement. Souvent, par manque de temps, le recrutement des saisonniers se résume à une simple formalité. Il ne faut pas oublier qu'une fois le contrat de travail signé (CDD), le salarié est lié à l'entreprise. En cas de problème d'assiduité, par exemple, s'en défaire n'est pas simple. 3-Recruter du personnel venu de loin. Les professionnels interrogés le disent d'une seule voix : ce sont les locaux qui donnent le plus de satisfaction. Étant installés, ils n'ont, a priori, pas de problèmes logistiques à régler. En outre, étant habitués du lieu et du cadre où ils travaillent, ils sont moins sujets aux tentations qu'un salarié qui viendrait pour rechercher du dépaysement ou du divertissement. Donc plus fiables.

PÔLE EMPLOI AUX CÔTÉS DES PROFESSIONNELS

Internet est devenue très prisé pour recruter des saisonniers. Pôle Emploi vient d'ailleurs de lancer un site dédié à l'univers du CHR. Emploi-café-resto.fr permet aux dirigeants d'hôtels, de restaurants ou de cafés de déposer gratuitement leurs offres d'emploi, garantissant ainsi une très large diffusion. Des forums de recrutement sont organisés par Pôle Emploi. Les recruteurs peuvent également choisir, au moment de déposer leurs offres, de participer à une session de méthode de recrutement par simulation, ou recevoir des candidatures labellisées « MRS », Méthode de recrutement par simulation. Ce dispositif original permet d'évaluer les candidats sur leurs aptitudes, avec des exercices pratiques, plus que par le diplôme ou l'expérience. Une aubaine pour les exploitants en recherche de personnel de saison fiable et motivé. Emploi-café-resto.fr est également riche en informations pour les demandeurs et les actifs intéressés par le secteur. Ils pourront y visionner des vidéos de présentation et des fiches métiers, avec les offres d'emploi correspondantes en ligne.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Quels business models, quels leviers pour quels convives ? Réponse le 3 décembre avec le Congrès RHD de Néo

Quels business models, quels leviers pour quels convives ? Réponse le 3 décembre avec le Congrès RHD de Néo

Vous voulez connaître les derniers chiffres du secteur ? Prévoir l'évolution des comportements des consommateurs ? Echanger avec d'autres sur les business models de demain et ce, quel que soit le segment de[…]

30/11/2020 | Congrès RHD
Un repas de Noël 2 étoiles pour les Restos du cœur

Un repas de Noël 2 étoiles pour les Restos du cœur

 Un vent de fraîcheur et de gourmandise souffle sur le Salon Saveurs

Un vent de fraîcheur et de gourmandise souffle sur le Salon Saveurs

Michel Bras aux commandes du futur restaurant de la Collection Pinault

Michel Bras aux commandes du futur restaurant de la Collection Pinault

Plus d'articles