informations et solutions pour restauration collective commerciale et snacking

espace

abonné

Les neurosciences décryptent le plaisir en restauration

Publié le

Les neurosciences décryptent le plaisir en restauration

© Burst.shopify - Michelle Kroszer

Alors que 2 Français sur 3 (64%) ont le sentiment que leur quotidien est plus guidé par le plaisir que par les contraintes, selon la dernière étude Harris-Groupon, le plateforme d'e-commerce a noué un partenariat avec un expert et une start-up spécialisés en neurosciences afin de valider scientifiquement l’importance fondamentale pour notre équilibre de s’accorder des moments de plaisir. Il est désormais possible d’appréhender les impacts et les bienfaits de nos loisirs et de la réalisation de nouvelles expériences sur notre quotidien. Avec Datakalab, start-up spécialisée dans la « brain tech » et en collaboration avec Erwan Deveze, spécialiste des neurosciences et auteur de « 24 heures dans notre cerveau », Groupon a initié la première expérience de mesure des émotions au sein de trois « G-spots », soit les endroits plébiscités par la communauté Groupon,  les 12 et 13 octobre derniers : un institut de massage, un restaurant et une croisière sur la Seine.

 

Voici les premiers enseignements de l’expérience menée dans le restaurant Monjul, à Paris :


• Parmi les activités qui attirent le plus les Français : le restaurant pour 43% d’entre eux. Lors de l’expérience Groupon/Datakalab, les pics d’émotion des participants sont à leur comble lors de la découverte et de la présentation des plats. Mais le moment ou? l’on voit le plat arriver et le fait de parcourir le menu sont aussi des moments ou? le plaisir de?clare? est a? la fois important et intense.
• Pendant le repas chez Monjul, si le plus grand score e?motionnel correspond a? la de?gustation d’un plat, les scores nous montrent que l’e?nonce? du plat et sa pre?sentation sont aussi importants puisqu’ils ge?ne?rent aussi d’importants pics e?motionnels.
• Nous ne sommes pas tous égaux face au plaisir : lors du repas chez Monjul, la de?gustation du plat n° 2, la poitrine Pe?loponne?se, qui rappelle la cuisine « Bonne Maman » a ge?ne?re? le plus d’e?motions parmi les participants. Si le cerveau a besoin d’aller vers des choses nouvelles pour se de?velopper, le plat « Bonne Maman » rassure et vient re?veiller des souvenirs d’enfance.
• Selon les participations, les pics e?motionnels interviennent a? des moments diffe?rents.

Réagissez à cet article

*Informations obligatoires

Donnez votre avis

 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus