Les glaces se nomadisent, selon NPD Group

YANNICK NODIN

Sujets relatifs :

, ,

Du dessert au goûter
Bien que consommée majoritairement comme un dessert, la glace s’est peu à peu imposée comme un produit pouvant booster la consommation de l’après-midi, que ce soit en restauration rapide, où 30 % des prises sont réalisées entre le déjeuner et le dîner, ou en restauration à table où 15 % des desserts glacés sont consommés hors repas.

 

Les glaces se nomadisent, selon NPD Group

300 millions, c’est le nombre de desserts glacés commandés en restauration commerciale entre mai 2021 et mai 2022, relève The NPD Group, qui vient de dévoiler quelques données clés sur le marché, second en Europe derrière l’Italie (520 millions de prises). Sur cette catégorie, dont 2/3 des volumes sont consommés chaque année entre avril et septembre, température oblige, la société d’études note tout d’abord un recul de la consommation vs la période pré-crise, 15% de glaces vendues en moins par rapport à mai 2019. Une baisse en ligne avec les pertes enregistrées par la restauration commerciale lors de la crise sanitaire, qui, à mai 2022, affichent toujours un recul de 16 % en visites par rapport à la même période en 2019.

S’agissant du marché de prédilection des glaces, la restauration rapide, plus de 8 glaces sur 10 vendues dans le hors-foyer (84%, dont 63% pour les seuls fast-foods), NPD Group note un changement dans les habitudes de consommation : si 55 % des prises glaces étaient consommées en établissement avant-Covid, en mai 2022 on ne compte que 33 % des prises glaces consommées sur place, au restaurant. La glace s’est imposée comme un produit nomade à part entière, au même titre que les burgers ou les sandwichs, avec 60 % des glaces vendues à emporter, ou achetées en drive en restauration commerciale. Et même livrées : avant la crise Covid, 1 % des glaces étaient livrées, ce sont aujourd’hui 10 % des glaces commandées qui le sont, entre autres grâce à l’investissement des acteurs de la restauration en termes d’emballage isotherme.

Dans le mouvement, la restauration à table a perdu des parts de marché. Elle concentrait à elle seule un quart des glaces vendues (CAM à fin mai 2019) avant la crise sanitaire, elle ne pèse plus aujourd’hui que 13 % sur le marché total de la restauration commerciale. « Ce recul enregistré en restauration à table est regrettable pour les restaurateurs. Par rapport à l’offre de pâtisserie, les glaces représentent un dessert simple à réaliser, rentable, relativement léger (si on pense aux sorbets) et surtout apprécié lors des fortes chaleurs », souligne Maria Bertoch, experte foodservice au sein de The NPD Group.

Nous vous recommandons

Lancement au sommet pour les deux nouveaux burgers de Quick

Lancement au sommet pour les deux nouveaux burgers de Quick

L’enseigne de restauration rapide s’est une nouvelle fois offert la collaboration de Norbert Tarayre, pour une campagne orchestrée par l'agence de communication 360 The Brand Nation.Quick a fait tester les deux nouvelles recettes de sa...

Blend développe une première franchise à Aix-en-Provence

Blend développe une première franchise à Aix-en-Provence

Comatec met ses habits de fête

Comatec met ses habits de fête

Fleurus Café renaît avec Carte Financement

Fleurus Café renaît avec Carte Financement