Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Les Chinois férus de la Rôtisserie

ANNE-CLÉMENCE TILLETTE
1 commentaire

1 commentaire

- 30/08/2015 23h:30

50 poulets/jours et 15€ le poulet, joli l'arnaque, heureusement que les Chinois sont assez facile a berner sur les prix.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Les Chinois férus de la Rôtisserie

© DR

Depuis novembre, trois Frenchies font découvrir « le poulet à la française » aux Hongkongais, dans leur Rôtisserie. Le concept de vente à emporter de poulets rôtis ne désemplit pas.

Encore une « success story » française en Chine. La Rôtisserie vient à peine d'ouvrir ses portes et, déjà, les ventes doublent par rapport aux

LES ENJEUX

  • Faire découvrir un plat typique de la cuisine française
  • Sortir le poulet du segment traiteur
  • Proposer un produit de qualité bon marché au public local
estimations. Pas loin de 50 poulets rôtis sont écoulés chaque jour, à une clientèle surtout locale. « Une belle surprise », selon Jérôme Carlier, l'un des trois fondateurs, qui s'attendait à ce que le concept plaise avant tout aux Français installés à Hongkong.

L'histoire débute lorsque deux amis trentenaires, Jérôme et Marie Ranc, décident de quitter leurs jobs de trader et de s'associer à Aurélien Benbernou, l'ancien chef du restaurant Chez Patrick, pour créer un concept de restauration. Trois mois plus tard, la Rôtisserie ouvre ses portes dans une ruelle piétonne de Sheung Wan, le quartier traditionnel du centre-ville, à côté des bureaux de Central. Un emplacement stratégique pour attirer autant un public local qu'international, et s'assurer une clientèle stable. Les Hongkongais constituent finalement 85% de la clientèle et sont prêts à patienter vingt minutes pour récupérer leur menu « quart de poulet-accompagnement-soupe » à 6,80 E. « Notre plus fidèle cliente vient tous les deux jours ! », s'étonne Marie.

Les chiffres

  • 15 € le poulet de 1,3 kg
  • 13 € de ticket moyen
  • 25 m² de surface
  • 3 fondateurs et employés
  • 6 jours sur 7, de 11 h 30 à 21 h 30
Un succès qui, d'après Jérôme, s'explique par l'effet visuel. « Nos poulets cuisent dans une rôtissoire en vitrine. Les gens s'arrêtent par curiosité et ont vite l'eau à la bouche : ils entrent dans la boutique pour tester. » De plus, les Chinois sont très amateurs de viande. « Ils découvrent une autre façon de manger le poulet qui les ravit, avec un goût onctueux, rôti et tendre à la fois. Une qualité propre à la cuisson en rôtissoire. »

 

Des poulets français de plein air

 

Les plus

  • La qualité du poulet, made in France, élevé en plein air
  • La cuisine ouverte, qui offre le spectacle de la préparation
  • Le rapport qualité-prix très attractif
  • La formule déjeuner complète
  • Les accompagnements variés et typiques
Le lieu est minuscule, mais optimisé. La cuisine est ouverte, par gain de place, et pour offrir le spectacle de la préparation, cuisson et découpe des poulets, à tous les clients. Les poulets crus sont stockés dans les réfrigérateurs intégrés au plan de travail. La Rôtisserie ne propose que des poulets français élevés en plein air, qui arrivent donc congelés de France, par bateau, après un voyage d'un ou deux mois. Et quand la demande s'emballe, « il nous faut parfois refuser des commandes, car nous n'avons pas toujours le stock ».

Les moins

  • Le minuscule comptoir sans places assises
  • L'obligation de commander à l'avance
  • L'absence de service de livraison
Pris de court dans leur organisation ? « Oui et non, répondent les responsables. Mais notre importateur a parfois du mal à suivre, car notre demande - un monoproduit en quantité massive - est atypique. Mais c'est la rançon du succès ! La preuve que le concept fonctionne et que notre offre est à la fois bon marché et de qualité. »

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Le « so british » M et S Café est de retour

Le « so british » M et S Café est de retour

L'enseigne de magasins britanniques Marks et Spencer fait son « come back ». Comme dans le centre commercial parisien de Beaugrenelle, ses points de vente sont désormais dotés d'un M et S Café. Un espace[…]

01/12/2013 | SnackingConcepts
Courtepaille ouvre en pied d'hôtel

Courtepaille ouvre en pied d'hôtel

Léon de B. importe les moules-frites en centre-ville

Léon de B. importe les moules-frites en centre-ville

Villoresi, un laboratoire vert sur l'autoroute italienne

Villoresi, un laboratoire vert sur l'autoroute italienne

Plus d'articles